Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 17:44

cesticiquelonsequitte.gif

J’ai lu cette histoire avec délectation et j’ai très envie de lire les 4 autres romans parus.

Tout d’abord, le résumé qui se trouve sur la quatrième de couverture du roman.

 

Qu'y a-t-il de pire que d'enterrer son père ? Réponse : passer la semaine qui suit enfermé avec sa propre famille de dingues...
Morton Foxman s'en est allé. Mais avant de mourir, il a exprimé une dernière volonté : que sa famille célèbre la shiv'ah. Sept jours de deuil, ensemble, sous le même toit. Une perspective peu réjouissante pour ce clan qui ne s'est pas retrouvé ainsi réuni depuis... depuis quand déjà? Judd, qui nage en pleine déprime après avoir découvert sa femme en flagrant délit d'adultère, s'apprête à vivre ce qui pourrait être la pire semaine de sa vie.
Il rejoint sa mère, aux talons et décolleté vertigineux; sa soeur Wendy accompagnée de ses gosses hyperactifs et de son mari continuellement scotché à son BlackBerry; son frère aîné, Paul, atrabilaire, et sa charmante épouse, avec qui Judd a pris un peu de bon temps par le passé; et enfin Phillip, le vilain petit canard, qui se fait aussi rare que discret sur ses activités...
Les non-dits, les rancoeurs couvent. Et chacun de prendre sur lui pour ne pas péter les plombs. Famille, je vous hais! Heureusement, il y en a au moins un qui n'est plus là pour voir ça...

 

Donc au départ, c’est un livre sur la famille ou plutôt sur les liens familiaux déstructurés et déstructurants. L’auteur tape fort sur la famille, ne respecte rien. Son humour est féroce et toute la première partie du récit est vraiment hilarante, un petit bijou d’humour noir, décalé voire osé. Hé oui «  tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin… »

Un extrait des toutes premières lignes du texte : «  Papa est mort…il y a 2 heures. Et comment le vit maman ? Maman c’est maman , elle voulait savoir s’il fallait donner un pourboire au type des pompes funèbres » J’adore !

Le ton est lancé. On dirait une comédie anglaise déjantée. Tropper aborde tout au long de l’histoire, la mort, les parents, les enfants, la grossesse, le couple, l’adultère, le handicap, le sexe….

Un autre extrait : «  l’érection du matin est une manifestation d’optimisme d’un pathétique sans égal : je suis déprimé, sans amour et sans boulot et voilà que ma queue,…..désespérément inutile de dresse pour saluer le jour nouveau. Chaque matin , je me retrouve devant le même dilemme : pisser ou me branler. ….c’est à peu près le seul moment de la journée où j’ai l’impression d’avoir le choix » (désolé pour les oreilles chastes…)

 

 

Et puis à un moment donné, on commence à rire jaune et à s’interroger car au travers de situations déjantées et hypothétiques, Tropper aborde des thèmes sérieux, universels et dans lesquels on se retrouve.

Le temps qui passe, le deuil de l’enfance , les blessures du passé «  J’avais juste oublié, comme on oublie parfois dans les rêves et comme on aimerait oublier dans la réalité, où, hélas, c’est impossible. Dans la vraie vie, on ne choisit pas ce qu’on oublie » .

On retrouve  le chemin difficile vers le bonheur, la difficulté de faire les bons choix « Je sens une immense vague de regret m'envahir quand je considère la personne que je suis devenue »

La perte de ses rêves ou des autres sont également évoqués et au final, en tapant là où ça fait mal, Tropper met à nu la nature humaine et met en évidence la difficulté d’exprimer les sentiments, de ne pas se mentir de faire des choix, de s’aimer durablement au sein du couple.

 

Vers la fin, j’ai plus du tout rigolé….j’ai même pleuré et je dois pas être le seul et j’assume pleinement !

J’ai terminé le livre ravi, ému, rassasié mais aussi un peu vexé de m’être fait autant balader par Tropper. J’ai eu beaucoup de mal à quitter cette famille de doux dingues et à refermer le livre.

 

Encore quelques pensées extraites du livre qui m’ont touchées.

 «  en vérité nous ne livrons pas nos pensées telles quelles mais des versions aseptisées, édulcorées, adaptations hollywoodiennes d’idées apprivoisées pour être présentables »

«  la seule chose dont on puisse être sur au sujet des autres, c’est qu’on ne sait jamais rien d’eux »

«  même dans les meilleures circonstances, il y a quelque chose de tragique à devenir adulte »

«  parfois être satisfait est une question de volonté. Il faut considérer ce que l’on a sous la main, évaluer ce que ça pourrait devenir et arrêter de rêver au passé. Je sais que c’est la voie même de la sagesse mais que peu de gens sont capables de la suivre…. »

«  la vie est un vaste programme mais tout peut se jouer à pile ou face »

«  comme certains couples, certaines familles deviennent toxiques pour leurs membres après une trop longue période d’exposition »

«  nous refusons d’accepter notre vraie nature au nom de l’amour ou ce qui y ressemble »

 

Et vous, avez vous lu ce roman ou d’autres titres de Jonathan Tropper ? Si oui quel est votre ressenti, avez vous aimé , avez vous été ému(e)s ? Si non, ce que vous venez de lire vous donne t-il envie de découvrir cet univers et ce livre en particulier ?

Avez vous envie de réagir sur les pensées extraites du livre ? Cet espace est aussi le votre…exprimez vous.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La Douce 14/08/2011 15:04


ça y est ! Lu !
Effectivement, Jonathan Tropper donne envie au lecteur d'aller jeter un oeil et même les deux dans ses autres romans!
C'est ici que l'on se quitte : un rythme efficace qui n'invite pas à l'ennui du tout.
Joies, peines, chagrins, coups de bluff, colère, résignation, imcompréhension, humour tranchant, tout y est et on ne voit pas le temps passer....


luc 05/07/2011 17:55


cela donne envie de le lire. merci pour ces infos


Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article