Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 17:57

beauquel

 

Ca y est, le cinquième prix littéraire des hebdos en région a été remis jeudi 19 janvier à Paris et la gagnante est Lilyane Beauquel pour son livre «  Avant le silence des forêts » édité chez Gallimard.

 

En tant que juré de la région Midi-Pyrénées et lecteur, je suis vraiment  heureux car ce livre était non seulement mon préféré dans la sélection  mais également un vrai coup de cœur de l’année 2011. J’allais donc à Paris dans l’idée d’attribuer le prix à ce roman et heureusement  je n’étais pas le seul. Vous pouvez lire ma chronique sur « avant le silence des forêts » ici.

 

Retour sur cette journée du 19 janvier.

 

Je suis arrivé à 12h30 à la Société des Gens de lettres, située près de la Sorbonne et non loin du Panthéon (où bien entendu  j’ai réservé ma place pour la postérité).

20 jurés sur 22 ont pu être présents et nous avons commencé à discuter autour d’un buffet froid.

 

A 14h, les délibérations ont vraiment  commencé dans une belle salle, chapeautées par le Président du jury, Philippe Delaroche, Rédacteur en chef du magazine « Lire » et en présence du Président du Syndicat de la Presse Régionale Hebdomadaire, Eric Lejeune.

Chaque juré s’est présenté et a indiqué les 3 livres qu’il avait préféré en motivant ses choix, ce qui a permis d’avoir les premiers échanges.

 

Au terme de ce tour de table, un premier vote a eu lieu et 3 titres se sont dégagés : « les âmes chagrines » de Léonora Miano, « et rester vivant » de Jean Philippe Blondel (que je salue si par hasard il lit ces lignes )  et « avant le silence des forêts » de Lilyane Beauquel.

Au deuxième vote, après 2h 30 de discussions, 10 voix sur 20 se sont portées sur le magnifique roman de Lilyane Beauquel. (Un troisième tour de vote a été jugé inutile par 14 jurés sur 20 ).

 

A 19h, le prix a été remis à Gallimard, l'éditeur représentant la lauréate, prévenue dans l’après midi et ayant rédigé un message de remerciements.

Après 2 brefs discours, un cocktail a été servi en présence des invités du monde de l’édition et des 20 membres du jury.

 

Ce cocktail m’a  notamment permis de parler assez longuement  avec Thomas Simonnet, membre du comité de sélection de Gallimard qui a tout de suite remarqué le manuscrit de Lilyane Beauquel , arrivé simplement par la poste, sans aucun parrainage ni aucune recommandation. J’en ai profité pour lui demander son parcours et on a parlé de Gallimard, de l’édition en général et de la lecture…j’ai appris beaucoup de choses très  intéressantes.

 

Bien sur les échanges avec les autres membres du jury ont été très positifs, chacun ayant envie de défendre ses choix  mais chacun étant réuni autour d’une passion commune, la littérature, les mots, voire l’écriture pour certains.

Car ce que je retiendrai de cette journée c’est avant tout la rencontre de ces 20 personnes, venues de tous les coins de France, levées à l'aube  pour être à l’heure au rendez-vous fixé par le Syndicat de la Presse Régionale Hebdomadaire  qui par ailleurs nous a vraiment bien accueillis d’un point de vue humain et logistique. Si certains jurés du prix  lisent ces lignes, je leur  adresse un salut amical !

 

Ce prix n’est pas encore très connu ni très médiatisé par rapport à d’autres,   mais c’est vraiment un prix des lecteurs sans consignes ni grilles de lectures à remplir ni critères à respecter. C’est vraiment notre amour des mots qui a pu s’exprimer lors de cette journée, qui restera comme une parenthèse enchantée, de celles qui font tout l’intérêt de nos vies et d’ailleurs les mots sont nos vies.

 

Dans l’avion du retour qui me ramenait de Paris vers Toulouse, alors qu’on volait au dessus des nuages en compagnie du soleil, je me remémorais cette journée particulière. Et puis l’avion a crevé les nuages et nous a ramené vers la vie de tous les jours c'est-à-dire vers le quotidien parfois gris  mais aussi vers de nouvelles aventures et de nouveaux projets.

 

Cette aventure littéraire a été pour moi totalement enrichissante et je suis vraiment heureux pour Lyliane Beauquel. Si être juré de prix littéraire est une expérience séduisante, lire « avant le silence des forêts » en est une autre…ce livre est vraiment particulier, vraiment envoûtant…vraiment unique…

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

Makibook 23/01/2012 11:59


Hello,


C'est le juré breton qui est tombé sur ton compte-rendu en cherchant sur le web si l'attribution du prix avait eu un écho...


Bravo pour l'article et la rapidité de mise en ligne !


C'était comme tu l'as écrit une journée merveilleuse, bien organisée et très enrichissante sur le plan humain.


Pour moi aussi le retour à la réalité a demandé un peu de temps...


A dans 5 ans alors pour les 10 ans du prix (si le président concrétise son rêve) !


RLP.

Mind The Gap 23/01/2012 16:26



Bienvenue à toi Makibook.


Cela me fait vraiment plaisir de croiser ici un des membres du jury.  Oui cette petite aventure a été vraiment enrichissante car elle est basée sur le partage : partage de la même passion et
du même but et partage concernant les ressentis sur les 10 livres.


J'espère  bien qu'on y sera à nouveau  dans 5 ans...le Président y pensera t-il ?? Peut être faudrait-il remettre un prix spécial parmi les lauréats des 10 ans....


Sinon on peut se croiser dans les Pyrénées ( les enfants vont grandir...)  ou en Bretagne (5 ans sans aller en Bretagne n'est pas envisageable pour moi!).


Bonne continuation à toi.



Manuel 23/01/2012 09:21


Te voilà donc critique littéraire, une belle expérience j'imagine !


C'est un truc que je ne pourrais faire sans passer des nuits blanches !


Un coucou amical d'un altiligérien (tu sais pas loin de Monistrol !!).

Mind The Gap 23/01/2012 10:53



altiligérien..faut que j'aille voir ça...


Pour les chroniques littéraires, ce n'est jamais qu'un article de blog comme un autre, cela ne prend pas plus de temps, je fais tout au ressenti sans jamais lire d'autres chroniques ou critiuqes
déjà publiéées. Je me renseigne juste un peu sur l'auteur....



Soène 22/01/2012 22:08


Je vois que Miss Aspho, qui s'y connaît tellement mieux que moi, se fait la même réflexion à propos de la Maison d'édition...
Merci pour tes réponses
Bonne semaine

Mind The Gap 23/01/2012 08:44



Je comprends que l'on se pose la question mais ce n'est pas du tout le cas ici. Ce prix a un très faible enjeu commercial...avant ce prix le livre fonctionnait déjà très bien....et peut être que
Gallimard à du nez....c'est l'éditeur original de Belle du seigneur...plus gros succès de la collection blanche Gallimard.



Soène 22/01/2012 08:03


Ce qui n'est pas pratique lorsqu'on laisse un commentaire, c'est qu'on ne peut pas aller sur un autre billet...
Je reviens donc !
10 voix sur 20, ça ne fait que 50 %...
Quelles étaient les maisons d'édition des deux autres romans ?
Gallimard, c'est une référence. LB a visé haut... Est-ce aussi facile d'être édité (e), ou bien est-ce ce roman en particulier qui mérite vraiment ?... ou bien un peu de piston ?... bien
sûr, tu dis que le livre est arrivé simplement, mais...
Tu pourras peut-être éclairé ma lanterne


 

Mind The Gap 22/01/2012 11:08



J'ai longuement discuté avec un membre du comité de lecture et de sélection de Gallimard, le manuscrit de Lyliane Beauquel est arrivé par la poste comme tant d'autres et il attiré l'attention de
membres du comité qui ont ensuite plaidé la cause de ce livre auprès des autres membres. Pas de piston ici, en plus l'auteur n'est pas connue, ce n'est pas une fille de star ou autre. Mais non
cela reste monstrueusement difficile d'être édité mais je crois que si Gallimard l'avait refoulée elle aurait trouvé sans souci un autre éditeur!


Pour ce prix qui est le choix des lectreurs et uniquement des lecteurs, il n'y avait que des maisons d'éditions prestigieuses : Stock, Grasset, Actes sud,  Denoel, Albin Michel...etc.



Soène 22/01/2012 07:55


Hello MTG,
J'ai pris le temps de lire tes deux billets concernant le livre de LB.
Je vois que tu as pris un plaisir tout particulier à vivre cette expérience et à rencontrer les autres jurés.
Tu sauras, dorénavant, quand ta vie te semblera lourde, que tu pourras te réfugier au-dessus des nuages, dans le bleu du ciel, j'aime beaucoup ta réflexion. Elle est si juste. C'est juste magique
d'être au-dessus des nuages !


Quant à ce premier roman primé, comme toi, je n'aime pas lire de livres sur ce thème. D'ailleurs, ils sont pléthore... Celui-ci serait-il enfin différent ?
En lisant l'extrait de la page 208, je m'interroge sur l'écriture du soldat allemand... jeune certainement, simple soldat donc il n'a pas dû faire de longues études avant, et pourtant ses
réflexions sont profondes, érudites...
Sur quelles références, l'auteur s'est-elle appuyée pour retranscrire les pensées de Simon ? Sur des lettres retrouvées ?... L'écriture est élégante, mais travaillée. Son style n'est pas si
simple, il me semble... ce qui adoucit l'horreur de la vie dans les tranchées...
Mon jugement n'a aucune valeur car je n'y connais rien. Voilà, à chaud, ma réflexion après lecture de tes deux billets.
Bon dimanche et bises d'O


 

Mind The Gap 22/01/2012 11:02



Ta réflexion à partir d'un seul extrait du livre est très perspicace...on a a parlé dans les délibérations...effectivement ce livre est apparu difficile à lire pour certains, on a aussi parlé de
poésie mais l'auteur n'édulcore rien et n'adoucit pas l'horreur des trachées, elle montre comment on peut malgré tout se raccrocher à la vie , à l'espoir dans cette barbarie..et ce livre est
vraiment différent, le style est très particulier...



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article