Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 00:12

hypothèse

 

Dans un précédent article, je parlais de l’utilité des magazines féminins. Dans l’un d’entre eux, j’ai aperçu une mini chronique sur le livre de Jean-Paul Enthoven : «  L’hypothèse des sentiments » le situant un peu facilement entre Tendre est la nuit et Belle du seigneur.

Etant un inconditionnel de Belle du seigneur, mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai acheté « L’hypothèse des sentiments » et c’est un livre que j’ai adoré, un vrai coup de cœur.

 

 

Jean-paul Enthoven est critique littéraire et éditeur chez Grasset, il publie donc son propre ouvrage en quelque sorte, ce qui met un peu la pression. C’est visiblement un homme lettré et cultivé et je le dis tout de suite, ce livre à un coté agaçant : l’auteur cherche à en mettre plein la vue, c’est intello et parfois pompeux, les notes culturelles apparaissant en bas de page sont superflues et l’on a parfois l’impression que l’auteur nous fait une démonstration ou une dissertation sur son sujet.

 

Et ce sujet n’est autre que la passion amoureuse et la rencontre entre deux êtres romanesques à souhait (peut être dans le style des personnages de "Tendre est la nuit" que je n’ai pas réussi à lire pour le moment mais je n’ai pas dit mon dernier mot)  et l'auteur offre au lecteur une histoire sublime avec un style  de récit ébouriffant.

La question soulevée par " L'hypothèse des sentiments"  est toujours la même, étreinte et éternité qui sont deux anagrammes font-elles bon ménage, la passion peut-elle durer et rendre heureux ?

 

Lui c’est Max, quinquagénaire séduisant et volage par choix, elle c’est Marion, 35 ans, dépressive au  passé trouble, épouse d’un Baron fortuné qui perd peu à peu  la tête et qui s’identifie totalement à Anna Karénine.

 

La  philosophie amoureuse   de Max avant de rencontrer Marion était celle-ci:

 

«  1) Un homme ne peut désirer follement une femme et partager une jouissance variée avec elle que pendant un mois s’il vit à ses cotés.

2) Le même homme peut désirer follement la même femme pendant quelques mois, et lui devoir des jouissances finalement équivalentes s’il ne partage l’existence de celle ci que de temps en temps.

3) Dès que l’on s’éprend d’une femme, il faut aussitôt s’en réserver une autre, afin de ne pas être désarçonné si la première déçoit, ou s’en fuit, ou excelle dans l’art de faire souffrir celui qu’elle a quitté ou déçu.

 

Le plus étrange fut que, malgré ses fondamentaux peu propices, il vécut auprès de Marion des épisodes dont l’intensité réchauffa à plusieurs reprises son sang-froid, sans omettre, symétriquement de refroidir son sang chaud. Sa volonté de plaisir se querellait souvent avec sa chasse du bonheur.


Il appartenait, pour le meilleur et pour le pire, à une religion – celle des athées de l’amour – dont les fidèles finissent souvent seul.

Il le savait mais il ne voyait là rien qui fut un drame. Qui, au bout du compte peut se vanter de ne pas finir seul ? »

 

La proximité avec Belle du Seigneur est bien réelle, Jean-paul Enthoven décortique le mécanisme de la passion amoureuse et en arrive aux mêmes conclusions que Cohen : Elle est impossible dans la durée et ne mène pas au bonheur, elle peut même entraîner une certaine mort. Mais il ne la condamne pas pour autant, l’hypothèse  sentimentale de l’auteur est peut être qu’elle est indispensable à la vie amoureuse de l’être humain.

 

Les deux personnages sont très fouillés et Jean-paul Enthoven déroule son récit sous l’angle psychologique des protagonistes, de manière très analytique et brillante.

La galerie des seconds rôles est très réussie : on croise un détective privé, une voyante, un richissime décadent, et même le fantôme d’un cinéaste…

L’histoire est passionnante à chaque page, il n’y a aucun temps mort, l’auteur usant et abusant de stratagèmes d’écritures pour captiver son lecteur. C’est brillant, l’écriture est fluide et inspirée et le discours sur la passion est fort et maîtrisé.

 

J’ai vraiment aimé «  L’hypothèse des sentiments », c’est un vrai coup de cœur et j’ai envie de le partager avec vous.

 

Pour terminer cette chronique, ces paroles prononcées par Oscar, l’ami de Max, qui donnent le ton du roman : « Tu vois, Sisyphe roule son rocher, je m’épuise à force de courir après Hubertus, nous n’en finissons jamais…La pluie sera toujours plus forte qu’un essuie-glace…la trahison plus forte que l’amour…C’est sans espoir… »

 

C’est un livre  envoûtant qui ne laissera personne indifférent : soit il agacera au plus haut point, soit in sera adulé.

 

Quant à moi, je vais enfin lire Anna Karénine, enfin essayer...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

Asphodèle 20/07/2012 22:17


Je n'ai jamais rien lu des Enthoven père (Paul) ou fils (Raphaël), ayant trop peur que ce soit trop "intello" comme disait Soène plus haut (et non je ne suis pas si intello que l'on croit nanmého
!!! ). Mais avec des références à Belle du Seigneur et Tendre est la nuit, tu aiguises ma curiosité, hé hé !!!


Quant à BHL, depuis qu'il est avec cette cagole de Dombasle (je ne la supporte pas), je n'ai rien lu de lui, oui je sais c'est injuste mais c'est épidermique !!! C'est dit !!! :)

Mind The Gap 21/07/2012 14:38



Je n'en avais jamais entendu parler avant de cette famille d'écrivains. Par contre j'ai eu un vrai coup de coeurr pour Justine Levy...il y est question de Raphael...3 livres qui se lisent vite et
qui sont d'une grande force, d'une grande humanité...je parierais volontiers qu'ils te plairaient (peut être connais tu d'ailleurs).


BHL et Dombasle forment un couple détonant à leur manière et depuis très longtemps...mais je ne n'ai rien lu de lui ni rien écouté d'elle...


Bises !



Soène 19/07/2012 12:05


C'est intime chez toi, rien que nous deux
Je n'ai pas commenté chez Aspho, trop intello pour moi son livre...
Youpi, alors, tu as fait les soldes !
Feras-tu un billet sur le Petit Prince ?
As-tu vu que le 25/07, Jane Eyre va être au ciné ?
Bises et bon ap !

Mind The Gap 19/07/2012 16:32



Oui c'est prévu que j'aille voir Jane Eyre au cinéma.


Pas de chronique pour " Le petit prince"...très belle histoire mais je ne l'ai sûrement pas apprécié à sa juste valeur...



Aymeline 18/07/2012 18:46


je suis intriguée par ton billet, et curieuse de savoir si j'aimerais ou pas je le note :)

Mind The Gap 18/07/2012 21:53



je ne sais pas, mais je suis quasi sûr que tu n'auras pas un avis mitigé ou moyen...



Soène 18/07/2012 11:46


Je ne connaissais pas J-P E. alors je me suis renseignée... Et j'en ai appris des choses sur lui !

Né en 1949 (une bonne année !), ami et éditeur de B H-L., compagnon de C B. qui est partie avec son fils, marié à J L. (fille de BHL), et qui ont fait un bb ensemble...
Que du beau monde dans ces eaux troubles des Aristos...
J-P E. doit donc avoir une opinion précise sur la passion et les sentiments

Le couple B H-L. et A D me fascine. Je n'ai rien lu de B H-L., ça me tente mais j'ai peur d'être déçue comme avec F B.

D'ailleurs, ces 3 écrivains ont la même gueule d'ange, trop beaux pour être honnêtes dans leurs sentiments et leurs points de vue.

Mais je pense que c'est un registre d'écriture et de pensées à découvrir.
De là à te suivre dans ton enthousiasme, MTG...


J'attends avec impatience de lire le commentaire d'Asphodèle... et de La Douce, le regard des femmes peut être plus redoutable...


Bonne journée et gros bisous d'été


 


 


 

Mind The Gap 18/07/2012 21:52



Je ne sais pas si elles le liront...mais j'ai vraiment aimé cet auteur dont je n'avais jamais entendu parler...certains aristos écrivent merveilleusement bien et peuvent être humainement bien
plus intéressants que certains prolos...


J'ai adoré les 3 romans de Justine Levy (notamment rien de grave) qui parle d'une rupture douloureuse...et j'ai hâte qu'elle publie autre chose. Je n'ai rien lu de son père...


Bises du soir !


 


 



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article