Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 06:12

garçonniere

 

L’action se passe en Argentine, à la fin de la dictature militaire des annéees 80 : «  Vouloir le genre humain meilleur qu'il ne l’est ne signifie pas qu’on ne sait pas qu’il est mauvais ».

 

Vittorio Puig est psychanalyste et il reçoit classiquement des patients dans son cabinet «  Il est des âmes qui ne ressentiront jamais le désespoir à ce point, ces sentiments dont nous partageons tous le nom, que nous pouvons tous expérimenter, ressentir, ont des degrés propres à chacun. A les vouloirs universels, on l’oublie trop souvent, mais mon métier me le rappelle tous les jours : souffrir ne veut pas dire la même chose pour tout le monde ».

 

Un jour Vittorio rencontre par hasard Lisandra (j'adore ce prénom...) mais le hasard fait-il toujours bien les choses : «  Le hasard comme guide, comme garant, triste emblème de ceux qui n’ont pas confiance en eux ».

 

Lisandra est jeune et belle et sa fraicheur irrite l'une des patientes de Vittorio: « La beauté d’un corps de femme, un homme s’en repaît, sa décrépitude, il ne le supporte pas, pas plus en mots qu’en images, c’est pour cela que vous aussi vous avez choisi une femme plus jeune, pour vous mettre à l’abri de cette vision d’horreur ».

 

Vittorio demande Lisandra en mariage, c’est l’amour dans toute sa splendeur, mais... «  Quand l’amour commence, un sablier quelque part se retourne et on se dirige inlassablement vers la fin. Le sablier de l’amour s’était retourné ».

 

Et donc,  les choses se gâtent : «  le désamour est progressif. Avant de n’aimer plus, on aime moins. Et encore moins et plus du tout. Mais cela, on ne s’en rend pas compte. Le désamour. Une relation devenue tiède, quotidienne, pragmatique, usuelle, utilitaire et habituelle, même pas raisonnée car on n’y pense même plus. Il y a ceux qui peuvent vivre sans amour fou, moi, je ne peux pas ».

 

Lisandra est retrouvée morte en bas de l’immeuble où elle habitait avec Vittorio. Une enquête commence pour rechercher le coupable.

 

Après Le Confident que j’ai adoré, j’avais hâte de lire le nouveau roman d’Hélène Grémillon même si je ne suis pas très amateur de ce genre d’histoire façon polar.

Mais le meurtre et l’enquête ne sont qu’un prétexte pour aborder des thèmes plus profonds, l’amour, la jalousie, le temps qui passe, le deuil, et la Garçonnière est aussi un magnifique portrait de femmes.

 

Le suspens psychologique et l’intrigue sont vraiment réussis et jusqu’au bout on peut se poser des questions. Hélène Grémillon est une raconteuse d’histoires hors pair, on est dans l’histoire dès la première page et l’on a envie de dévorer ses mots.

Elle explore l'âme des êtres humains dans toute sa noirceur et son ambivalence.

 

Le récit et la construction du livre sont toutefois moins saisissants que dans Le Confident, un peu comme si l’auteur se perdait parfois dans des développements inutiles. Je crois qu’elle a été un peu pressée de surfer sur la vague, que dis-je sur la déferlante du Confident et peut être que son nouvel éditeur lui a mis un peu la pression sur les délais.


Mais le style est encore plus opressant que dans le Confident.

 

Quelle histoire(s) d'amour(s),  quel talent pour créer des personnages forts qu’on n’est pas prêts d’oublier et pour donner vie à ce récit.

 

La tonalité de la Garçonnière est bien sombre, comme dans le Confident, et certains passages sont vraiment forts: «  Les souvenirs sont les petits soldats du temps avec lesquels il nous rend fous. Sans souvenirs, nous serions des hommes libres. La mémoire est la mauvaise fée du temps ».


Pour ceux ou celles qui aiment bien commencer par lire la fin des livres, surtout ne le faites pas pour la Garçonnière… on sait vraiment dans les toutes dernières lignes pourquoi le roman s’appelle ainsi.

 

Décidément,  cette fin d’année 2013 aura été pour moi la découverte de cette jeune auteur, qui excelle pour nous parler d’amour, et j’ai déjà hâte de lire le prochain roman d’Hélène Grémillon.

 

Un dernier extrait pour la route, un dernier mot de Lisandra «  Le temps brise les perfections. Parfaite quelques jours. Quelques semaines. Au mieux quelques mois. Imparfaite pour le restant des jours. Parce que l’amour est un principe en mouvement. On finit toujours par faire le tour de l’autre. Le principe de l’insatisfaction. L’insatisfaction de soi qui vous pousse vers l’autre. Puis l’insatisfaction de l’autre qui vous pousse vers un autre. Puis vers un autre encore. Tout ça pour tenter de ne pas voir que ce n’est pas soi ou les autres qui sont insatisfaisants, mais la vie. Parce qu’elle fait mourir ».

 

La  Garçonnière est sélectionnée pour le prix Mind The Gap 2013.


livre & couronne lylouanne tumblr

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

somaja.over-blog.com 17/11/2013 19:05


Cette auteure me tente depuis longtemps, et ton enthousiasme pour le Confident me l'a fait emprunter mais,  et ce sera une première pour moi, en livre audio. Je ne sais pas si on goûte
autant le style que quand on lit soi-même les mots. On verra.


Encore une dont tu vas lire tous les romans ?

Mind The Gap 18/11/2013 08:33



Je n'ai jamais tenté le livre audio mais de temps en temps La douce me lit quelques pages avant de m'endormir, parfois je suis vraiment dans le livre, parfois je n'y arrive pas.


Oui j'ai hâte de lire ses prochains romans, pour l'instant il n'y a que ces deux là.


Bises et bonne semaine.


 



DENIS 17/11/2013 18:41


une auteure que tu apprécies et qui semble le mériter. A lire , ce que j'avais prévu dès que possible

Mind The Gap 18/11/2013 08:31



Oui j'ai vraiment apprécié ses deux livres. Je suis toujours épaté lorsqu'un écrivain arrive à captiver et à toucher le lecteur en utilisant des mots du quotidien !



Asphodèle 13/11/2013 17:11


Eh bien !!! Tu cites la moitié du livre !!! C'est pour donner envie ? Raté ! Je ne trouve pas son style extraordinaire,
ça fait "déjà vu"... Cependant et néanmoins, pour te faire plaisir, je la lirai, pour ne pas rester sur mes a priori !!!^^


Note qu'en ce moment, je sature, donc je vais attendre pour la lire...


C'est qui la souris verte zouzou ??? Oui je suis curieuse !!!


Je vois que notre Dame de Saône a toujours le pied impatient !!! Je la bise si elle repasse par ici !!!^^

Mind The Gap 14/11/2013 09:11



C'est la jument verte qui s'est transformée en souris de la même couleur...ça lui arrive de temps en temps...


Vu le petit nombre de commentaires, ma chronique doit être trop longue ! Warf !


Je te passerai le Confident quand nous nous verrons, si tu dois n'en lire qu'un des deux, il vaut mieux lire celui ci, je pense que tu accrocheras sur l'histoire et les personnages, les portraits
de femmes.Pour le sryle, tu trouveras peut-être que c'est trop simple, pas de vovabulaire  ou de tournures complexes...


Tu as raison et d'ailleurs je le disais aussi dans ma chronique sur le Confident, il n'y a rien de nouveau et pourtant c'est un livre fort !


S i les écrivains attendaient d'avoir quelque chose de nouveau à dire sur l'amour en particulier, les éditeurs n'existeraient plus depuis longtemps.


Belle journée à toi et gros gros bisous Miss !



Zouzou 13/11/2013 14:31


Coucou Mind et Soène :-)


j'aime beaucoup la citation sur le petits soldats......la mémoire...


Je lis SOUVENT la fin ;-(


et je suis verte aussi


qui suis je ?

Mind The Gap 13/11/2013 16:27



La petite souris...verte...



Soène 13/11/2013 07:22





Tout va bien !
Patience et longueur de temps font plus que force et que rage...

Mind The Gap 13/11/2013 10:24



Ha tu vois...il suffisait de 60 secondes...ha là là, ces futurs retraités, ils attendent pas...pffff



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article