Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 06:12

 

Le rire du grand blessé

 

Les livres classiques  ont disparu et ont été remplacés par des écrits produits à la chaine par des Maisons de mots. Ces ouvrages, seuls autorisés par le Service National ,  ont pour but de lobotomiser les cerveaux : ils ne contiennent aucunes émotions mais déclenchent celles des hommes de manière à mieux les contrôler. Certains livres ne sont accessibles qu’en lecture commune  dans des stades lors de Manifestations à Haut Risque qui galvanisent la foule.

Pour contrôler ces lectures et le système mis au point par les dirigeants du pays  il y a des Agents, totalement analphabètes. Ces derniers représentent une forme d’élite de la société et pour garder leur statut, ils ont l’interdiction  absolue d’apprendre à lire.

« Le rire du grand blessé » raconte le parcours d’un  de ces agent, l’agent  1075.

 

« Les Agents ne perdaient rien, ils n'avaient pas le droit d'imaginer, de contourner la réalité pour l'exprimer par leurs propres moyens. Leurs capacités à intégrer le réel via des leçons et des images dépassaient l'imaginable. Ils récitaient des centaines de noms de rues, connaissaient le règlement intérieur des Manifestations, une bonne centaine de pages divisées en dix chapitres. Ils savaient tout, ils ne se demandaient jamais si les mots avaient un sens en dehors de ces préceptes. Le monde tournait autour des objets, de leurs fonctions, jamais de leur beauté. Ils apprenaient la force sans l'élan, l'action sans l'inspiration ».

 

J’ai découvert Cécile Coulon avec «  Méfiez-vous des enfants sages » que j’avais déjà beaucoup aimé mais j’ai totalement pris mon pied en lisant «  Le rire du grand blessé ».


C’est un livre qui est passionnant de A à Z : on est immédiatement happé par cette histoire et l’on ne peut plus s’arrêter jusqu’à la fin. Cécile Coulon nous entraîne dans son univers glacial et noir avec un style que j’ai du mal à décrire. Je n’y trouve sur le papier  rien d’exceptionnel et pourtant j’ai été comme aspiré par ses mots fluides, simples et par  le rythme de sa prose. Impossible de décrocher, j’ai lu le roman en 2 fois et en 2 jours seulement ce qui pour moi est pas mal même s’il ne fait que 132 pages.


Il n’y a rien à jeter, pas de gras dans l’écriture de sprinteuse  de Cécile Coulon.

 

Le fond du roman est jubilatoire. C’est un livre  qualifié d’anticipation mais je trouve que c’est presque  optimiste comme vision. J’ai plutôt eu l’impression de lire une critique et une exagération de notre monde actuel et de notre société. Les analphabètes portés aux nues de la société, ça existe déjà non?  suivez l'actualité des prochains jours...

Les livres produits à la chaîne existent aussi, la peur omniprésente et entretenue qui permet à l’être humain d’être un gentil mouton surtout pas à 5 pattes…

 

«La Peur était le vrai manitou : les Gardes avaient peur du Grand, qui craignait un soulèvement populaire. De leur côté, les citoyens étaient terrorisés par les Agents, eux-mêmes effrayés à l'idée qu'on leur retire les avantages de leur nouveau statut. L'angoisse irriguait l'organisme de la ville. » 

 

Mais n’allez pas croire que Cécile Coulon ait écrit un manifeste politique ou philosophique chiant… «  Le rire du grand blessé » est une histoire simple dans sa progression, originale   au style très accessible mais avec un fond très riche, un livre dont on se souvient ensuite.

 

En résumé, foncez sur ce titre là qui apporte en plus une réflexion sur le pouvoir des mots, des livres, de la littérature. C’est un écrit  brillant  aux multiples facettes mais qui n’a pas pour but d’éblouir de lecteur, de lui en mettre plein les yeux. Cécile Coulon cherche surtout  à interpeller son public, enfin c’est mon ressenti, et elle y parvient avec un talent remarquable. Une auteur à suivre !

 

Pour information, Cécile Coulon aura 24 ans dans quelques jours. Elle à déjà publié 6 livres (selon wikipédia), termine actuellement son nouveau roman, écrit une thèse sur le sport et la littérature et distille aussi des poèmes magnifiques qui je l’espère feront l’objet d’une édition.

Elle pratique aussi la course à pieds,  adore les Maltesers et les bons mots tendance vannes (parfois bien  trashies ) .

 

Ci-dessous, une présentation  du Rire du grand blessé par Cécile Coulon  à la rentrée 2013.

 


  Ce livre est en compétition pour le prix Mind The Gap 2014.

 

Pric MTG 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

somaja1 10/06/2014 20:00


Rien que de penser à l'événement planétaire et ce qui va se passer à l'étage au dessus, j'ai envie d'aller vivre un mois chez les Inuits !!!


Sinon, ce roman me fait vraiment très envie , il y a nombre de livres qui traitent de ce thème, plus ou moins, et c'est bien sûr l'écriture qui fait la différence.


Même si c'est différent, ce que tu en dis  me fait penser à "La ballade de Lila K.",  une autre magnifique histoire sur le pouvoir des livres et de la culture et la peur qu'ils
provoquent chez les dictateurs et ceux qui veulent se garder le pouvoir.

Mind The Gap 11/06/2014 08:16



Je ne connais pas le livre dont tu parles. Celui de Cécile Coulon est vraiment bien.


Pour le foot, bahhh avec un peu de bol, ils iront pas bien loin les boeufs....



sous les galets 09/06/2014 09:11


Je ne vais pas te mentir, j'ai un souci avec les romans d'anticipiation qui me rendent souvent fondamentalement dépressive...et celui là risque de me faire plus de mal que de bien j'ai
l'impression...


Par contre, c'est vrai qu'elle a l'air brillante la romancière....

Mind The Gap 09/06/2014 09:57



Ce livre là n'est en rien catastrophique ni même à tendance dépressive. C'est noir er corrisif, oui mais le déroulement de l'histoire et la fin laissennt la place à l'espoir...



Denis 08/06/2014 18:31


Une fille intelligente que je me dois de lire

Mind The Gap 08/06/2014 18:44



Elle a du talent...



Sharon 08/06/2014 12:50


Comment dire ? L'événement planétaire en question, je n'y pense même pas, puisque je ne connais personne autour de moi que cela intéresse !

Mind The Gap 08/06/2014 17:10



Hé hé...moi non plus Sharon , ce qui prouve que toi et moi sommes deux parfaits sauvages pas faits pour ce monde...



Sharon 07/06/2014 21:01


Je note !


Des analphabètes portés au nue actuellement ? Noooooooooon ! Je suis sûre que certaines "starlettes" du petit écran font déjà écrire leurs mémoires.

Mind The Gap 08/06/2014 11:57



Hé hé oui mais là je pensais pas aux starlettes mais à un évêvement planétaire qui va nous casser les couilles pendant presque un mois...


le livre de la miss Coulon est vraiment bien, un plaisir de lecture tout simplement et ce n'est pas toujours le cas !



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article