Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 00:12

jean Anglade

 

Sixième ouvrage en lice pour le prix des hebdos littéraires en région 2012…le juré amateur que je suis tient le coup pour le moment : « Les doigts bleus de la pluie » de Jean Anglade.

Cet auteur plutôt discret a publié des essais, des pièces de théâtre, des biographies et plus de 50 romans. D’après Wikipédia, il  est né en 1915 donc il vient de publier ce roman à l’âge de 95 ans dans la catégorie « romans du terroir », l’auteur étant viscéralement attaché à son Auvergne natale.

 

Ce livre raconte l’existence d’Aline, jeune campagnarde rêveuse et romantique entretenant l’espoir d’une passion avec un amant imaginaire dénommé Grégory.

Mais Aline fait un mariage de convenance avec un riche Tunisien et pars là bas, elle a trois enfants. Le mari meurt, elle revient En Auvergne et fait un deuxième mariage de convenance avec un sombre huissier. Un quatrième enfant verra le jour  Sa vie est monotone, sinistre, elle n’a qu’un rôle utilitaire et n’existe pas en tant que femme…jusqu’au jour où elle croise Edmond, personnage un peu excentrique et décalé. Et là Aline rencontre enfin l’amour mais succombera t-elle aux affres de la passion ?

 

Les personnages de Jean Anglade sont simples, attachants et profondément humains.

La question posée par l’auteur est de savoir si l’on peut céder de toute son âme  à la passion amoureuse lorsqu’on est une femme mariée avec 4 enfants, que l’on vit  dans une petite ville de campagne dans les années avant la révolution féministe.

« Les doigts bleus de la pluie » c’est aussi et surtout un portrait de femme et de mère très touchant.

 

Le style est très classique, il y a quelques cotés vielle France qui parfois sont agaçants mais paradoxalement l’auteur plaide en faveur de la passion, au détriment des conventions sociales et religieuses.

Les terres auvergnates constituent un décor de choix aux aventures d’Aline et Jean Anglade est visiblement un amoureux de la nature : il dédie d’ailleurs son livre au vent, au brouillard et au soleil.

 

J’ai passé un bon moment à la lecture de ce roman d’amour sincère et sobre.

Par contre je trouve que la fin est expédiée et décevante  et j’eus aimé une autre alternative…mais à 95 ans, arriver à publier un roman par an et continuer de rencontrer le succès des lecteurs est une prouesse. Chapeau bas Monsieur Anglade.

 

Pour terminer, je reproduis ici les mots d’Eluard qui figurent sur le première page du livre…ils donnent la tonalité de ce roman :

« Nous ne vieillirons pas ensemble. Voici le jour en trop : le temps déborde. Mon amour si léger prend le poids d’un supplice »

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

Asphodèle 03/12/2011 11:00


Ah je peux laisser des commentaires aujourd'hui, je me déchaîne !!! Le nom de l'auteur m'est familier et j'ai dû lire quelque chose de lui, d'autant que j'ai eu ma période "romans du terroir"
(Signol, Vincenot, Ragon, etc). C'est vrai que ce prix te donne l'opportunité de varier tes plaisirs de lecture, et ça c'est déjà pas mal !

Mind The Gap 03/12/2011 13:22



Oui il est répertorié romans du terroir et 95 ans le papi Auvergnat...c'est beau non?



Aymeline 02/12/2011 01:02


Je ne lis pas spécialement de romans dans ce genre là mais pourquoi pas :)

Mind The Gap 02/12/2011 09:02



Ben moi non plus d'habitude mais justement ce prix littéraire est pour moi l'occasion d'aller vers d'autres univers et c'est souvent agréable...



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article