Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 00:12

hurlevent

 

Ca y est j’ai enfin pu voir «Les hauts de Hurlevent » au cinéma Utopia à Toulouse, à une bonne heure de route de chez moi.

Que les fans du fantastique livre d’Emily Brontë me fassent confiance sur ce coup là : l’adaptation de la  réalisatrice anglaise Andréa Arnold est sublime de bout en bout. Elle magnifie totalement l’histoire des Hauts de Hurlevent tout en la dépoussiérant.

 

Elle réalise une fidèle adaptation qui gomme le coté romance pour ne garder que la vérité du livre : une histoire d’amour brute, sauvage, violente, obsessionnelle. Seule la fin du roman est traitée un peu rapidement avec à mon avis une ou deux scènes qui font un peu  de surenchère. Ce sera ma seule réserve sur son oeuvre.

 

Ce qui m’avais frappé en lisant Emily Brontë, outre la violence de l’histoire, c’était l’angoisse et la terreur permanente  qui ressortait de son écriture.

Le film et tous les acteurs, peu ou pas connus, (Kaya Sodélaria et James Hawson en tête) restituent à merveille ce climat envoûtant et terrifiant.

 

La photo est magnifique, la réalisatrice utilise les paysages des Moors du Yorkshire et la nature en général comme un acteur du film à part entière. Les nombreux plans sur les oiseaux en vol ou les insectes sont autant de respirations qui montrent la liberté face à l’enfermement des personnages.

 

Excepté la chanson du générique de fin, il n’y a aucune musique dans ce film. Les dialogues sont réduits au minimum. Tout est opressant, lububre, Laurent Boutonnat doit enrager de ne pas réussir à réaliser ce genre de choses. Tout se passe dans les non-dits, dans l’imaginaire du spectateur qui est vissé sur son fauteuil, la terreur au ventre. Certaines scènes sont rudes comme celle ou Cathy lèche les blessures d’Heathcliff, battu par Hinley et bien d'autres encores.

 

Au bout du film, on est heureux de retrouver les lumières de la ville mais l’on sait que Cathy et Heathcliff ont  désormais un visage  (et d’ailleurs Heathcliff qui est black  ne correspond pas du tout aux personnages des autres adaptations et c’est une belle idée qu’a eue la réalisatrice)

 

Au final, il reste une œuvre d’une beauté pure, exprimant toute la violence dont peut faire preuve l’être humain lorsqu’il est resté au stade quasi animal. Ce film arrive à sublimer les mots d’Emily Brontë et ce n’était pas une mince affaire. Andréa Arnold a choisi un parti pris radical et c'est une réussite.

 

J’ai eu à Noël l’adaptation de Peter Koshminshy avec Ralp Fiennes et Juliette Binoche : il va falloir que j’attende avant de regarder le film car j’ai peur de le trouver totalement niais à coté du film d’Andréa Arnold.

 

Courrez voir ce film si vous le pouvez, il a été réalisé en 2012 et il fallu plus de deux ans pour qu’il sorte en France et encore bonne chance pour trouver un cinéma qui le propose…mais c’est vraiment un film à voir.  

 

Emily Brontë est cinématographiquement parlant sauvée pour l’éternité. Ne passez pas à coté si comme moi vous êtes fasciné(e)s par l’univers des sœurs Brontë .

 

Pour ceux qui veulent lire ou relire ma chronique sur le livre, c’est ici : Hauts de Hurlevent.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pierrot Bâton 17/01/2013 16:37


On y est allés. Je dois t' avouer que plus d' une fois, j' ai regardé par dessus mes lunettes. C' est le privilège des grands myopes : le flou aide à supporter certaines scènes. Ceci dit, c' est
vraiment un très beau film. On m' a demandé le lendemain si c' était "bien ". Ce n' est pas le qualificatif que j' emploierais: c' est fort, violent mais très beau.

Mind The Gap 17/01/2013 17:23



Je suis heureux que tu aies pu le voir et que mon avis t'ai i,cité à y aller justement. Oui moi aussi j'ai fermé les yeux, je ne supporte pas les scènes de cruauté envers les animaux et il y a
bien d'autres scènes difficiles entre les humains.


Mais la réalisatrice a je le pense, lu et relu le livre d' Emily Brontë et l'a traduit sans aucunes concessions de la plus belle manière qu'il soit. J'ai une autre version en attente en DVD à
voir...



Celestine 09/01/2013 20:56


C'est si rare quand on apprécie le film tiré d'un livre qu'on a adoré.


Je vais me fier à toi, et je vais aller le voir...

Mind The Gap 10/01/2013 08:38



Oui je suis souvnt déçu des adpatations cinéma, j'en aiparlé déjà pour La vie d'une autre ou La délicatesse...mais là, si tu as la chance de trouver un cinéma qui diffuse ce film...vas-y!!



Asphodèle 09/01/2013 13:03


Quel billet ! On sent que tu as aimé ! Et je comprends très bien ce que tu veux dire car ce qui m'avait surprise en relisant ce livre justement c'est sa violence brute de pomme ! Tu le sais ! Le
temps que les corbeaux l'amènent en Vendée, il sera sorti en DVD, j'espèèère !!!

Mind The Gap 09/01/2013 17:06



Hélas, ne compte pas trop sur les corbeaux, le film n'est même pas sorti à Orléans ou Metz ou Nantes...


Mais si DVD il y a, Mind The Gap l'aura et si Mind the Gap l'a, il enverra un pigeon voyageur costaud et lesté du DVD pour qu'Asphodèle puisse le voir...elle est pas belle la vie?


Ici coté corbeaux, c'est pire qu'en Vendée...ils volent à l'envers pour pas voir la misère, ils préférent voir le ciel...warf !



somaja.over-blog.com 09/01/2013 10:38


J'ai vérifié, il ne passe pas chez moi ! Je vais voir si j'ai l'occasion de le voir à Paris, parce que Toulouse ça me fait un peu loin !


C'est incroyable que ce film ne soit pas mieux distribué. 


  A suivre donc.


Je crois effectivement que tu vas trouver Binoche un peu fade après ça...

Mind The Gap 09/01/2013 17:03



Dommage, un petit tour d'avion et zou...en plus on aurait été boire un coup ensemble... mais si vraiment tu as l'occasion
d'aller sur Paris, ne le rate pas.


Déjà l'adpatation que tu m'avais passée était belle mais bien trop romanesque et j'ai bien peur que ce soit pareil avec l'autre adaptation. En plus binoche est vielle pour le rôle, l'histoire
d'amour débute alors qu'ils sont encore des enfants...bref à voir !



Valentyne 09/01/2013 10:19


coucou MTG , j'ai lu ce livre il ya longtemps et je me rappelle bien le côté passionné mais moins le côté lugubre (une mémoire sélective en quelque sorte ;-))


C'est d'ailleurs étrange, certains films me donnent des cauchemars mais les bouquins quasiment jamais (j'suis une p'tite nature)


Bises 

Mind The Gap 09/01/2013 17:01



Oh si le livre est terrifiant...je suis resté scotché sans pour autant avoir des cauchemars et pareil pour ce film!


Bises.



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article