Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 00:12

no et moi

 

Lou à 13 ans, c’est une adolescente solitaire et précoce. : «  Depuis toute la vie, je me suis toujours sentie en dehors, où que je sois, en dehors de l’image de la conversation, en décalage, comme si j’étais seule à comprendre des bruits et des paroles que les autres ne perçoivent pas et sourde aux mots  qu’ils semblent entendre, comme si j’étais hors du cadre, de l’autre coté d’une vitre immense et invisible ».


Un jour elle rencontre No,  dix huit ans,  qui vit dans la rue. Lou retrouve No pour lui poser des questions sur sa vie de SDF, ayant choisi ce thème pour faire un exposé devant sa classe . Lou se rapproche de No et entreprend alors de sauver la jeune femme de cet univers sordide qui la détruit peu à peu : « Il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur ».


Débute alors une quête dont l’issue ne sera pas évidente.

 

Après Les heures souterraines et Rien ne s’oppose à la nuit, c’est le troisième roman de Delphine de Vigan que je lis cette année. J’aime cet auteur, j’aime la femme , j’aime l’être humain qui transparaît entre les lignes.

Je ne me  lasse pas d’être lecteur de ces mots qui cognent : «   Maintenant je sais une bonne fois pour toutes qu’on ne chasse pas les images, et encore moins les brèches invisibles qui se creusent au fond des ventres, on ne chasse pas les résonances ni les souvenirs qui se réveillent quand la nuit tombe ou au petit matin, on ne chasse pas l’écho des bruits et encore moins celui du silence ».

 

Le style de Delphine de Vigan est très aérien…elle balance avec légèreté entre les rêves d’amour, de fraternité,  et de bonheur  et la dure réalité de l’existence.

 

Elle  excelle pour décrire la solitude humaine et la confrontation des solitudes entre elles :«  je voudrais seulement être comme les autres, j’envie leur aisance, leurs rires,  leurs histoires, je suis sûre q’ils possèdent quelque chose que je n’ai pas, j’ai longtemps cherché dans le dictionnaire un mot qui dirait la facilité, l’insouciance, la confiance en tout, un mot que je collerais dans mon cahier, en lettres capitales »


Au final, l’autre peut aider son prochain mais l’être humain est foncièrement seul, et la dure réalité des choses finit par mettre à mal l’individu. Celui qui a besoin de l’autre n’est pas  toujours  celui que l’on croit.

 

No et moi m’a fait penser à « Ensemble c’est tout » d’Anna Gavalda mais sans happy-end.

Delphine de Vigan évolue dans  un univers noir même si ses mots sont légers comme des plûmes…c’est pour cela que je la qualifiais d’aérienne.

 

Jamais de lourdeur, pas de complaisance dans le malheur, simplement la juste impression de la souffrance d’êtres humains qui parfois nous ressemblent. Les mots claquent :  le lecteur prend en pleine poire un uppercut d’humanité brute.

 

J’espère qu’un jour les professeurs de Français comprendront que pour faire aimer la lecture aux jeunes, il faut se tourner vers des auteurs comme Delphine de Vigan (ou d'autres) , qui sont accessibles, modernes, utilisent des mots simples  et touchent à ce que nous avons de plus universel en nous.

 

J’aime cet auteur et je n’ai pas fini de le répéter.

 

Depuis 2007, elle arrive heureusement  à vivre  de ses livres…et ses mots sont pour moi de véritables lignes de vie.

 

Ce passage pour terminer : «  La nuit quand on ne dort pas, les soucis se multiplient, ils enflent, s’amplifient, à mesure que l’heure avance, les lendemains s’obscurcissent , le pire rejoint l’évidence, plus rien ne paraît possible, surmontable, plus rien ne paraît tranquille. L’insomnie est la face sombre de l’imagination…parfois la nuit révèle la seule vérité : le temps passe et les choses ne seront plus jamais ce qu’elles ont été ».

 

Et un grand merci à Asphodèle qui m'a offert ce livre...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

Métaphore 27/10/2012 00:27


Encore un qu'il faut que je lise, j'ai beaucoup aimé Rien ne s'oppose à la nuit

Mind The Gap 27/10/2012 13:43



J'ai adoré les trois livres lus de cet auteur et je ne compte pas m'arrêter là...



Jean-Charles 19/10/2012 20:21


Je dois dire qu'avec ce billet tu me mets l'eau à la bouche, j'ai envie. Je me souviens que l'an dernier à la même époque, la rentrée littéraire sans doute, sur tous les blogs de lecture,
Delphine Le Vigan s'affichait. Mon problème est de ne jamais répondre à cet engouement, je me dis que certaines, puisqu'en majorité le lecteur à une foufoune, recevant des livres gracieusement
pour en faire la promotion, n'osent pas dre ce qu'elles pensent de peur que la source se tarisse. Je vais être vilipendé d'écrire cela mais j'en suis intimement persuadé. Quand à la presse
littéraire il y a longtemps que son avis se marchande.


Donc après m'être étalé un peu longuement et partant du principe qu'il n'y a que ls imbéciles qui ne changent pas d'avis, je vais tenter ma chance. À bientôt et merci. 

Mind The Gap 20/10/2012 13:50



Merci à toi surtout de dire ce que tu penses vraiment en commentant!


Je n'avais quasiment pas entendu parler de Delphine de Vigan quand j'ai lu "les heures souterraines" et il a suffit de 5 minutes pour me dire que j'avais croisé un écrivain et une femme
humainement plus qu'intéressante.


Après il y a eu le succés immense de " Rien ne s'oppose à la nuit"et je crois qu'il est mérité...enfin j'ai hâte de lire ton ressenti sur No et moi si tu choisis de lire celui-là.


Pour le reste, je ne sais pas mais tu poses une vraie question. La seule expérience que j'ai eue c'est en participant à un prix littéraire (mineur) en tant que juré et je n'ai pas hésité à dire
quand je n'aimais pas...j'ai même dit simplement que je n'arrivais pas à lire 2 des bookins tellement je les trouvait insipides...mais vu le faible fréquentation de mon blog, ça n'a pas
d'importance...


Y aura t'il des récations des foufoune-girls?


A plus !



© Humour de ma nuit 17/10/2012 22:10


Alors moi j'ai (bien) raté mes prochaines vacances, alors que je me faisais une joie de partir au Costa Rica visiter la forêt tropicale avec mon fils, voire les colibris et les crocodiles etc
et... le voyage est annulé !!!

Mind The Gap 18/10/2012 08:36



Disons que c'est un acte manqué alors mais ton fils et toi apprécierez d'autant plus vos prochaînes vacances ensemble...vous aurez votre revanche !!



Soène 17/10/2012 19:54


Je fais ma blonde, c'est qui/quoi Miko ?


Quelle mémoire, MTG, j'ai lu en effet les heures souterraines !
Bonne soirée

Mind The Gap 18/10/2012 08:35



Miko, c'est une marque de glaçes mais elle n'est plus très à la mode...


Tu lis beaucoup finalement mais tu n'en parles pas trop sur ton blog...


Je t'embrasse, bonne journée dans ta tout avec le chauffage peut être!!



Valentyne 17/10/2012 17:15


Coucou , 


Une auteure que j'apprécie aussi beaucoup


Suite à un comm que tu avais laissé sur mon blog, j'avais pris "les heures souterraines" à la bibli, ;-) j'ai continué avec "No et Moi" puis "jour sans faim" ;-)


Deux très belles lectures aussi :


J'ai failli te laisser un comm lundi à trois heures du mat tellement la phrase "L’insomnie est la face sombre de l’imagination…  " me parle , mais sur le smartphone , je ne peux pas en
laisser, je rattrape donc ....


Bonne journée

Mind The Gap 18/10/2012 08:32



Coucou Val ! Des phrases magnifiques, il y en a plein dans ses livres, surtout en tout début ou en toute fin de chapître. M'enfin, à trois heures du matin un lundi...si ça se trouve j'étais
moitié réveillé mais dans mon lit...


J'ai envie de lire " les jolis garçons " puis " jour sans faim".


Bises !



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article