Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:30

mussetsandMon cher Alfred,

 

A l’heure où j’écris ces mots, tu es au firmament des grands poètes.

J’ai lu une partie des lettres que tu as si joliment écrites à George dont celle ci :

 

« Je t’aime encore d’amour George, dans quatre jours, il y aura trois cents lieues entre nous, pourquoi ne parlerais-je pas franchement ? A cette distance là, il n’y a plus ni violences ni attaques de nerfs : je t’aime, je te sais auprès d’un homme que tu aimes, et cependant je suis tranquille ; les larmes coulent abondamment sur mes mains tandis que je t’écris, mais ce sont les plus douces, les plus chères larmes que j’ai versées. »

   

Ou encore celle là:


« Mais sais tu ce que sais que d’attendre un baiser 5 mois ! Sais tu ce que c’est pour un pauvre cœur qui a senti pendant 5 mois , jour par jour, heure par heure, la vie l’abandonner,  le froid de la tombe descendre lentement dans la solitude, la mort et l’oubli tomber goutte à goutte comme la neige, sais tu ce que c’est pour un cœur serré jusqu’à cesser de battre, de se dilater un moment, de se rouvrir, comme une pauvre fleur mourante, et de boire encore une goutte de rosée vivifiante ?  mon Dieu, je le sentais bien, je le savais, il ne fallait pas nous revoir…maintenant c’est fini…j’aime mieux ma souffrance que la vie ».

 

Et là, j’ai envie de te dire ceci : Alfred, il faut tourner la page, George ne t’aime plus . Pourquoi vivre sans arrêt dans cette souffrance malsaine et stupide : tourne la page Alfred, à quoi sert de te complaire dans le chagrin ?

 

Tu es jeune et tu ne le sais pas encore au moment où tu écris ces mots, mais tu auras d’autres amours, peut être moins passionnelles, peut être moins fortes encore que tu passes pour être un sacré coco. Tu auras plein de maîtresses et d’amours plus ou moins passagères et quand tu feras l’amour avec elles, ne me dis pas que tu penseras à George ! (j’ai lu un résumé de ta vie et dis moi mon cochon, tu t’es pas ennuyé dans ta souffrance…)

 

George ne vent plus entendre parler  de toi, alors pourquoi ne pas l’accepter ?

Dis toi que votre amour a pu se concrétiser, vous avez consommé une part de passion et ça c’est mal terminé voilà tout. Dis toi que tu es chanceux, tu aurais pu aimer unilatéralement George, beaucoup lui donner et ne jamais rien recevoir en retour. Or elle s’est donnée a toi corps et âme,  après ça a mal tourné mais tu n’as pas été très net avec elle non plus!

 

Réagis Alfred, tu es un homme, tu es vivant, tu es jeune et tu as ta fierté et ta dignité alors je t’en prie, ouvre une boite à archives et amplis là de son âme. Tu la consulteras quand tu en auras besoin, l’amour passé entre elle et toi te nourrira  et fara désormais partie de toi à jamais.

Allez hop, aux archives!

 

Tourne la page tant qu’il est encore temps, si tu persistes tu vas carrément la déchirer cette page, et ton amour se transformera en rancœur et en haine. Or tu es un grand romantique et tu sais comme moi que la rancune est le plus faible et le plus triste des sentiments humains. Tu es un homme alors tu n’y échapperas pas : tourne la page !

 

Tourner la page ne veut pas dire oublier, tout au plus c’est faire semblant d’oublier, ça veut dire rendre sa liberté à George et pas là même retrouver la tienne, être vivant et à nouveau créer le vie autour de toi.

Allez  Alfred, passe à autre chose, crois moi j’ai raison, il te suffit de le vouloir.

Comment ? Je ne suis pas poète, je ne suis qu’un sot bien prétentieux ? Mais tu connais Claude, il est aussi au firmament des poètes…lui tu peux lui faire confiance…

 

 

Il faut tourner la page
Changer de paysage
Le pied sur une berge
Vierge
Il faut tourner la page
Toucher l’autre rivage
Littoral inconnu
Nu


 Il faut tourner la page
Jeter le vieux cahier
Le vieux cahier des charges
Oh yeah


Il faut faire silence
Traversé d’une lance
Qui fait saigner un sang
Blanc


Il faut tourner la page
Aborder le rivage
Où rien ne fait semblant
Saluer le mystère
Sourire
Et puis se taire

 

 

La page de Claude me semble un peu  plus définitive que la tienne mais qu’importe !

 

En somme tourner la page est une petite mort, nécessaire à ta vie Alfred.

 

Aurais tu imaginé qu’on parle encore de George et Toi 177 ans après la fin de votre relation ?

 

Je te laisse Alfred et je retourne à mon livre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article

commentaires

Asphodèle 03/03/2012 23:34


Rooh, merci pour l'ovation, je n'en demande pas tant ! ^^ Mais alors qu'est-ce qu'il m'a énervée le Alfred ! T'as vu comment il est jaloux, le chantage qu'il lui a fait, la vie infernale qu'il
lui a fait mener, je vais lui faire un billet taillé sur mesure au Don Juan de pacotille ! Que de guimauve dans ces lettres et surtout, surtout de manque de sincérité !!! Bref, merci de me les
avoir envoyées car connaissant bien George Sand et sa vie, croqueuse d'hommes un temps mais les pieds sur terre elle, je me suis régalée mais j'ai quand même rigolé... Pour ce qui est de tourner
la page, je plussoie mon cher !

Mind The Gap 04/03/2012 09:34



Il faut que je erplace pluissoir dans mes conversations futures...


En fait (mais tu dois déjà le savoir) George et Alfred partirent à Venise. George tomba malade, Alfred la soigna tout en s'envoyant en l'air avec une ou plusieurs maîtresses. Puis Alfred tomba
malade, George le soigna et devint la maîtresse du docteur de manière durable.


De bonnes bases pour faire durer le couple même s'il n'y aucunes règles en la matière.


Eh donc, Alfred revint en France laissant George se faire ausculter de partout en Italie mais il essaya de la reconquérir par ses lettres...d'où ce manque de sincérité que tu as ressenti.


C'est vrai que quand il dit qu'il est heureux qu'elle soit avec un autre homme car il sait qu'elle est aimée, c'est un peu facile...


Je crois qu'il y parvint (à la reconquérie)  mais que leurs retrouvailles furent de courte durée.


Par contre, Alfred publia un livre sur leur histoire de leur vivant alors que George attendit qu'il passe l'arme à gauche pour publier le sien...pas si courageuse que ça la George....je dis ça
pour voir surgir Le chevalier Asphodèle grand défenseur de la cause des femmes...


En attendant que tu prépares le canasson, je t'embrasse...bon dimanche à toi!



Antiblues 02/03/2012 19:54


Oui, n'importe quel psy lui aurait dit que c'est stérile de se complaire dans son malheur amoureux.
Claude avait surement une autre idée de l'amour ! A tout prendre, c'est lui que j'aurais écouté ...


Ce qu'il faut dire de fadaises
Pour voir enfin du fond de son lit
Un soutien-gorge sur une chaise
Une paire de bas sur le tapis
Nous les coureurs impénitents
Nous les donjujus, nous les don juan
Mais chaque fois que l'on renifle
La piste fraiche du jupon
Pour un baiser, pour une gifle
Sans hésiter nous repartons
La main frфleuse et l'oeil luisant
Nous les donjujus, nous les don juan
Le seul problème qu'on se pose
C'est de séparer en deux portions
Cinquante cinq kilos de chair rose
De cinquante cinq grammes de nylon
C'est pas toujours un jeu d'enfant
Pour un donjuju, pour un don juan !

Mind The Gap 03/03/2012 09:03



Et il savait de quoi il parlait...c'était aussi une sorte de Don Juan, mais Musset aussi paraot-il!



Bettina 01/03/2012 23:54


Ah, Musset, "poète de la jeunesse", ou "prince des poètes"...


Cet amour passion pour Georges Sand, tu as raison, il va la raconter dans La Confession d'un enfant du siècle, et le mieux, c'est qu'elle va lui répondre par roman interposé avec son Elle et lui,
roman également qui raconte cet amour mais de son point de vue à elle. fantastiques écrivains! personnellment, et même si mon préféré, Baudelaire, n'avait que mépris pour Musset, je l'aime
beaucoup. Il est beaucoup plus ironique qu'on le croit face à lui même le premier... cela se voit dans ses Premières poésies.


Bonne fin de soirée,

Mind The Gap 02/03/2012 08:33



Merci de cet avis. J'ai du mal avec les classques mais la lecture de leurs 2 romans doit être passionnante, à essayer tantôt.


Belle journée à toi.



fabry 01/03/2012 15:29


ben nous voilà dans le plus pur romantisme moitié XIX° siècle ... un peu désuet , très passionné , elle en a fait courrir plus d'un , écrivain, sculpteur, pianiste , peintre ... et que des
célébrités s'il vous plait !... une vrai tombeuse la George en question , une grande hystérique aussi qui s'est beaucoup inspirée de sa vie pour écrire ses romans ... tout de même je me sens plus
proche des sentiments qui l'emportent sur la raison que des auteurs tels Angot dont je ne comprends rien aux liens qu'elle met en écriture , ça me glace ...littéralement !!!

Mind The Gap 01/03/2012 16:17



Les hystériques fascinent totalement  les hommes, on est hélas pas forts devant le  sexe qu'on dit faible. Musset aussi s'est inspiré de sa vie et de son histoire avec George Sand pour
écrire les confessions d'un enfant du siècle.


Je ne connais pas Angot...vais aller voir de qui il s'agit.


Bises



Soène 01/03/2012 12:56


J'ai oublié de te dire que j'adore Nougaro aussi
Moi aussi je suis un "petit" Taureau !


"...Je suis sans doute un animal
Doué de pouvoirs anormaux
Je peux échapper au mal
En jouant avec les mots..."


Et aussi la Ville rose !
Un ami d'enfance (cher à mon coeur) y habite.

Et que j'ai bien pensé à toi en écrivant mon billet programmé pour samedi matin et que not' Asphodèle et ses "O" me manque un peu... beaucoup... énormément...


 

Mind The Gap 01/03/2012 16:11



Je connais peu Nougaro en fait mais j'apprécie ce que je connais.


Si jamais tu passes par la ville rose, préviens moi, je connais des endroits parfaits pour prendre un bon thé (ou autre) avec un bon gateau.


Asphodèle sera vite de retour et on lui fera alors une Ovation avec un O!!



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article