Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 06:12

chanson du jour

 

L'été, on a souvent envie de tracer la route, de mettre les voiles, d'approcher les océans, de voler au dessus des nuages...

 

Alors je vais vous proposer des mini compilations de 4 chansons autour du voyage, au sens large du terme...des chansons que j'aime bien entendu !

 

Voici le premier volume de cette série estivale !

 

Françoise Hardy : VIP

 

Notez la chorégraphie de la belle...on rigole mais on ne se moque pas merci ! C'est l'un de ses succès populaires...pas l'une de ses  chansons à texte.

 


 

 

Desireless : Voyage Voyage

 

Chanson emblématique des années 80 (sortie en 1986) qui a réussi la performance rare de faire un carton à l'international alors qu'elle est toujours restée en version française. Un incontournable qui a connu un succès phénoménal.

 


 

 

Alain Chamfort : Manureva

 

Sorti en 1979, ce titre est le plus gros succès d'Alain Chamfort. La mélodie qu'il composa est redoutable, surfant sur les sonorités disco de l'époque. Le texte est signé Gainsbourg.

 


 

 

Julien Doré : Winnipeg

 

Extrair de l'album " Bichon", j'ai adoré cette chanson sur scène lors du concert de Julien Doré au Bikini à Toulouse.

 

 


 


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Musique
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 06:12

bord de mer

 

 

C’est une maman seule et  paumée qui emmène ses deux petits garçons à la mer pour la première fois. Sauf qu’on est en hiver et en semaine, qu’il pleut des hallebardes dans cette station balnéaire, que l’hôtel fantôme où ils dorment est miteux. Sauf que cette mère est complètement névrosée : «  J’ai tout quitté, la ville et moi avec : mon corps était sans poids, sans douleur, je m’enfonçais dans quelque chose de doux et me défaisais de la peur, de la colère et de la honte aussi. J’étais arrivée dans un monde où j’ai ma place réservée. Ni endormie, ni réveillée, je suis une plume. Ni endormie ni réveillée, je me défais, je m’étale, une bobine qui se déroule. Pourquoi est-ce qu’après j’ai basculé ? Pourquoi est-ce qu’après je me suis mise à rêver ? »

 

Névrosée, voire gravement dépressive donc un peu lucide aussi...l'éternel paradoxe.

 
« On s’efforce de vivre du mieux qu’on peut mais tout ça disparaît aussitôt. On se lève le matin mais ce matin-là n’existe pas plus que la nuit d’avant que tout le monde a déjà oubliée. On avance sur des précipices, je le sais depuis longtemps. Un pas en avant. Un pas dans le vide. Et on recommence. Pour aller où ? Personne le sait. Tout le monde s’en fout. »


«…je me suis demandé combien de temps un enfant pouvait rester le fils de sa mère, à partir de quand il était méconnaissable, je veux dire : pareil aux autres. A partir de quand ? Les hommes au comptoir avec leurs ventres ballotés par la toux, avec leurs pensées sales sur le cul des femmes, ces hommes-là, est-ce qu’ils étaient encore les fils de quelqu’un ? »


On sait dès le début de l’histoire que ça va très mal finir…et Véronique Olmi plonge le lecteur dans l’abîme en même temps que cette mère et ses deux enfants.


J’ai adoré Bord de mer et Véronique Olmi est un vrai coup de cœur pour moi, j’ai lu trois de ses romans en quelques mois.

 

Ce livre m’a fait penser à celui de David Vann «  Sukkwan Island » où un père seul et paumé emmène son fils sur une île déserte. La différence, c’est que là où l’histoire de Vann ne décolle jamais et où la terreur annoncée ne marche pas , celle de Véronique Olmi est terrifiante, horrifiante, implacable, glaciale, gênante.


«  On ne parlait pas, mais on s’entendait. On entendait notre respiration, de plus en plus forte, est-ce qu’il y avait des gens derrière ces portes pour entendre souffrir mes gosses ? Est-ce que leur respiration rentrait dans leurs rêves et soufflait dessus pour les éteindre ? J’aurais tellement aimé ça, bon Dieu, que le souffle de mes mômes éteigne tous les rêves des gens que je connais pas, qu’à la place il y ait plus que du blanc, un peu de place pour le blanc, derrière chaque porte. »


Il y a pourtant beaucoup de tendresse et parfois même de la poésie dans les mots de Véronique Olmi, mais jamais d’espoir. Le retour à la réalité est comme la fin d’un rêve qui nous ramène dans le cauchemar de l’existence. Tout est sombre, gris, noir, humide, moisi…


« Qu’est ce qu’il avait à me regarder comme ça ? Il avait jamais vu quelqu’un pleurer ? Où pleurent les gens ? C’est la question que je me pose souvent, bizarre qu’on croise jamais dans la rue des gens en train de chialer. Ils téléphonent beaucoup plus qu’ils pleurent, peut-être qu’on se détesterait moins si on chialait plus. »


Le dernier chapitre, celui du dénouement et de la libération du lecteur est très dur à lire et paradoxalement, je trouve que c’est le moins bon du livre.

 

Bord de mer qui fut le premier roman de Véronique Olmi, paru chez Actes Sud en 2001 après de nombreuses œuvres de théâtre, est un grand livre, de ceux qui resteront. J’ai encore envie de la lire et je vais me procurer un autre de ses romans. Pour moi, c’est une auteur avec un immense talent, sa plume est somptueuse, une vraie rencontre pour moi.

 

«  Maintenant la mer devait être noire elle aussi, comme ce ciel rétrécis. La mer était gonflée de marins morts jetés dans ses eaux. Tout doux. La mer était un grand cimetière flottant et froid. Est-ce qu’il y avait encore le château ensorcelé de Kevin sur la plage ? Est-ce que l’océan avait avancé jusqu’à lui pour en faire qu’une bouchée ? Et tous ces coquillages…d’autres mômes les ramasseront, quand l’eau sera toute bleue et que le soleil aura crevé le ciel. Il y en aura plein les classes, des coquillages morts, des mots d’excuse ramassés sur les plages. »

 

Merci à Somaja de m’avoir offert ce livre.


Pour ceux qui veulent lire ma chronique sur « Cet été là » c’est : Ici.


J’espère chroniquer bientôt « Le premier amour »  que j’ai également adoré.

 

Bord de mer de Véronique Olmi est sélectionné pour le Prix Mind The Gap 2014.

 

Pric MTG 2014

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 06:12

katy

 

Coucou !

 

Tout est dans le titre alors j'ai décidé de faire sobre au niveau du texte. Enfin j'avais décidé de faire sobre sur le texte...et de proposer un article éphémère visible seulement 48h  avec seulement du son et des images pour changer de l'écrit...

 

Oui mais voila, mardi dernier sont arrivés 2 colis "surprise" dans ma boite aux lettres, envoyés par 2 comploteuses, et depuis, ma BAL ne désemplit pas !

Alors je remercie toutes ces comploteuses  qui ont préparé cette  surprise qui  non seulement me fait très plaisir, puisque les colis contiennent des livres et des bonbons, mais encore me touche tout  particulièrement:

 

  • Valentyne (l'instigatrice : un énorme bisou à toi )
  • Asphodèle (qui a dû faire pas mal de logistique j'imagine)
  • Cériat
  • Somaja
  • Syl
  • Sharon
  • Célestine
  • Soène
  • Séia
  • Jeanne

Pierrot bâton qui me suit depuis longtemps a été oubliée dans la liste des contacts...

 

Jugez plutôt : voici la photo de tous les paquets arrivés !

 

Divers-3 20140703 224311

 

 

Des livres en quantité, je ne suis pas prêt d'aller en acheter...

 

Divers-3 20140704 114905

 

Et des bonbons par paquets...

 

Divers-3 20140704 114009

 

 

Et voici le texte de ralliement des comploteuses !

 

" Que serions-nous sans toi

Qui un jour débarquas

Sur la blogo

Et nous emmindounas

Dans tes délires rigolos

Et improbables...

Tu es unique

Tu es le prince de nos tics inavouables

Et si on en pince pour Mind

C'est Patrice que l'on aime."

 

Depuis j'ai la banane...c'est une très belle surprise qui donne envie de continuer le blog... et de vous envoyer ceci à vous toutes...

 

coeur

 

Pour la petite histoire, l'une des comploteuses a oublié de recopier le texte de ralliement ou alors je l'ai zappé...mais qui est donc cette étourdie si ne n'est moi...

 

Merci  les comploteuses,  pour votre fidélité à ce blog depuis 3 ans et aussi aux autres lecteurs et lectrices qui viennent ici régulièrement ou occasionnellement.

 

Du coup , l'article ne sera pas éphémère,  le son et les images qui suivent vont rester, tout le monde pourra les voir quand il le pourra...et non le ridicule ne tue pas, bien au contraire...

 

Attention, mettez le son au maximum pour bien entendre...il n'est pas bon !

 

Scène 1

Scène 2

  Scène 3

  Scène 4

 

 

 


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 06:12

jeu concours 3 ans du blog

 

Voici tout d'abord les résultats du défi du mois de juin   qui consistait à proposer une photo de mec hyper sexy...

Merci aux 8 participantes du mois et aux 12 votants.

 

  • Proposition 1 de Célestine : Patrick Jane :  2 votes
  • Proposition 2 de Somaja  : Paul Newman  :  2 votes
  • Proposition 3 de Soène: Le Stroumph  : 1  vote
  • Proposition 4 d' Asphodèle : Robert Redford :  2 votes
  • Proposition 5 de Syl : Colin First  : 2 votes
  • Proposition 6 de Séia  : Statue  : 1 vote
  • Proposition 7 de Pierrot Bâton : Paul Newman (encore lui...) : 1 vote
  • Proposition 8 de Valentyne : Brad Pitt : 1 vote

 

Hé bien on y est,  nous sommes le premier juillet 2014, le moment est venu d'annoncer la grande gagnante du jeu concours des 3 ans du blog (le blog aura 3 ans le 5 juillet).

 

Voici le classement définitif en partant de la base pour ménager le suspens.


Un tirage au sort a été effectué pour la troisième place car il y avait 3 participantes à égalité de points.

 

  • Septièmes ex aequo : Soène, Pierrot Bâton et Jeanne avec 4 votes.

 

  • Sixième : Célestine avec 8 votes.

 

  • Quatrièmes ex aéquo  : Séia et Syl avec 9 votes.

 

Tatatam...voici le podium final !

podium

 

  • Crapaude de Bronze : Valentyne (gagnante du tirage au sort)avec 9 votes

 

  • Crapaude d'Argent : Asphodèle avec 11 votes

 

  • Crapaude d'Or: Somaja avec 12 votes.

 

Pour la troisième année consécutive et malgré un concours comprtant  5 épreuves, c'est encore Somaja la bad-girl qui gagne...certes avec un point d'avance ( c'est Aspho qui dans son dernier vote a donné le point de la victoire...Warf Warf ) mais Somaja...tu es vraiment forte !


Bravo tu as gagné... (on ne râle pas Somaja...je t'ai évité la version de Mireille Mathieu...)

 


 

 

Et maintenant parlons cadeaux...

cadeau

 

Toutes les participantes  qui ont joué aux 5 défis recevront un petit lot de consolation, symbolique, envoyé sous forme de lettre donc qui ne  devrait pas trop tarder.

Pierrot Bâton et Jeanne un gros bisou, merci à vous !

Séia, Célestine,  je n'ai pas vos coordonnées, envoyez-les moi par mail pour que je vous envoie ce petit cadeau souvenir. Syl j'ai l'adresse de ton château , Soène je n'ai pas ta nouvelle adresse il me semble.

 

Pour les 3 crapaudes, vous aurez un petit colis de crapaude avec surtout quelques bricoles ramenées d'Irlande. Le temps de préparer ces minis colis et vous le recevrez, allez disons d'ici 15 jours. Val, Aspho et Somaja, j'ai vos adresses donc tout va bien.

 

Merci à toutes et tous d'avoir participé et voté .

 

Attention, je vous donne maintenant  rendez-vous le 5 juillet,  soit samedi prochain, pour un article exceptionnel célébrant les 3 ans du blog.

Exceptionnel pas sur le fond mais  sur la forme qui sera inédite pour le blog, et sur la durée puisqu'il s'agira d'un article éphémère visible seulement le 5 juillet et le 6 juillet pour les retardataires. Vous n'aurez donc que 2 jours pour voir et commenter...

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 00:00

femme solitaire

 

Voici cinq mini chroniques de livres lus récemment qui pourraient  plaire (ou pas) pour cet été.

Comme ils pourraient plaire à cette  jeune femme sur la photo lorsqu'elle aura cessé de contempler la mer.

J'avoue traîner des pieds pour rédiger les articles du blog en ce moment...alors mieux vaut un petit billet collectif que rien du tout...

 

 

 

Les heures silencieuses de Gaëlle Josse


 J'avoue avoir été déçu par ce livre. Je ne suis pas rentré dans cette histoire de femme d'un maître capitaine de navire de commerce au dix-septième siècle je crois,  si ce n'est dans le dernier tiers du texte. J'avais tellement aimé Nos vies désaccordées  que  du coup  je n'ai pas accroché. J'ai hâte de lire Noces de neige en attendant la sortie du dernier Gaelle Josse à la rentrée car sa plume est belle...et je verrai si la musique est toujours aussi présente dans ses  autres romans...

 

Love song de Philippe Djian

 

Le dernier opus de ce grand écrivain est réjouissant. On y retrouve son univers décalé, ses histoires totalement improbables: un artiste, une vie sentimentale compliquée, du politiquement incorrect, un peu de sexe  et le style de Djian .

Love song est dans la lignée de ses romans des années 80 mais avec moins de profondeur et de phrases à vous mettre par terre.

 

Je pars à l'entracte de Nicolas d' Estienne d' Orves.

 

C'est une lettre écrite par le narrateur (Nicolas) à son ami de toujours, prénommé Nicolas également, lequel  est mort deux ans auparavant.

Dans cette missive, on découvre cette amitié forte, l'enfance, le passage à l'âge adulte, les chemins qui se séparent, l'amour puis la haine entre les deux amis.

C'est un récit magnifique, intense, remuant, qui dresse le portrait de deux frères de coeur que la vie et les blessures internes vont séparer. On ressent beaucoup de sentiments, de l'amour mais aussi de la détestation et il y a un petit coté règlement de comptes post mortem qui m'a un peu laissé sur ma faim.

Mais c'est une très belle lettre. A découvrir.

Merci à Asphodèle de m'avoir offert ce livre.

 

 

La voyeuse interdite de Nina Bouraoui.


Son premier roman vendu à 1500000 exemplaires alors qu'elle était encore une parfaite inconnue...mais Gallimard a eu du nez.

C'est un récit que j'ai trouvé très dur, très noir, très cru sur une jeune fille cloitrée dans une chambre à Alger. Cette adolescente devient femme avec tout cela que ça implique dans cette culture religieuse là . La première partie du roman est aérienne, le style est d'une poésie et d'une force presque dérangeantes. Après, Nina Bouraoui tourne un peu plus en rond mais son récit ne peut laisser indifférent et donne à réfléchir...

 

 

La dame du manoir de Wildfell Hall d' Anne Brontë

 

Un vrai coup de coeur pour ce deuxième roman d'Anne Brontë dont l'histoire retient plutôt Agnes Grey, à tort. C'est peut être le plus romanesque des romans des soeurs Brontë, dans la lignée des Hauts de Hurlevent mais en moins sauvage. Une histoire d'amour qui se lit très facilement, au style fluide et très libre pour l'époque des Brontë. J'ai eu l'impression de lire un auteur actuel avec un récit très moderne. Si vous recherchez une petite saga pour votre été, La dame du manoir de Wildfell Hall est fait pour vous. Merci à Somaja de m'avoir offert ce roman.

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 06:12

blondel le baby sitter

 

Alex a 19 ans, il est étudiant et plutôt fauché. Pour arrondir ses fins de mois, il passe une annonce pour proposer ses services de baby sitter. Contre toute attente, une première demande le met en contact avec Mélanie, la boulangère de sa rue. Le bouche à oreilles opère et bientôt alex intervient auprès de plusieurs foyers.

Peu à peu, Alex va devenir pour ses "clients" un révélateur des bancalités de leurs vies, un  élément déclencheur...

 

Je retrouve ici Jean Philippe-blondel après de longs mois sans le lire et c'est un grand plaisir comme à chaque fois.

Le baby sitter n'est pas le livre que j'aurai préféré chez lui, ni peut être le plus abouti, mais il comporte ce qui m'attache à l'univers de Blondel.  C'est je crois l'auteur actuel qui me parle le plus, ses personnages sont toujours une petite part de moi-même. C'est peut être le seul auteur que j'aimerais connaître à titre personnel...j'ai l'impression qu'on pourrait être amis.

 

On retrouve toute la pudeur, l'humanité, la sensibilité de Jean-Philippe Blondel à travers Alex, cet étudiant qui vit un peu en marge de sa propre vie et s'interroge sur les passerelles à prendre pour avancer.

Les parents qu'il dépanne et les péripéties de ses soirées de garde de leurs enfants seront des moments gagnants gagnants où tout le monde en sortira grandi...

 

Je n'en dis pas plus pour ne pas paraphraser mes précédentes chroniques concernant Blondel.

 

Le baby sitter est comme à chaque fois un plaisir de lecture  et un joli roman pour emporter sur son lieu de vacances, en attendant le prochain qui j'espère sortira en 2014.

 

Pour donner envie (ou pas..) à ceux et celles qui ne connaissent pas Jean-Philippe Blondel, quelques extraits du baby sitter en forme de pensées ou de réflexions  tout comme j'aime...sur l'amour,  l'amitié, le couple...

 

"Je me suis rendu-compte qu'à force de se laisser dériver, on atteignait parfois des rivages où personne ne pouvait venir vous chercher."

 

"Est-ce qu'on peut vraiment être amis avec vingt ans de différence ? Est-ce que l'expérience accumulée et le temps qui creuse et amplifie tout ne sont pas un obstacle rédhibitoire ? D'ailleurs, est-ce que c'est si important que ça de mettre un nom sur les sentiments, l'amitié, l'amour, tout se mélange tout le temps, non ?"

 

"Il y a des gens comme ça, des gens qui traversent votre vie et qui laissent derrière eux la queue de leur comète"

 

"Cela dure quelques minutes.
Quelques minutes échappées à la chronologie.
Quelques minutes précieuses, enfermées dans une bulle à souvenirs, il neigera dans leurs têtes quand ils la retourneront."

 

"J’appartiens au monde qui m’entoure, mais il est très rare qu’il me touche réellement."

 

"Au bout d’un moment, on devient ce que l’on fait, et ce que l’on est disparaît derrière les travaux qu’on mène à bien."

 

"Est-ce que nous pouvons être un duo, c'est davantage qu'un couple, un duo, ce sont deux personnes qui ne sont pas fondues l'une dans l'autre, mais qui jouent ensemble, de concert, comme ça, il y a quelque chose qui les lie de plus fort que l'amour, oui , absolument, il y a cette évidence, nous marchons ensemble, l'un et l'autre, nous dépendons chacun de la liberté de l'autre, nous suivons le mouvement ou nous le précédons, nous ne sommes pas collés, nous sommes complices, voilà, complices."

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 06:12

abécédaire

 

Pas d'inspiration pour écrire un texte pour cette édition des plumes de miss Aspho sur le thème de la différence.

Alors je vous propose un petit abécédaire, pas vraiment hilarant comme le dit le logo, mais j'avais envie de l'utiliser car il dormait dans mes documents et il commençait à s'impatienter.

 

Les mots du jour sont :

tendresse, peau, solidarité, incompréhension, mosaïque, regard, amour, handicap, souffrir, tolérance, dispute, similitude, solitude, séparation, complémentaire, richesse, éloignement, étranger, égal, déranger, combattre. hagard, herbage, horrifiant.

 

Allez, bonne prise de tête...

 

 

Hagard : Hasard venant d’être frappé par une coïncidence…

 

Eloignement : Contrainte qui renforce les grandes passions amoureuses et détruit les médiocres, comme le vent attise les grands incendies et souffle les bougies… (voir La Roche Jean-Pierre Foucault ).

 

Complémentaire : numéro qu’on a toujours au loto, mais  sans avoir les autres…les boules !!

 

Tendresse : Rime la plus riche pour le mot caresse…

 

Solidarité : Orpheline comme la Liberté, l’Egalité, la Fraternité…

 

Incompréhension : Va chercher dico alors !

 

Mosaïque : Arc en ciel trop carré…

 

Regard : Lorsqu’il tue, on est mort…

 

Amour : Addiction.

 

Handicap : Statut qui érige l'homme au rang de statue. (ne cherchez pas de sens,  cela ne veut rien dire...)

 

Souffrir : Oh oui oh oui, attache-moi et fouette moi…

 

Tolérance : Vieille protestation stérile. (celui qui comprend la vanne est un grand malade...)

 

Disputes : Sont préférables à vingt nones !  (Vanne niveau 1)

 

Similitude : Uniformité  des habitudes menant à la solitude.

 

Solitude : La plus fidèle des compagnes qui accompagne les humains de leur naissance à leur mort.

 

Séparation : Préalable aux retrouvailles, à la mort ou à  la résurrection… 

 

Richesse : Préférable à la pauvresse...hé hé hé.

 

Etranger : Rendre bizarre.

 

Déranger : Rendre service à autrui.

 

Peau : Point commun du lapin, de la vache et du chagrin...

 

Egal : Ennemi de l'inférieur et du supérieur.

 

Combattre : Oui mais qui est l’ennemi ?

 

Herbage : Endroit bucolique et de saison pour pratiquer intensément le fourrage  (et ça rime en plus...)

  

Horrifiante : Christine Boudin.

 

plumes nouveau logo

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 06:12

jeu concours 3 ans du blog

 

 

Le dernier défi du jeu concours des 3 ans du blog consistait à proposer une photo de l'homme le plus sexy et ma foi, il faut avouer  qu'il ya du bellâtre dans l'air !

Merci aux 8 participantes qui ont joué, voici leurs propositions !

 

Proposition 1:

homme sexy celestine

 

 

Proposition 2 :  

homme sexy somaja

 

 

Proposition 3:  

homme sexy soène

 

Proposition 4:

homme sexy aspho

 

 

Proposition 5:

colin firth syl


 

Proposition 6:  

homme sexu seia

 

Proposition 7 :

homme sexy pb

 

Proposition 8:

homme sexy valentine

 

Les votes sont ouverts : vous avez jusqu'au  24 juin minuit pour indiquer votre choix dans vos commentaires. Je précise que je ne vote pas pour ce défi là. Perso, si je pouvais choisir mon physique, j'aimerais ressembler à Hugh Grant...

 

Attention, c'est le dernier défi : rendez-vous le premier juillet pour le palmares du mois et surtout le podium des crapaudes au terme du jeu concours !

En cas d"égalité de scores entre les 3 premières, je précise qu'il y aura un tirage au sort réalisé par la Douce car je veux qu'il y ait une crapaude d'or, une d'argent et une de bronze.

 

Les cadeaux viendront ensuite, je ne m'engage pas sur la date d'envoi mais j'essayerai de faire assez vite...

Les participantes qui auront joué aux 5 défis et ne monteront pas sur le podium auront un petit lot de consolation !

 

A vos votes et à bientôt pour le dénouement final !

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 06:12

 

chanson du jour

 

Le premer album du groupe Holly Siz s'intitule " My name is" . Il est sorti en 2013, et il contient l'un des  tubes pop rock  de l'année dernière " Come back to me " .

Ce titre  a permis au groupe de  décrocher une Victoire de la musique lors de la dernière cérémonie.

 

Pour ceux qui vivent dans une grotte, qui écoutent radio Nostalgie ou des cantiques (somaja c'est de toi que je parle... c'est un acompte pour la photo du lundi de Pentecôte ...) Holly Siz c'est ça...si cela vous rappelle un peu Blondie, c'est normal...

 


 

Je n'ai pas encore écouté l'album mais le deuxième extrait me plait beaucoup : le titre est  " Tricky game ". Une fois n'est pas coutume, c'est du rock et ça ma plait !

 

A noter qu' Holly Siz va faire la première partie des 2 concerts d' Indochine au stade de France. 

 

Une chanteuse et son groupe à surveiller...

 

Holly Siz : Tricky Game


 
Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Musique
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 06:12

poésie du jeudi

 

Je suis généralement  hermétique à la poésie classique voire moins classique.

Je ne ressens rien en lisant les poèmes, c'est pourquoi je ne participe pas au rendez-vous de Miss Aspho .  Pour moi, la poésie est plus une façon de voir et d'aborder les choses, de rendre belles des petites insignifiances....

 

Toutefois, je suis très attaché à la musique et certains artistes sont de vrais poètes. 

 

Alors,  une fois n'est pas coutume, je vous propose de découvrir un texte de Julien Doré, extrait de son album " Love"  dans le cadre de la poésie du jeudi.


Ce texte s'intitule " Corbeau blanc".


 Ce soir je vous quitte Je quitte la rive et les gens Depuis mon île politique Je prends l'exil des corbeaux blancs Alors ce soir je vous quitte Pour la force des puants Je suis sale et plein de tiques Je prends l'exil des corbeaux blancs Je suis la courbe tangible Je suis l'herbe puis le vent Tant mieux si ce soir je vous quitte Je prends l'exil des corbeaux blancs Tais-toi ce soir je vous quitte 

De cette fièvre romantique Je rends ma couronne à vos dents A vos mâchoires robotiques A vos ventres de géant Je sais que ce soir je vous quitte Je vous le dis encore vivant Je ne reviendrai pas des cimes De là où la neige se pend Je ne sortirai pas des lignes Tracées par les corbeaux blancs Si d'en bas vous me faites un signe J'oublierai les liens du sang

Pour qu'une pluie d'atropine Percent vos yeux de déments Brûlent vos maigres rétines Je prends le nuage des corbeaux blancs Pour qu'une pluie d'atropine Percent vos yeux de déments Moi je suis nu pour qu'on soit quittes Je suis devenu corbeau blanc Ca y est ce soir je vous quitte



 
Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Musique
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article