Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 17:05

JadeJ’ai eu la chance de découvrir Frédérique Deghelt avec «  la vie d’une autre », roman qui a rencontré le succès. Ayant particulièrement apprécié cette romancière pour sa façon de décrire les sentiments, j’ai poursuivi avec «  la grand mère de Jade ».

Quelques mots sur l’histoire .

 

Jade, jeune femme de 30 ans, va récupérer Jeanne, sa grand mère  âgée de 80 ans, dans son appartement parisien.

De cette cohabitation, va naître une histoire forte entre les 2 femmes.

Jade va découvrir une grand mère, une femme, une amoureuse et une grande lectrice devant l’éternel.

 

Ce livre d’une grande sensibilité à pour thèmes l’amour, la vieillesse et le temps qui passe, la lecture et l’écriture.

Le fil conducteur de l’histoire est l’amour des livres, l’amour des mots : tous les rebondissements sont entourés de lectures, de livres et de mots. C’est je pense l’une des raisons qui m’ont fait aimer «  le grand mère de Jade ».

 

Les mots de Frédérique Deghelt sont précis, pudiques et forts. Le texte s’affine au fur et à mesure des pages et plus on avance plus son texte ressemble à un petit bijou travaillé, poli, scintillant sans être tapageur. Elle est très forte pour exprimer les sentiments avec brio.

 

Mais si le style est fort, l’histoire est belle

et l’on termine le livre en sachant qu’on oubliera pas de si tôt cette rencontre magnifique entre 2 femmes dont la confrontation révèle des moments forts en émotion.

 

Pour vous donner envie de lire cet auteur, voici quelques uns de ses mots….sous forme d’aphorismes :

« Lire c’est dévorer ces mondes où sont inscrites nos autres vies, celles qui ont un destin »

«  Dire non à ses désirs profonds de vie, c’est dire oui à ses aspirations de mort »

«  C’est quand l’âme se refuse le plaisir de vouloir encore malgré le poids de l’âge que tout s’en va en lambeaux »

«  L’angoisse des questions qu’on ne pose pas, cache la pauvreté des réponses »

 

Si vous avez lu ce livre ou connaissez cet auteur, exprimez vous, donnez votre ressenti....

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être: A lire absolument : Jonathan Tropper : c’est ici que l’on se quitte.

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 14:51

etretatVoici le deuxième volet de la série de citations sur le bonheur. J’ai continué d’y mettre mon grain de sel en attendant que vous mettiez votre grain de poivre….

 

 

Le bonheur de l’homme commence quand il y renonce.

 

Heu oui mais si on a faim, renoncer à vouloir manger ne résout pas le manque…

 

Recette pour aller mieux répéter souvent ces 3 choses : le bonheur n’existe pas, l’amour est impossible, rien n’est grave.

 

C’est de Frédéric Beigbeder….pas sur qu’il applique ses propres recettes.

 

Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité.

 

Le rêve et la fantaisie sont de belles illusions….

 

Il faut rêver très haut pour ne pas réaliser trop bas.

 

Oui mais pas à haute voix…pitié pour celui qui dort à coté…

 

Il faut garder quelques sourires pour se moquer des jours sans joie.

 

Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au dessus de vos têtes. Mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux.

 

Quand tout est gris, la peine est mon amie…..

 

Le bonheur qu’on veut avoir gâte celui qu’on a.

 

Renoncer à un idéal  rend-il heureux ?

 

Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que nous aurions pu être.

 

Oui le tout est d’arriver à être à sa place, peu importe à quel âge….

 

Vise toujours la lune, même si tu rates tu atterriras parmi les étoiles.

 

Mais ne cherche pas toujours à la décrocher….

 

Si vous voulez que vos rêves se réalisent ne dormez pas.

 

En pleine angoisse, ne perds jamais l’espoir, car la moelle la plus exquise est dans l’os le plus dur.

 

C’est aussi ce que me dit mon épagneul…

 

Il faut rire avant d’être heureux de peur de mourir sans avoir ri.

 

Lui : « c’est l’anniversaire de ma mère, si on lui achetait un appareil électrique ? »

Elle : «  oui chéri, bonne idée, prenons lui une chaise… »

 

 Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut être: La passion amoureuse : Belle du seigneur d'Albert Cohen

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 08:59

rentréeSur la plage abandonnée, coquillages et crustacés….hé oui, cela ne vous a pas échappé, c’est la rentrée….alors faut-il déprimer ou positiver devant cet événement calendaire qui revient avec la même régularité que les vacances ? Pour partir en vacances il faut se taper la rentrée et tout ce qui en découle…morceaux choisis un tantinet malhonnêtes….quoi que !

 

C’est la rentrée à l’école alors parents réjouissez vous : après 2 mois non stop, vous allez enfin pouvoir vous débarrasser de vos enfants et les confier à l’éducation Nationale…si vous n’avez pas encore réussi à les traumatiser, comptez sur les profs , instits, pions, CPE, formateurs et compagnie…à moins que ce ne soit l’inverse…..

Mais bon on peut pas tout avoir.

 

C’est la rentrée à la télé aussi avec plein de nouvelles émissions passionnantes, un nouveau décor pour le JT de TF1 . Il est certes moins poussiéreux et plus classe , mais hélas le contenu du dit JT lui est toujours aussi nauséabond. En plus ils auraient pu en profiter pour rajeunir la Mère CHAZAL mais bon….on peut pas tout avoir…

 

C’est la rentrée en famille, enfin le retour du repas du dimanche midi familial où l’on retrouve avec entrain la pintade dominicale. Pour ceux qui ont l’esprit mal tourné, je ne parle pas ici de Belle maman mais bien du gracieux volatile consentant que vous allez retrouver dans votre assiette…mais bon on peut pas tout avoir…

 

C’est la rentrée dans le métro, sur les périphériques et sur les routes et qu’on se le dise, la circulation fluide c’est bien fini, c’est comme les glaces en tong au bord de l’eau. Alors amis citadins , prenez votre mal en patience, si vous êtes automobilistes, vous bouchonnerez, si vous êtes dans le métro le soir aux heures de pointes, vous devrez subir les odeurs corporelles de fin de journée. Amis ploucs campagnards (dont je fais désormais partie), ne vous réjouissez pas trop de la fluidité du trafic car durant votre absence de l’été, de nouveaux radars non signalés ont forcément été installés….mais bon on peut pas tout avoir.

 

Enfin c’est la rentrée au boulot. Tous vos supérieurs hiérarchiques sont là, tous vos collègues aussi, ce qui veut dire le retour des réunions de service qui durent des plombes et qui ne servent à rien. Vous pourrez vérifier si Justine est plus bronzée que vous (sacré décolleté la Justine…aura peut être une promotion et pas vous…)  et si M. Martin est plus con qu’avant les vacances ou pas. Ceci dit ne vous plaigniez pas, vous pourriez être chez Pôle Emploi….(en tant qu’inscrit , pas en tant qu’employé(e)…faites un effort quand même)…alors on peut pas tout avoir !

 

Bref on est cernés, on est foutus, on est cuits….

 

Bonne rentrée à tous et à toutes….bientôt les prochaines vacances….youpi !

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être: Journal télévisé: Voyeurisme et désinformation

 

 

 

Repost 0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 14:32

mélancolie 3Alors d’expérience, ne dites jamais ouvertement que vous ressentez une mélancolie de vivre , un ennui profond, sauf si sous vous voulez passer pour le dépressif ou la dépressive de service…

Et pourtant ce sentiment est plus répandu qu’il n’y paraît, encore faut-il avoir envie de le reconnaître et de le comprendre.

 

Mais qu’est ce que la mélancolie ?

 

Dans la vie réelle c’est une tristesse vague, indéfinie, associée souvent à la rêverie et à l’ennui existentiel. C’est le sentiment d’être toujours en suspension, d’avoir toujours quelque chose qui manque pour jouir totalement de la situation et de la vie.

C’est un ennui fait  de tout et de rien,  également un sentiment de différence vis à vis des autres.

 

Etymologiquement, la mélancolie signifie «  bille noire » . Dans le sens antique, la mélancolie permettait de vivre le deuil, de se dépasser, de trouver un sens à la vie.

D’un point le vue artistique, la mélancolie est souvent associé à la création, au génie, à la folie créatrice…bon désolé ça fait un peu cours de philo mais c’est pour la compréhension.

 

D’un point de vue psychiatrique, la mélancolie poussée à l’extrême peut être une forme grave de dépression mais il ne s’agit alors pas d’un tristesse vague et sans cause définie : il s’agit d’une psychose survenant par épisodes et caractérisée par l’existence morbide d’une émotion pénible qui domine le sujet et aboutis à baisser ses facultés intellectuelles. La mélancolie est alors l’une des phases du trouble bipolaire ou psychose maniaco-dépressive ( alternance de phases d’exaltation et de phase de profonde dépression). Possibilité d’autodestruction et de suicide dans les cas extrêmes.

 

 

Alors définitivement, doit-on considérer les mélancoliques comme des dépressifs ou  comme des hypersensibles, et des personnes qui aiment la vie passionnément, peut être même plus que les autres ?

Baudelaire disait ressentir 2 sentiments contradictoires : l’horreur de la vie et l’extase de la vie.

Pour moi la mélancolie est à la fois  un refuge qui permet de  supporter les maux de la vie et une véritable ode à la vie.

 

Au xix ième siècle, les grands romantiques ont exprimé ce sentiment : Flaubert avec l’ennui (Madame Bovary) mais aussi Chateaubriand, Lamartine ou Baudelaire à travers le spleen. (ça vous rappelle les cours de français au lycée, méga chiants….)

Au xx ième siècle, Cioran, Sartre (la nausée) ou Sagan (bonjour tristesse) ont apporté leur témoignage. (promis demain je commence à les lire, ou sinon après demain dernier délai)

 

Et comme tout finit par des chansons, des artistes comme Ferré, Miossec, Cali, Benjamin Biolay parlent de la mélancolie dans leurs textes.

Mais celle qui exprime le mieux ce sentiment reste Mylène Farmer…puisque la mélancolie est l’un de ses thèmes récurrents….allant jusqu’à claironner «  je t’aime mélancolie », mais de la belle rousse, je reparlerai très bientôt ici…

 

Pour terminer, une petite pensée que j’ai trouvée il y a quelque jours et que j’adore : « si la mélancolie n’existait pas, les rossignols devraient se mettre à roter ».

 

Laissez votre commentaire , mélancolique ou joyeux …ce blog à besoin de vos impressions pour exister, laissez vous parler….surprenez vous….dites vous que ce que vous avez à dire est intéressant !

 

 Si vous avez lu cet article jusqu'ici peut être aimerez vous: Amour: peut-il durer toujours?

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Les monologues du gamin
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 10:04

 

veniseJ’ai eu la chance d’y aller en couple mais cet endroit est tellement fort, qu’on peut parfaitement y aller avec son frère ou sa meilleure amie voire seul(e). C’est pour moi un lieu intime donc à mon sens on n’y va pas en groupe….ni en famille nombreuse.

 

Oui Venise est intime, elle regorge d’endroits de passages, de ruelles, délaissées des touristes et jouissant d’un calme remarquable. Venise est un lieu de contrastes : en quelques enjambées on passe de la foule compacte à l’intimité, des palais fastueux ornés de façades riches et dorées aux maisons quasi abandonnées ornées de graffitis.

 

Je me souviens évidemment des canaux, des gondoles mais surtout des innombrables ponts, tous différents, tous charmants, des escaliers et de la marche à pieds au sein d’un dédale de ruelles. Venise se découvre ne marchant avec de temps à autre, des trajets en bateau.

 

L’impression la plus belle est peut être celle de Venise la nuit : les reflets dorés ou multicolores des réverbères sur le Grand canal sont inoubliables, sa remontée en vaporetto peu avant minuit après avoir pris une collation au Café Florian restera gravée dans ma mémoire toute ma vie.

 

Je me souviens aussi de la découverte de la cité dans le brouillard puis de l’apparition du soleil vers midi comme si d’un seul coup un peintre colorait sa toile….

 

Je me rappelle aussi de toutes ces cloches qui sonnaient à tous les coins de la ville, Venise étant saturée d’églises remarquables d’un point de vue architectural. D’ailleurs pour ceux qui aiment et sont sensibles à  la peinture et l’architecture, Venise est un terrain de jeu fantastique.

 

En résumé, cet endroit permet de faire une pause hors du temps hors du monde actuel, hors du monde réel, et lorsqu’on retrouve les voitures, l’avion et tout  le reste, on se demande  alors si le séjour était bien réel ou si l’on a rêvé cette balade un peu surréaliste….

 

Bref vous aurez compris que j’ai grand hâte d’y retourner….

 

Une pensée de Maupassant pour terminer : « Aucun coin de la terre n'a donné lieu, plus que Venise, à cette conspiration de l'enthousiasme. »

 

A vous de me donner vos impressions vénitiennes et pour ceux qui n’y sont pas encore allés, à vous de rêver….mais faut pas rêver…..

 

Si vous avez apprécié cet article, vous aimerez peut être celui ci : LONDRES : VILLE MAGIQUE…

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Voyages - vacances
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 10:11

jt 1Suis tombé l’autre soir sur le JT et là j’ai envie de pousser mon coup de gueule : faits divers, crimes, agressions, accidents, catastrophes naturelles….que du graveleux, du sensationnel, du pur voyeurisme et les millions de gens qui se tapent le JT tous les soirs en raffolent et ça m’énerve comme dirait Helmut !

 

Non mais dites moi là, elle est où l’erreur ? A qui ça sert de parler des accidents sur l’autoroute, des inondations, des agressions barbares, des viols et des pédophiles si ce n’est à exciter les pulsions les plus viles de l’être humain….hé oui la nature humaine est foncièrement mauvaise c’est ainsi, noire de chez noire, heureusement qu’on croise parfois de belles âmes…

 

C’est du genre «  tu te rends compte Germaine, cette pauvre fille qui a été violée, c’est affreux…..mais elle a vraiment été violée  ???  Elle n’était pas mineure au moins ???  Vierge tu crois ??? ». Allez j’en rajoute à peine, c’est ça qui se passe dans la tête du voyeur regardeur de JT.

 

La palme de l’audimat, revient aux affaires de pédophilie….là c’est super pour garder le client et lui vendre juste après des tonnes de messages publicitaires…comment les JT tourneraient sans les pédophiles ??? Hé oui, il faut le savoir, les télés vivent des recettes de la pub, et les spots les plus chers pour les annonceurs sont ceux diffusés juste avant ou juste après le JT alors faut faire de l’audimat coûte que coûte, du sensationnel. On explique rien, on montre, on excite les peurs, les perversions et les frustrations.

 

Même les sujets sur l’économie et la société sont montés, bidouillés, calibrés pour que Lucien ne zappe pas. C’est de la désinformation organisée pure puisque l’information est continue par définition or là on ne montre qu’un petit bout tronqué d’information au contenu proche du néant. Ceci dit c’est en adéquation avec le cerveau de l’être humain…heureusement qu’  on croise parfois de belles âmes…

 

Ha les accidents sur l’autoroute….on tourne autour du pot, on voudrait montrer du sang, du vrai, des corps déchiquetés comme dans certains jeux vidéo, mais déontologiquement on peut pas….faut pas non plus  trop choquer le bourgeois et la ménagère de moins de 50 ans . Faut juste exciter un peu leurs neurones, ainsi cela leur évite de penser à leur vie pitoyable  et étriquée, et ils restent vissés à leur écran de télévision.

 

Autre sujet, les inondations, les catastrophes naturelles, tous ces gens qui pleurent parce que leur maison est détruite, leur voiture a été emportée par les eaux, on adore ça le malheur des autres, on se roule dedans, on a soudain une compassion hypocrite pour ces malheureux…mais bon faut dire qu’il s’agit de voisins potentiels, rien à voir avec les africains qui crèvent la dalle dans l’indifférence la plus totale.

 

Alors le soir à l’heure du JT, il doit y avoir moyen de faire autre chose non ? Discuter, échanger, lire un bon livre, faire des câlins et au pire si vous avez personne pour en faire, matez vous un bon film de cul  bref, trouvez vous une activité saine….

Heureusement si vous connaissez 2 ou 3 belles âmes vous êtes sauvé(e)s.

 

Voilà, ça m’a soulagé, un blog  peut aussi servir à ça….j’ai envie de macarons tout d’un coup mais je suis dans un endroit paumé alors je vais me faire un Twix…pas facile tous les jours.

 

Si ce billet vous inspire un commentaire, ne vous en privez pas, ce blog sert à échanger, à exprimer….cet espace est le votre.

jt 2

Repost 0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 15:11

bonheur 1Hé bien voilà, étant incapable de pondre la moindre pensée sur le bonheur, je vais me contenter de reprendre celles des autres.

Je vous propose donc 12 citations sur le bonheur, avec en passant mon grain de sel sur certaines d’entre elles.

Bien entendu, n’hésitez pas à rectifier l’assaisonnement à travers vos commentaires !

 

1 )« Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages ».

 

La sagesse ne rend-elle pas folle à la fin ?

 

2) « Désespoir, amour, gaieté : qui a ces trois roses enfoncées dans le cœur a la jeunesse pour lui, en lui, avec lui ».

 

Heu là je crois que je vais être éternellement jeune, enfin je l’espère…

 

3) « Le  bonheur humain est composé de tant de pièces qu’il en manque toujours ».

 

C’est comme les puzzles : une seule pièce manque et tout est raté…un seul être nous manque est tout est dépeuplé…

 

4) « Le bonheur est parfois une bénédiction mais le plus souvent c’est une conquête ».

 

5) « Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel »l.

 

Sauf que certains soirs le ciel est trop sombre pour apercevoir une seule étoile…mais le soleil finit toujours par revenir.

 

6) « Le bonheur se compose pour l’homme de l’union intime des plaisirs physiques avec ceux de l’âme et ceux de l’intelligence : c’est du passage sans secousse des uns aux autres que résulte l’harmonie entre toutes les facultés, comme de la fonte des teintes naît cette magie de coloris qui donne la vie à un tableau ».

 

7) « Les rêves, les désirs et les espoirs sont les étoiles de nos vies ».

 

8) « Le bonheur c’est l’orgasme du bien être ».

 

Ho oui Ho oui….c’est bon…

 

9) « Le bonheur, c’est le murmure du ruisseau au détour du chemin qui régule notre marche ».

 

C’est pour cela que la nature a créé l’Himalaya, les Alpes et les Pyrénées…

 

10) « Le bonheur ne se cherche pas : on le rencontre. Il n’est que de savoir le reconnaître et de pouvoir l’accueillir ».

 

11) « Le bonheur n’est pas un gros diamant. C’est une mosaïque de petites pierres harmonieusement rangées ».

 

Et ces petits bonheurs font le sel de nos existences…

 

12) « La vie est comme un arc-en-ciel :il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs ».

 

Pour un petit bonheur musical, suivez le lien: link

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être: Amour: peut-il durer toujours?

 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 21:08

zweigCet auteur allemand dont je n’avais jamais entendu parler avant est connu entre autre pour ses nouvelles explorant la passion sous sa forme la plus extrême.

« Lettre d’une inconnue » est l’une d’elle. Je serai bref car je ne sais pas trop quoi penser de ce texte d’une centaine de pages que l’on lit d’une seule traite et qui fait l’effet d’un bourre-pif first catégory. A vrai dire, ce texte est dérangeant, presque malsain mais véritablement bouleversant et je n’arrive pas à exprimer vraiment mon ressenti, je suis un peu confus…donc ça m’arrange de faire bref.

 

Le sujet vous l’aurez compris est la passion (unilatérale, à priori la moins séduisante des passions…)

 

Voici un extrait de la préface rédigée par Elsa Zylberstein : « Zweig nous plonge dans les insondables profondeurs d’une passion dévastatrice  absolue et obsessionnelle…l’histoire d’un cœur disposé à aimer et à mourir, d’un cœur sans limites qui se consume avec candeur et mysticisme, l’histoire d’un cœur illuminé qui se raconte et se met à nu face à un homme aimé toute une vie ».

 

Plus qu’un livre, ce récit est une expérience qui ne peut laisser indifférent et qui pose de nombreuses questions :

-          la passion doit elle rester secrète ou exprimée à tout prix ?

-          la passion unilatérale peut elle conduire à la folie et à la mort ?

-          peut-on tout accepter par amour ?

-          jusqu’où peut aller le sacrifice de soi dans la passion amoureuse ?

-          le sacrifice est-il une forme d’amour ?

-          cette forme de passion extrême est-elle de l’amour ou un trouble psychologique, une perversion psychologique ?

 

Là je crois  que je vais me faire un nouveau livre de Jonathan Tropper ou sinon un petit Musso ou Lévy pour décompresser…

 

Chers lecteurs et lectrices, si vous avez lu ce livre, s’il vous plait donnez moi vos impressions et sinon pourquoi ne pas prendre 1h30 pour vivre cette confession bouleversante ?

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:19

 

 

purple loveVoilà une question récurrente et d’une banalité affligeante….et alors ?  J’ai une idée sur la réponse, ce n’est que mon idée….elle sépare en fait l’amour de le relation amoureuse qui en découle.

 

Je crois que oui, l’amour ressenti envers une personne peut durer toujours alors que la relation amoureuse avec la personne est beaucoup plus aléatoire.

Alors vous me direz qu’un mariage sur 2 se termine par un divorce, que statistiquement la durée des couples diminue et que par conséquent, si la relation s’arrête c’est que l’amour envers l’autre n’existe plus.

 

Hé bien, j’en suis pas si sur : je crois qu’en fait les couples finissent par  se disloquer car il n’y avait pas d’amour véritable entre les 2 personnes. Il y avait des sentiments, des moments très forts mais ce n’était pas de l’amour. On connaît tous des personnes qui ont eu des relations durables auparavant, desquelles ont parfois débouché des enfants et qui se sont séparées.

Un jour ces mêmes personnes ont vraiment aimé quelqu’un d’autre et là elle se sont rendues compte que ce n’était pas de l’amour avec leurs anciennes relations. Certaines le savaient mais se voilaient la face…

 

Et puis s’il y a un véritable amour partagé, je crois qu’il est possible qu’à un moment donné la relation s’arrête car simplement on n’arrive plus à s’épanouir mutuellement. Mais à ce moment là, si la relation s’arrête, pourquoi l’amour ressenti envers la personne s’arrêterait ?

Ne peut-on pas aimer même après une rupture de la relation ? Hé bien là encore  je crois que si... 

 

Alors qu’est ce qui fait qu’une relation d’amour pur dure plus qu’une autre ? Difficile de le dire. Je crois que quand on aime vraiment on ressent à la fois de la tendresse, de l’amitié, du désir physique, de la passion et une osmose spirituelle. Bien sur difficile de ressentir et de susciter tout cela en même temps, mais je crois que les relations qui durent sont celles qui arrivent à alterner ces périodes ou à les faire cohabiter. C’est aussi une question de volonté.

 

Si une relation s’arrête pourquoi ne serait-on plus définitivement en phase spirituellement avec l’autre ? Pourquoi ne ressentirait-on plus de tendresse ou d’amitié ? Pourquoi à l’occasion ne pourrait-il pas y avoir de désir physique (avec passage à l’acte ou pas) ?

 

Bon ce n’est qu’une idée, certainement très idéalisatrice de l’amour et le souci c’est que si l’amour peut durer toujours, cela veut dire que les chagrins d’amour aussi….

Un livre décrivant une histoire d’amour atypique, belle et durable me revient à l’esprit : « Le fil de soie » de Michèle Gazier….découvert grâce à ma douce….

 

Et vous , lecteurs et lectrices amoureux et amoureuses que vous inspirent ces propos ?

Laissez votre commentaire à l’aide de n’importe quel pseudo, votre avis m’intéresse…

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut être: La passion amoureuse : Belle du seigneur d'Albert Cohen

 

Pour la route, un morceau de musique qui va vous donner envie de parler d'amour mieux de faire de gros calins...link 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 15:59

London-Eye-fireworks

 

Je suis effaré chaque année de voir la joie, la liesse et l’allégresse procurée par la nouvelle année. Partout dans la monde, dans les capitales, dans les salles des fêtes de village ou même à domicile, on célèbre le passage entre l’année finie et l’année qui vient.

 

Hé bien moi , cela ne me met pas en joie mais alors pas du tout. C’est une gigantesque hypocrisie planétaire cette affaire là. D’ailleurs, avez vous déjà entendu parler d’une telle pratique dans le monde animal ???

Ce que l’on fête, finalement, c’est une année de moins à vivre ou une année de plus vers la tombe, selon que l’on voit l ‘amphore à moitié vide ou à moitié pleine. C’est bien la seule certitude.

Mais voilà, on a besoin de se raconter des histoires de se dire que demain matin, nos soucis se seront envolés, que nos vies lorsqu’elles sont fades et tristes vont soudainement devenir éblouissantes, que l’amour va l’emporter sur tout le reste, que l’on va résoudre le problème de la fin dans le monde…

 

Alors on fait la fête, traduction on se bourre la gueule  car sans alcool, plus personne pour fêter quoi que ce soit, sans alcool la fête est moins folle…(demandez au pauvre SAM qui s'emmerde comme un gnou)

On boit pour oublier mais qu’importe, c’est la folie, la fête, la nouvelle année…

Souci, on se réveille le lendemain et finalement le goût du vomis du premier janvier est exactement le même que celui de l’année dernière, acide et insipide.

Bon, je dois être honnête, si on a sifflé 2 bonnes bouteilles de Sauterne la veille au soir, on a pas perdu sa journée….

Qu’importe, l’honneur est sauf, on a bien fêté la Saint Sylvestre.

 

Et puis on prend les bonnes  résolutions, celles d’être moins cons, moins égoïstes, plus aimant, d’arrêter de se bourrer la gueule pour un rien…..une fois j’ai mis par écrit une liste de bonnes résolutions que j’ai déchirée sauvagement 8 jours plus tard.

En plus le premier janvier, c’est férié, tout est mort, il fait gris, pour peu qu’on entende à la radio Mylène Farmer ou «  avec le temps, va tout s’en va… » , là  on a vraiment envie de se bourrer la gueule, d’ailleurs, certains le font le jour de l’an, ça aide pour se taper les appels téléphoniques et les cartes de vœux. Aujourd’hui c’est plus les SMS et TEXTO, bon allez avec un peu de bol on a gardé en mémoire celui de l’année dernière, ça va vite finalement et l’honneur est sauf…

 

Pour les anniversaires c’est un peu pareil, on fête quoi si ce n’est une année de moins sur cette terre ?

Oui mais on me dira, la fête c’est la vie, donc anniversaires et nouvelle année ne sont qu’une occasion de plus de faire la fête. Soit mais faut-il une occasion pour faire la fête ? Pourquoi ne pas fêter 364 non anniversaire, comme le lapin et le chapelier d’Alice au pays des merveilles ?

 

Alors à tous et toutes, je vous souhaite un joyeux non anniversaire !

 

Si vous souhaitez réagir sur ces quelques mots, laissez votre commentaire, ce blog est le votre, exprimez vous .

Abonnez vous à la newsletter du blog  ( module situé en bas à droite ) et vous serez prévenu(e)s à chaque nouvel article diffusé.

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Les monologues du gamin
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article