Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:20

anne bronte

 

" Ce qui va à l'amoureux ( à l'amoureuse) ne va pas au mari ( à la femme )".

 

Cette phrase est extraite de  "La dame du manoir de Wildfell House " écrit par Anne Brontë en 1848. Je dévore ce livre qui se lit comme une bluette...et merci à Somaja de me l'avoir offert !

 

La jeune Anne, qui pourtant n'avait pas vécu grand chose en amour (même si d'après ce que j'ai lu de sa vie, elle a aimé une fois...)  avait déjà tout compris de son fonctionnement et de l'opposition entre raison et sentiments, entre routine et passion, entre amants et maris et femmes.

 

150 ans plus tard, rien n'a changé, il est impossible de concilier passion et raison dans une même union et sur la durée.

 

C'est peut être ce qui fait dire à certains écrivains que l'amour est impossible puisque l'humain a besoin de passion et de raison pour être le plus épanoui possible...

 

PS : une autre brève plus drôle, spécialement dédiée à Galéa si elle me lit : le week-end dernier à Toulouse, un jeune dealer malchanceux a proposé de la drogue à des policiers en civil qui patrouillaient au centre ville...si ça c'est pas de la loose à l'état brut....

Il s'est fait arrêté  et je ne sais pas si les policiers ont acheté  ou pas...

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 06:12

Irlande

 

 

9 ans que j'avais envie d'y retourner... et je  reprends l'avion vendredi.

 

La Douce et moi repartons en Irlande pour une semaine.

 

Le blog est  donc en pause pour deux  semaines à compter d'aujourd'hui.

 

Rendez-vous le 15 mai pour le résultat du défi d'avril du jeu concours des 3 ans du blog et le lancement de l'avant dernier challenge.

 

Le voyage est nécessaire à la vie même si voyager c'est aussi parfois ne pas bouger...

 

A bientôt...portez-vous bien !

 


 


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Voyages - vacances
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 06:12

jeu concours 3 ans du blog

 

Et voici les propositions des participantes pour ce troisième défi : il s'agissait de trouver la plus belle photo de dessert et d'indiquer le nom du met.

Vous allez voir, il y a de quoi émostiller les papilles, même si vous êtes plutôt salé que sucré.

 

Proposition 1 : Cheese-cake maison...


dessert Jeanne

 

 

Proposition 2 : Tiramisu revisité...


dessert Syl

 

 

Proposition 3 : Bûche de Noël du Morvan...


dessert Soène

 

 

Proposition 4 :  Sérénade framboisine en citron majeur...


dessert Celestine

 

 

Proposition 5 : Mousse chocolat noir, chocolat blanc et vitamines...


dessert val


 

Proposition 6 : Tarte  feuilletée aux pommes de ma cousine...


 dessert pb

 

Proposition 7 : Pavlova aux framboises...


dessert aspho

 

 

Proposition 8 : Tiramisu  au citron...


dessert Seia

 

 

Proposition 9 : Pudding revisité...


dessert somaja

 

Vous avez  jusqu'au 7 mai 2014 minuit pour voter pour votre dessert préféré. Que de framboises dans vos propositions...ce n'est pas pour me déplaire!

Je rappelle que tout le monde peut voter une fois (partcipantes et visiteurs) et que le vote se fait dans les commentaires.

 

Rendez-vous le 15 mai pour voir qui est la crapaude d'or du défi d'avril, le classement général du jeu et le quatrième et avant dernier défi.

 

Merci de votre participation et de votre fidélité ! A très vite pour la suite du jeu...

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 06:12

diane brasseur

 

« Je ne veux pas vieillir.
Je ne veux pas que des taches brunes apparaissent sur mes mains... je ne veux pas avoir la goutte au nez sans m'en rendre compte... ».

Ainsi commence le récit du narrateur du livre, 54 ans, marié, menant une double vie depuis un an : la semaine avec sa maîtresse à Paris et les week-ends et vacances, avec sa femme et sa fille à Marseille...comme quoi le TGV rapproche ceux qui s'aiment !


Thème éculé bien que quasi universel, situation de départ  on ne peut plus classique, la suite on l’imagine, le narrateur aura probablement à faire un choix…à moins que…

« J'ai 54 ans et, depuis un an, je trompe ma femme avec une autre femme, une femme plus jeune que moi, une jeune femme qui a vingt-trois ans de moins que moi.
Je voudrais qu'ils aient tort, ceux qui penseront : « Et alors ? Ce sont des choses qui arrivent au bout de dix-neuf ans de mariage. »
Ceux qui auront de l'empathie pour moi parce qu'ils ont vécu cette situation, ceux qui tenteront une explication psychologique.
Je voudrais les empêcher de faire le calcul : « Quel âge auras-tu quand elle aura 37 ans ? »
Je voudrais qu'ils aient tort, ceux qui nous regardent un peu trop longtemps dans la rue, au parc, au restaurant.
Ceux qui m'adressent un sourire complice et viril comme si j'étais au volant d'une belle voiture. Je ne serais pas surpris si, un de ces jours, je recevais une tape amicale dans le dos. ».


«  Les fidélités » est le premier roman de Diane Brasseur, publié chez Allary Editions, une toute jeune maison créée par des vieux routiers de l’édition.


J’ai beaucoup aimé ce court roman  qui prouve une fois de plus que ce qui compte vraiment n’est pas l’originalité du sujet ou de l'histoire mais le point de vue qu’à l’auteur sur sa situation et ses personnages.


Et je dois dire que je n’ai pas été déçu par la découverte de Diane Brasseur.

Avec un style très actuel, un récit court, des phrases brèves et des mots simples elle arrive à sortir nettement du lot.


J’ai été surpris et interpellé par le fait que l’auteur se mette dans la peau de cet homme confronté à une dualité de sentiments (il ne s’agit pas ici d’une simple histoire de cul ou d’une aventure sans lendemain) et qu’elle décrypte ce qui se passe dans sa tête. C’est une sorte de monologue intérieur qui fait mouche.

 

Au final, elle n’en fait ni un héros, ni un salaud, ni un pauvre type, seulement un homme ordinaire, peut être  confronté à sa lâcheté ordinaire ou au désir d'être fidèle, y compris dans son infidélité.

 

De même, Diane Brasseur restitue joliment la souffrance et la solitude  de la maîtresse, Alix, qui espère que cet homme franchira le cap de quitter sa femme.  Le personnage de la femme est moins présent et moins bien restitué.

A noter, que  seule la maîtresse à un prénom, le narrateur utilise le « je » et dit  «  ma femme ».


Au final, c’est un roman fluide, qui se lit d’une traite et qui pour moi aborde avec subtilité et brio la thématique de la fidélité au sein du couple.


«  Les fidélités » n’est ni le roman de l’année, ni un livre inoubliable, c’est juste un premier roman très prometteur que j’ai aimé découvrir.


J’espère que Diane Brasseur  qui est scripte de cinéma, persévèrera dans l’écriture.

 

J'ai découvert Anne Brasseur dans La Grande Librairie, c'est elle qui m'a donné envie d'acheter son livre.

Ci dessous, une vidéo où l'auteur vous présente son livre...

 


 


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 06:12

monologue

 

 

 

Cette nuit j’ai fait un rêve étrange et pénétrant. Je m’étais transformé en kéké hyper choupinet, avec des pectoraux aussi traçables que si je pratiquais régulièrement l’activité de déneigeur à mains nues.


Et de quoi rêve un tel mâle selon vous ? Ben  de plans-cul chelous avec des bombasses au corps parfait, sculpté par des heures effrénées de zumba et de régime à base dematcha et de nori.


Ainsi, dans ce rêve  j’agendais tant bien que mal les soirées speed-dating et les conversations hot sur les outils de microbloging offerts par les nouvelles technologies.


Une vraie poilade, moi le jeune homme timide et transparent transformé en roi des flashmob de vingtenaires en transe.


Ne soyez pas choqué(e)s par ces rencontres sexuelles low-cost, il faut bien vivre avant d’être un vieux  plouc subclaquant : dédiabolisons l’infidélité dans les  songes…


Et puis je me suis réveillé, j’ai roulé une galoche à ma Douce…ne lui parlez pas de ce rêve, ça risquerait de clasher

 

 

PS :  Ce rêve imaginaire contient une partie des mots faisant leur entrée dans le dictionnaire 2014 Larousse ou Petit Robert. Vous pouvez googliser cette information pour en savoir plus.


Aspho,  arrête de bourassier ou de faire ta  chialeuse :   Quand tu en auras fini avec tes sels marins vendéens pour te remettre  de cette chronique, tu conviendras qu’il est grand temps  pour toi d’écrire le petit Asphodèle illustré des mots à préserver  que personne ne connaît plus aujourd’hui…Warf Warf Warf ! Gloire à toi  ô grande prêtresse des mots et des lettres !

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Les monologues du gamin
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 08:12

 

Vinau

 

J’ai découvert Thomas Vinau avec  «  Nos cheveux  blanchiront avec nos yeux », qualifié de roman par la quatrième de couverture. Pour moi ce livre n’est pas un roman car il n’y a pas vraiment d’histoire mais peu importe, car c’est un super livre et je ne suis pas assez calé pour théoriser en littérature ! 


Thomas Vinau  raconte, à partir de très courts textes, délicats et poétiques ( sans être des poèmes )  le parcours de vie de Walther. Ce dernier, laisse tout d’abord  sa douce  enceinte et part vivre son  propre voyage initiatique  de la Belgique à Gibraltar. C’est la première partie du livre. Puis il revient chez lui, retrouve Sally et vit l’essentiel, à savoir le partage du bonheur d’avoir un enfant. Sally l'attendait .C’est la deuxième partie du livre.


Rien d’original dans le sujet, c’est dans le style de l’auteur, dans son regard sur la vie et les sentiments intimes que se trouve l’essentiel.


La première partie (plus courte que la seconde)  m’a semblée  assez plate et banale…j’avoue même avoir pensé que j’avais déjà lu des carnets de voyages plus intenses.


Mais la deuxième partie est vraiment réussie, vraiment forte,  d’une grande beauté, j’ai été particulièrement touché par la sensibilité de Thomas Vinau et par la puissance de ses mots : «  Dehors la pluie tombe. Bien droite et verticale. Les yeux en face des trous. Elle coupe le paysage en tranches. Et puis le temps que j’écrive cela, les gouttes ont disparu. Il ne reste qu’une couche brillante sur la grisaille du matin. J’ai l’impression d’être de plus en plus loin de ce que je vois…de capter la réalité à la longue vue. C’est classique. On se dit tiens il pleut, et il fait déjà beau. On se dit je l’aime, et elle est déjà partie. On se dit c’était bien, c’est fini. A croire que vivre équivaut à s’éloigner lentement du monde. A lui courir après. »


Peut être que le début du livre m’aura servi à m’habituer au style vraiment original et atypique de l’auteur : des mots  simples, des phrases qui n’en sont pas toujours  et des ressentis très forts. La nature et les éléments sont très souvent présents dans cette succession de petits textes.

«  Nos cheveux blanchiront avec nos yeux » s’attache à transformer le rien en beau. Car à coté du fait d’être père, Thomas Vinau nous montre la beauté du quotidien, les petites choses qui nous portent. «  Les gratte-cul sont les guirlandes de la forêt ».


Je cite souvent cette pensée, lue chez Frédéric Beigbeder (un autre genre de poète…) qui me parle  : «  L’amour est impossible, le bonheur n’existe pas, rien n’est grave ».


Dans le livre de Thomas Vinau, j’ai interprété cet aphorisme ainsi :  Une forme d’amour est possible, elle est souhaitable mais elle ne résout rien…on est seul.

Le Bonheur avec un grand B est illusoire , c’est une collection de petits bonheurs qui rend l’existence supportable ou belle.

Rien n’est grave sauf la vie…et c’est ce ton noir, grave décalé et touchant qui m’a plu.  «  J’ai de l’amour à revendre pour la nature périssable et du dégoût à offrir à n’importe  lequel de mes  semblables. Nous sommes des petits chiots qui jouent à déchiqueter le monde. »


J’ai vraiment aimé ce que j’ai lu même si ce livre n’est pas un coup de cœur. J’ai juste envie de lire un autre titre de Thomas Vinau et c’est déjà un  immense petit bonheur en soi.

 

Cet extrait pour terminer : «  Les mésanges viennent récolter le duvet blanc des pissenlits pour fabriquer leurs nids. Il se prépare, tout en détail, une partouze de tous les diables dans les bosquets. Ce matin, le soleil ne se lève pas. Une abeille agonise sur le sol. Le bruit de ses ailes qui s’épuisent, c’est la petite musique de fond de notre culpabilité. Il y a quelque chose de profondément oxymorique lorsqu’on voit les abeilles mourir le premier mois du printemps. C’est comme ce vieillard aperçu hier sur un banc. Immobile. Presque déjà parti. Assis, courbé, dans les couleurs et les parfums violents des lilas en fleur. La chanson douce des pourritures, voilà ce que c’est que le printemps ».

 

Merci à Asphodèle de m’avoir offert ce livre.

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 05:42

jeu concours 3 ans du blog

 

Voici tout d'abord les résultats du défi du mois de mars qui consistait à proposer le plus beau texte en 500 caractères maximum comportant le mot amour.

Merci aux 8 participantes du mois et aux 16 votants.

 

  • Proposition 1 de Soène : Extrait de Belle du Seigneur d'Albert Cohen : 2 votes
  • Proposition 2 de Pierrot Bâton : Extrait de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand : 1 vote
  • Proposition 3 de Valentyne : Extrait de La terre est bleue de Paul Eluard : 2 votes
  • Proposition 4 d 'Asphodèle : Création originale : 4 votes
  • Proposition 5 de Célestine : Extrait de On ne badine pas avec l'amour de Musset : 3 votes
  • Proposition 6 de Syl : Création originale inspirée d'un livre : 1 vote
  • Proposition 7 de Séia : Extrait d'Océan mer d'Alessandro Baricco : 2 votes
  • Proposition 8 de Somaja : Création originale inspirée de La lettre à D d'André Gork : 1 vote.

 

Ainsi pour ce défi de mars, c'est Asphodèle qui est sacrée crapaude d'or et qui succède à Somaja. Célestine est crapaude d'argent et nous avons 3 crapaudes de bronze : Soène, Valentyne et Séia.

 

podium

Mais vous savez que la grande gagnante sera connue le 5 juillet seulement, pour l'anniversaire du blog, il s'agira de la participante arrivant en tête du classement au terme des 5 défis.

Toutes les participantes ayant fait les 5 défis auront un lot...de consolation ou de crapaude.

 

Voici  donc le classement provisoire après les 2 premiers mois:

  • Première : Asphodèle avec 6 votes (double prosternation ce matin...)
  • Deuxième ex aequo : Somaja avec 5 votes ( alors la double championne elle fait quoi?)
  • Deuxième ex aequo : Val avec 5 votes (de la constance Val...)
  • Quatrième : Célestine avec 4 votes (belle remontée...)
  • Cinquième ex aequo : Soène avec 3 votes (Alors Yonnaise on dort??)
  • Cinquième ex aequo Syl avec 3 votes ( Alors Comtesse, on décroche?? )
  •  Cinquième ex aequo : Seia avec 3 votes (qui va piano...)
  • Huitième : Pierrot bâton avec 2 votes (la tortue finit avant le lièvre mais on ne te voit plus beaucoup roder sur les blogs...)
  • Neuvième : Jeanne avec 1 vote ( Jeanne  tu n'as pas participé au défi de mars...pfff) 

Tatatam...voici le défi du mois d'avril, troisième jeu du concours .


Vous devez m'envoyer par mail (mind.the.gap@orange.fr) avant le 22 avril 2014 minuit, la photo du plus beau, du plus succulent , du plus tentant de tous les desserts, accompagné du nom de ce dernier.

Vous pouvez choisir un dessert de chef, un dessert venant d'un site Internet ou l'une de vos propres recettes.

Pour le nom, vous pouvez choisir le nom usuel ou l'inventer, à vous de voir...

Le gourmand que je suis attend vos propositions, j'en bave d'envie...mais je sens que cela va être dur de voter ensuite...

 

Merci de votre participation et à très vite pour la suite de ce jeu concours !

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 00:12

tour

 

 

 

Hé hé Soène, cet article est pour toi...ce soir c'est la quille...tu vas quitter ta tour ! J'espère que tu as préparé tes sels avant de lire ma chronique...c'est parti pour le show !

 

1) La sortie de ta tour...infernale !

 

Alors pour commencer, puisque tout  finit par des chansons, il faut préparer un petit air pour faire tes adieux à  ton chef ou à  ton patron.

 

Voici une petite chanson  spécial départ en retraite pour dire " Au-revoir Président " comme dans la pub du mec qui gagne à l'euro-millions...


 Mais tu n'auras besoin que du refrain...le couplet ne va pas à la situation, désolé, j'ai pas trouvé mieux...tu peux avancer la vidéo jusqu'au refrain.



 
2) La première semaine du retraité...

C'est la fête...alors musique...ça va swinguer la retraite et bienvenue au club warf warf warf  !!


 

Il avait la danse dans la peau le Tino... moins sexy que Jénifer mais on peut pas tout avoir...les corses on se calme, je plaisante...SVP  ne faites pas sauter mon blog...je reviens vous voir en 2015 pour les vacances  Merci, viva Corsica  et j'adore le vin de myrte !

 

Alors Soène, comment occuper tes semaines? Voici mes propositions pour te faire un planning de folie : C'est le passage obligé de tout bon retraité qui se respecte...et ce dès lundi après-midi.

 

 

Ne sois pas désespérée Soène, cela peut être drôle Des Chiffres et des Lettres et il va falloir t'entraîner...commençons tout de suite !

 


 

Bien entendu, n'oublie pas le télé-achat dès potron minet, puis les Feux de l'amour, et bien entendu Questions pour un champion et les enquêtes de Derrick. Michel Drucker non, c'est insoutenable, même pour un grabataire à demi-sourd, c'est du mauvais traitement...

Par contre évite de regarder les publicités de France 3 avant ces émissions car tu risques de déprimer grave après...

 

Si avec tout ça tu t'ennuies encore, il va falloir passer aux travaux manuels et aux arts créatifs spécials retraités.. Tu as le choix...voici ce que je te propose :

 

La poterie: Ohhhh que c'est beau...


poterie 

 

La chorale : Pardon Pardon Pardon... 



 

Le macramé : à essayer seulement si tu gardes la pêche et le moral... (autres réalisations possibles)

macramé

 

Le tatouage: je veux dire devenir tatoueuse...pour de beaux spécimens males musclés comme celui-ci...

 

tatouage

 

La collection d'objets fétiches...

 

mireille mathieu

 

 


Si malgré tout cela,  tu t'ennuies toujours, il faut partir en vacances et il faut que ca swingue. Je te conseille une  croisière (en évitant toutefois le Costa Concordia et le Titanic au niveau des paquebots).

C'est foutu pour la croisière Pascal Sevran ( recueillements, paix à son âme etc ) mais tu peux encore profiter de la croisière Julien Lepers ou mieux encore, et c'est celle que je te conseille, la croisière Franck Michael...

 

Pour te mettre dans l'ambiance de folie du chanteur (remarque la teinture parfaite des cheveux  et la poésie des rimes riches du texte...) écoute ceci...

 

 

Pour le détail de la croisière c'est ici : croisière.

 

Alors heureuse dame Soène??


 

Bon allez je stoppe là ce bizutage du jeune retraité...lcar je dois encore bosser plus de 20 ans ...

L'humour noir est mon préféré, tu le sais . On verra bien si tu me parles encore après cette chronique spéciale jeune retraitée...

 

Je te souhaite une belle et longue retraite, douce et rose...avec un énorme bisou !

 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 06:12

charlotte

 

Je viens de lire la première biographie de Charlotte Brontë, publiée en 1857, soit seulement deux ans après sa mort, et écrite par Miss Elizabeth Gaskell qui s’était liée d’amitié avec Charlotte dans les dernières années de sa vie.

Cette biographie a été écrite  à la demande du  père de Charlotte Brontë,  à la mort de sa fille.

 

Ce livre  est vraiment remarquable pour qui s’intéresse aux Brontë, bien écrit et comportant une multitude d’extraits des lettres de Charlotte. Elizabeth Gaskell s’attache à faire un portrait détaillé de l’auteur de Jane Eyre et elle y parvient sans tomber dans la complaisance, chose qu’aurait détestée Charlotte.

 

Simplement elle occulte la frénésie d’écriture des enfants Brontë, quasi obsessionnelle à l’époque de la légende d’Angria écrite par Emily et Anne et de celle du Gondal écrite par Branwell (le frère de la famille) et Charlotte.


De même, la passion amoureuse unilatérale  de  Charlotte Brontë pour Mr Heger, son professeur de lettres à Bruxelles n’est pas évoquée alors qu’elle est au centre de l’œuvre de l’ainé des sœurs Brontë. Ceci dit, elle ne pouvait pas l’être dans cette première biographie et des dizaines d’autres ouvrages l’ont décrite ensuite. 

 

La fin est un peu plus décevante car très rapide mais comme le livre est sorti juste après la mort de Charlotte, les évènements les plus récents étaient les moins faciles à décrire:  il y avait peu de documents disponibles immédiatement.

 

Il est frappant de voir, à force de lire des biographies de cette famille mythique et immortelle (j’en suis à la quatrième),  à quel point les récits des sœurs Brontë étaient alimentées par leur vraie vie. Les personnages des romans ont quasiment tous existés, les lieux également, et même certaines péripéties. J’ai notamment appris ici que l’histoire du mariage impossible de Jane Eyre avec Rochester, ce dernier étant déjà marié avec une femme atteinte de folie est un fait divers qui s’est produit non loin de là où se trouvait Charlotte Brontë. Bien entendu le génie des sœurs Brontë et leur imagination débordante transformaient le tout en des œuvres romanesques très  en avance pour leur temps. Mais contrairement à l'idée répandue qu'il s'agirait  de livres seulement romantiques ou gothiques, les soeurs Brontë n'ont fait que traduire la vérité et leur réalité, c'était une forme d'auto-fiction avant l'heure.

 

Je n’en dirais pas plus de cette biographie que je vous conseille d’autant plus qu’Elizabeth Gaskell est une auteur célèbre du dix neuvième siècle et  que sa plume se lit presque comme un roman.

 

Par contre, peut être  que cela vous intéressera d’avoir quelques éléments sur l’accueil critique et public des œuvres des Brontë ( je sens que tout le monde frétille d'impatience ).


  • Le premier ouvrage fut un recueil de poèmes des 3 sœurs édité en 1846  (sous le pseudonyme de Currer, Ancton et Ellis Bell). Les poèmes d’Emily Brontë furent encensés par les critiques, ceux de ses sœurs jugés bien plus faibles. L’éditeur vendit seulement 2 recueils de l’ouvrage.
  • En 1847, 3 récits en prose sont proposés aux  éditeurs : Agnès Grey de Anne, Les Hauts de Hurlevent d’Emily et Le Professeur de Charlotte. Les 4 premiers éditeurs refusent, le cinquième accepte de publier les livres d’Emily et de Anne mais pas celui de Charlotte. Celle si ayant commencé Jane Eyre l’année précédente, travaille d’arrache pieds et arrive à faire publier son livre chez un autre éditeur, 2 mois avant ceux de ses sœurs.  Jane Eyre est un succès critique et public immédiat, nombreuses rééditions et forte demande à l’étranger. Agnès Grey est jugé assez faible par la critique mais s’écoule correctement. Les Hauts de Hurlevent suscite des critiques et des réactions du public très hostiles mais se vend plutôt bien. Le Succès de Jane Eyre permet une réédition des œuvres d’Anne et Charlotte
  •  En 1848, Anne publie  «  Le Fermier » connu ensuite sous le nom du "Locataire de Wildfell Hall."  Bon accueil du public, critiques modérés.  Emily meurt cette année là, on pense qu’elle travaillait sur un deuxième roman mais qu’elle a brûlé le manuscrit partiel sentant la mort venir. A partir de sa mort, Les Hauts de Hurlevent sera peu à peu réhabilité et il deviendra un roman culte et un classique. Le disours d'Emily est sensiblement le même que celui de Charlotte mais sans l'auto-censure, c'est la plus douée et la plus fascinante des soeurs.
  •  En 1849, Anne meurt et Charlotte Publie Shirley. Ce deuxième roman est acheté en masse par le public et divise les critiques. Certaines sont dithyrambiques, d’autres assassines.
  •  En 1853, Charlotte Publie Villette : le livre est encensé par la critique et plébiscité par les lecteurs.
  • Le 29 (ou le 31 suivant les sources) mars 1855, Charlotte meurt, elle laisse des fragments de 3 nouveaux textes et le manuscrit inédit du Professeur, qui sera publié après sa mort. Elle meurt seulement  9 mois après s'être mariée avec le révérend Nicholls et en couches : son état physique et peut être psychologique ne lui a pas permis de supporter sa grossesse. Une mauvaise grippe attrapée lors de deux escapades avec son mari l'avaient affaiblie. A quelques semaines d'intervalle, Flossie la chienne des Brontë puis Tabby, la servante de toujours (que les Brontë avaient tenu à garder dans ses vieux jours malgré son état de santé et qu'ils ont soignée comme un membre de leur propre famille) venaient de mourir. Peut être un mauvais présage. 

 

Charlotte toucha une somme forfaitaire de 500 livres sterling pour les droits d’auteurs de Jane Eyre. Pour ses deux autres romans publiés de son vivant, Shirley et Villette, elle obtint exactement la même somme soit 1500 livres sterling en tout.

Pour avoir un ordre d'idée de cette somme, à l'époque une institutrice bien payée pouvait espérer gagner 50 livres par an...


bronté

 

A suivre...je n'en ai pas fini avec les Brontë, le blog sera fermé bien avant que je cesse de m'intéresser à cette famille...

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Les Brontë
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 07:46

 

logo-machin-syl

 

LES REPONSES SONT EN ROUGE.. personne n'a trouvé les 10 bonnes réponses. Aspho a 7 bonnes réponses si j'occulte son erreur de recopiage de son papier...

 

 

Un autre tag lancé par Asphodèle il y a pas mal de temps et que je m'étais aussi engagé à faire. Je ne fais pas souvent les tag mais quand je dis oui je dis oui !


Au départ, il s'agissait de donner 7 informations sur son caractère. La vendéenne l'a transformé en 7 informations vraies ou fausses à retrouver.

Je vous propose la même chose mais avec 10 affirmations.


Alors vrai ou faux?


Dans 3 ou 4  jours je vous dirai la vérité  en rajoutant  la bonne réponse à la fin de chaque question sur le corps même de l'article....mis à part  La Douce, je  mets au défi  quelqu'un de trouver les 10 bonnes réponses...

 

  • 1) Lors de 2 tests de Q.I.réalisés 2 années de suite , j'ai obtenu 153 et 161. Ces tests valent ce qu'ils valent, soit pas grand chose, mais pour information  un Q.I "normal" se situe entre 90 et 110.  FAUX...j'ai jamais fait de test de Q.I, je suis ppas si fou...
  • 2) J'ai été ouvreur, caissier et vendeur de pop-corn et friandises dans plusieurs cinémas à Toulouse. VRAI dans les cinémas Gaumont.
  • 3) Je me suis fait virer pour avoir ouvertement traité comme une sous-merde un responsable hiérarchique qui me traitait lui-même comme une merde VRAI dans un cinéma Gaumont
  • 4) J'ai fait plusieurs rencontres amoureuses par le biais d'internet... VRAI mais pas sur des sites de rencontres...
  • 5) J'ai été classé ( A1) au badminton pendant plusieurs années,  à la fin de mon adolescence et j'ai fait deux championnats locaux (sans gagner toutefois) FAUX: franchement j'ai une tête à jouer au badminton?
  • 6) Par une copine travaillant dans une boite de production sur Paris, j'ai pu avoir l'adresse et le 06 de Charlotte Le bon mais je n'ai jamais osé les utiliser...pourquoi faire d'ailleurs? FAUX.
  • 7) Je n'ai jamais fumé la moindre cigarette ni le moindre pétard et je ne bois que du Sauternes comme alcool. FAUX car je ne bois pas que du Sauternes mais vrai pour les cigarettes et les pétards, ma question était pas trop bien posée...
  • 8) J'ai fait du clavier (synthétiseur) pendant plus de 2 ans mais j'ai arrêté car je n'étais pas très doué. VRAI
  • 9) J'ai des origines espagnoles, italiennes, françaises et anglaises. VRAI
  • 10) Aujourd'hui j'ai un épagneul breton mais il y a 20 ans environ , j'avais en même temps un Léonberg et un Pincher. Le premier est mort à 9 ans et le deuxième à 14 ans et demi. FAUX...un chien c'est déjà pas mal de contraintes alors 2 en même temps et puis un énorme et un tout petit...franchement je vous fais croire n'importe quoi...

Alors qu'en pensez-vous? Vrai ou faux?

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article