Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 06:12

bds

 

J'ai enfin vu l'adaptation cinéma du livre d'Albert Cohen, Belle du seigneur. Le film éponyme réalisé par Glénio Bonder, sorti en catiminie l'été dernier est resté seulement une semaine à l'affiche. Il demeure  un échec cuisant pour une production internationale  avec seulement 34000 entrées France.

 

J'avais hâte de comprendre pourquoi et surtout de voir le film , étant un inconditionnel de Belle du seigneur.

J'ai donc eu le DVD à Noël et j'ai compris!

 

Ce film ne pouvait qu'être un échec car le but du cinéma est de trouver un public ce qui ici était impossible.

 

En effet, il est impossible de rentrer dans l'oeuvre de Glénio Bonder, et même de comprendre quoi que soit si l'on a pas au préalable lu le livre de Cohen et apprécié cette histoire barrée et terrible. Sinon, les images s'enchaînent de manière anarchique et incompréhensible et ceux qui pensaient voir une grande romance à l'anglo-saxone en auront été pour leur grade.

 

Pour les amoureux du livre, il ne peut y avoir qu'une réelle déception. Glénio Bonder a essayé de retranscrire le livre, chaque scène est bien dans le livre mais tout va très vite, tout est superficiel, et on a souvent l'impression d'être dans une histoire de dingue sans queue ni tête.

 

Le jeu des acteurs n'est pas aussi mauvais que certains l'ont dit mais on a connu couple de cinéma plus inspiré !

 

   Jonathan Rhys Meyer incarne Solal : il a déjà tourné une bonne douzaine de films dont le remarqué Match Point de Woody Allen. Il s'en sort plutôt pas mal, son personnage étant assez développé même si, ni son passé, ni sa famille juive n'apparaissent, on comprend juste qu'il est juif et que l'antisémitisme de la fin des années 30 lui est insupportable. Sa rage et sa folie ne sont qu'éffleurées.

 

photo bds 1

       Natalia Vodianova incarne Ariane : top model de premier plan et égérie Guerlain, elle a fait deux films auparavant, passés innaperçus. Son jeu est lisse mais finalement pas si mauvais étant donné que le rélisateur occulte tout le fond du personnage d'Ariane, son passé, ses relations avec son mari, son âme torturée, son intellect et son éducation...du coup il ne reste qu'une beauté obsédée par son Solal et prête à tout pour lui.

 

photo bds 2

 

Les images et l'esthétique sont belles, le contexte politique et social du la montée du Nazisme est bien restituée mais l'histoire est essorée de tout ce qui fait sa force. Le montage est totalement improbable et la fin si rapide qu'elle est incompréhensible sauf si l'on a bien lu le livre.

 

Certains chef d'oeuvres sont inadaptables au cinéma, d'autres réalisateurs ont jeté l'éponge avant Glénio Bonder, et le résultat final leur a donné raison.

 

Je reverrai ce DVD car je voue presque un culte à Belle du seigneur et c'est la seule adaptation (ciné, télé ou autre) qui existe à ce jour.

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 06:12

 

griffe 2

 

J'inaugure cette série d'articles avec des mini coups de griffe, histoire de me faire les ongles!  je m'en vais  donc vous avouer quelques petits trucs qui  m' agacent ! 

 

Oui parfois ca m'énerfe...j'ai le syndrome Helmuth Fritz...Arh c'est la guerre ! J'adore ce titre et ce clip très drôle, le parfait personnage de type loser...

 

Donc ça m'énerfe...

  • Tout à coup, mesdames, un inconnu (ou votre homme, votre amant, votre amoureux transis...cela ne nous regarde pas ) vous offre des fleurs, c'est l'effet magique d'Impulse !  Chouette alors, l mais en fait le bougre  vous offre des cadavres de fleurs ! Les fleurs sont belles dans les jardins, la campagne, les champs, mais dans un vase, on offre de la matière morte ! En plus, on tue   les fleurs quand elles sont les plus belles, c'est un peu comme si on mettait une balle dans la tête à une femme de 30 ans (qui est parait-il le plus bel âge pour la femme). Alors faites vous offrir de la vie, des plantes vertes ou la visite d'un beau jardin ou pour les plus riches d'entre vous, faites vous offrir un jardin mais pas des bouquets de fleurs mortes, ça m'énerfe !
  • La génération Goldman : en 2012 et 2013, Génération Goldman fait partie des meilleures ventes de disques en France. J'ai beaucoup aimé le père Jean-Jacques mais là, c'est vraiment nase de chez nase. Des interprétations lisses et monocordes, des musiques asseptisées, ils auraient dû appeler ça Génération Gold nase. Rien à sauver ou presque, je vous épargne la liste des chanteurs et chanteuses, seul Christophe Willem sort du lot quand je vois le listing  et encore je me demande ce qu'il est venu faire dans ce projet ! Bref ça m'énerfe !
  • Les leggings et les bottes (pas forcément en même temps hein ! ) : je ne supporte pas, les leggings c'est hypocrite et les bottes ça fait pêcheur, cavalier, l'amour est dans le pré  ou racoleur...enfin ça s'explique pas mais ça m' horripile. En 2017, je suis prêt à voter pour la candidat à la Présidence de la République qui proposera de fixer un taux de TVA spécial de 3200% pour les leggings et les bottes ! Oh que ça m'énerfe !

Voila, que des problèmes existentiels comme vous le voyez , les temps sont durs !

 

Ceci dit, J'espère pouvoir proposer d'autres articles sur un seul thème qui me tiendra  peut être plus à coeur.

Soyez indulgent(e)s, c'est le premier article de cette catégorie " coup de griffe" .

 

Merci à Aspho pour le joli logo...

 

 

 

 

Repost 0
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 06:12

  lettre à Helga.

 

Bjarni est un fermier islandais, éleveur de moutons, marié à Unnur. Dans une ferme voisine, il croise un jour Helga avec  laquelle il va vivre une passion amoureuse, brève mais d’une forte intensité, comme presque toujours dans les véritables passions.

Alors que l’amour entre Helga et Bjarni est réciproque, ces deux là n’arriveront pas à vivre leur amour ou disons ne s’autoriseront pas à le vivre pour des raisons que je ne dévoilerai pas.

Au terme de sa vie, alors que Bjarni  est  devenu un vieillard, celui ci écrit  une confession ultime à Helga.

 

La lettre à Helga est assurément un bon livre et son auteur, Bergsveinn  Birgisson, parvient à produire un récit authentique, parfois touchant, sur les affres de la passion et de l’amour impossible.

Le thème n’est certes pas nouveau, mais la forme de cette confession est plutôt originale puisque Bjarni décrit dans sa lettre à la fois son attachement éternel à  Helga mais aussi son attachement viscéral à sa terre,  ses moutons, sa culture et son style de vie campagnard.

 

C’est d’ailleurs un peu ce qui m’a gêné, j’ai trouvé que parfois l’histoire d’amour ne venait qu’en filigrane, comme un prétexte pour raconter un morceau de vie de l’Islande rurale ancienne.

C’est un peu ce qui m’avait déçu lorsque j’avais lu Ana Karénine même s’il n’y a aucun point de comparaison possible entre les  livres.

 

Et puis, le style de Bergsveinn Birgisson ne m’a  pas tellement touché, je m’attendais à être beaucoup plus ému  par cette confidence ultime, au moment où l’on peut enfin tout dire et regarder la vérité bien en face.


Peut être aussi que la description assez crue des scènes d’amour de la même manière que la description des scènes paysannes m’a laissée sur ma faim.


Enfin, certainement que j’en ai voulu aux deux protagonistes qui ont fait de leur amour réciproque, une relation impossible, quel gâchis !

«  N’est ce pas  qu’on devient, à coté de celle qu’on désire le plus, Helga ma belle, un vieux tronc de bois flotté qui se dérobe au grand amour ».

 

J’ai eu beaucoup de mal à extraire des phrases qui m’ont vraiment interpellées dans le texte de Bergsveinn Birgisson.

Celle ci évoque la faiblesse, la lâcheté des hommes mais aussi leur culpabilité : « Pourquoi bon Dieu, désire-t-on une autre femme que la sienne, toute sa vie, sans pouvoir faire le geste qui unirait la vie à son aspiration…la distance qui me séparait de toi n ‘a fait qu’attiser le désir de te rejoindre, mais dès que  l’occasion s’en est présentée, j’ai baissé les bras sans vouloir rien sacrifier ».

 

Et puis, alors qu’il ne faudrait jamais comparer des livres entre eux, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à «  Lettre d’une inconnue » de Zweig, qui raconte la même histoire mais dans un contexte différent, et là où Zweig  bouleverse compulsivement le lecteur, Birgisson  le titille à peine.

 

En résumé, je suis partagé dans mes ressentis car j’ai aimé " La lettre à Helga", je l’ai lu très vite, j’ai apprécié la démarche, l’humour parfois corrosif et la lucidité de l’auteur, sa profondeur dans le propos,  sa franchise, son hommage à la nature,  mais j’ai été  plutôt déçu par l’émotion et les sentiments qui émanent de son récit ce qui n'empêche pas de belles phrases...

« Le pire dans la plus grande affliction, c’est qu’elle est invisible à tous sauf à celui qu’elle habite. Ce qui me maintenait debout, c’étaient les bêtes et je peux affirmer, ma Belle, que celui qui s’est lié aux moutons islandais d’amitié intime, qu’elle qu’en soit la nature, ne sera jamais seul. Par son rayonnement, la vitalité des animaux soulage la douleur et rend l’homme capable de survivre à n’importe qu’elle épreuve ».

 

Je remercie Asphodèle de m’avoir offert «  La lettre à Helga » pour mon anniversaire.

 

  Je lis actuellement  Jasper Fforde : l'Affaire Jane Eyre.

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 06:12

 

rose

 

Voici ma participation aux plumes d'Asphodèle sur le thème de la création. Les mots de la semaine sont les suivants:

Artiste, univers, expression, mystère, délivrance, peinture, invention, monde, résistance, don, innovation, agité, créateur, unique, traverser, turbulence, tangente.


 

Le mystère du créateur n'est rien comparé à celui de l'amour.

 

Le temps  a passé, je suis devenu un artiste de pacotille. Mes peintures se vendent bien et pourtant, pris dans la toile de l'unique modèle, je me contente de dessiner inlassablement  son visage  et de  multiplier à l’infini les expressions de son regard sur mes tableaux.


Anna, je n’ai jamais pu sucer tes seins alors désormais je te croque sans fin.

 

C’est lorsque j’ai avalé mes premières pilules de Viagra que j’ai décidé de te retrouver, après toutes ces années.

Ha !  Belle invention que le Viagra, qui relance les désirs que les turbulences du temps écoulé  n’ont pas su désintégrer...

 

J’ai contacté une agence de détectives qui proposait comme innovation de pouvoir suivre leur enquête par SMS, très romantique non?

 

Et là, hier matin, ce message m’informant qu’ils t’avaient localisée. J’ai aussitôt rentré l’adresse de ce point minuscule à l’échelle de l’univers  dans mon GPS, et j’ai traversé le pays pour être avec toi, Anna,  pour à nouveau, ne serait-ce qu’un instant  chercher ton âme dans tes yeux.

 

Beaucoup de circulation sur l’autoroute agitée, pause café chez Total, un don du ciel cette boisson infâme sortie d’une machine  devenue sinistre à force de voir défiler tous les malheurs des hommes.

 

A Marseille, j’ai pris la tangente, j’ai bifurqué vers la départementale, passé la rade d’Agay sous  les roches rougies de l’Estérel, puis je suis revenu dans les terres pour trouver cette jolie bourgade où tu étais.

 

Arrivé à destination, je suis venu te voir mais il y avait sans arrêt du monde autour de toi.

Je te voulais pour moi seul mon Anna,  ces retrouvailles devaient être une délivrance, les autres n’avaient pas le droit de les gâcher.

 

J’ai dû attendre jusqu’à 18h42 pour pénétrer dans ta demeure. Mon cœur était rentré en résistance depuis le début de l’après midi.

 

Quand je te vis, plus belle que jamais, parée de  cette robe de soie violette, mes bleus au cœur devinrent noirs.  Tu dormais, apaisée, ton teint d’albâtre rehaussé par ton maquillage te rendait divine. Je voulus  alors me plonger dans l’azur de tes ténèbres, je m’approchais sans bruit et m’apprêtais à poser  délicatement mes mains sur tes paupières...


C'est alors que j’entendis une voix d’homme derrière moi dire : «  Monsieur, je suis  vraiment désolé, il est 18h55, la morgue ferme dans cinq minutes ».

 

PS : Ce texte m'a été inspiré par une très belle adaptation d'Anna Karénine, vue cette semaine à la télévision.

 

plumes nouvelle version

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Textes
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 00:12

happy new year

 

2012, année de la lose (en français on prononce louse), 2013, année de la braise, 2014, année de...aie il n'y a aucune rime possible avec quatorze, même une pauvre rime pauvre.

Alors, cela signifie t-il que la poésie sera absente de 2014? Que non et je le prouve en formulant ces voeux pour la petite famille virtuelle !

 

Pour Asphodèle, des tartines de mortadelle, des matinées irréelles, des bouquets d'immortelles et une forme de jouvencelle !

 

Pour Antiblues, jamais de blues, beaucoup de flouze, des nuits à Toulouse, au moins douze (sauf si épouse jalouse).

 

Pour Soène, une force herculéenne, une retraite bohémienne , des palaces de reine et des grottes vendéennes.

 

Pour Jeanne, de la liqueur de gentiane, de la douceur océane, des nuits de folie à la chouanne et le bonjour à Liliane.

 

Pour Cériat, des rendez-vous gare Victoria, de vrais pasionarias, des séjours fous à Avoriaz et tant pis  s'il faut manger à la cafétéria. (c'est cher Avoriaz...)

 

Pour Pierrot bâton, deux ou trois marathons, l'intégrale de Platon,  ds crapuleux photomatons et des bisous aux rejetons.

 

Pour Valentyne, des bouquets doux aux églantines, aucune soirée chafouine, des pans entiers de nougatine  et ne jamais être prise pour Valentine. (Cette usurpatrice)

 

Pour Helène, jamais de saisons vilaines, des petits dej pleins de madeleines, des chansons de Mylène et la lune toujours pleine.

 

Pour Célestine, de douces senteurs de  clémentines, ne pas chopper la sclarlatine,  des montées folles en télécabines et du nougat à la théine.

 

Pour Somaja, du cristal de Baccara, de chaudes nuits sous de beaux draps, passer enfin devant la caméra et se régaler de pâtes carbonara. (j'attends le film...)

 

Pour Syl , des dîners de roi à domicile, aucune bavure dans le Ricil, de beaux oiseaux toujours graciles et un beau duo avec Seal. (j'attends le clip...)

 

Pour Séia, de belles soirées de gala, un raid chez les mayas, interviewer PPDA et sentir bon le Semsara.

 

Pour Béné, courir en short dans les bleuets, les poches remplies de billets, des diamants bruts sur les poignets et de succulents beignets.

 

Pour Laure, une rose dans un soliflore, un déjeuner café de Flore, toute la beauté de l'aurore et  deux ou trois labradors. (c'est toujours content le labrador...)

 

Pour Sharon,  un premier rôle chez James Cameron, come on , come on ! (bouh j'ai pas trouvé mieux avec un pseudo pareil)

 

Api 2014 !


Mars 2012 (5)

 

Et puis à vous blogueurs , blogueuses, à ceux que j'aime,  à tous ceux qui viennent ici sans commenter ou qui arriveraient ici par hasard, je souhaite une très belle année 2014, riche en émotions et en vie.

 

 

Car, pour reprendre les mots du poète, celui que Syl vénère secrêtement : " Aimons-nous vivants, n'attendons pas que la mort nous trouve du talent !"

 

 


 

Claude François, sors de ce corps...c'est pas bien de se moquer...l'année prochaine promis Soène je mettrais Guy Béart et sa chanson à texte sur la bonne année. Warf ! 

Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 06:12

soleil

 

Voici ma participation à l'atelier des plumes d'Asphodèle, sur le thème du feu. Les mots proposés aujourd'hui sont : Chaleur, soleil, jeu, âtre, glace, bois, passion, fascinant, brûler, enfer, flammes, braises, purifier, intense, syncopé, secousse, sable.

 

J'ai transformé intense en intensité, ce qui me vaudra un bon coup de règle mais tant pis...

 

 

 

Juste avant qu’elle ne décide de le transformer en braises de bois consumé dans son  âtre, on pouvait lire dans le journal intime de la lune : «  Je brûlerai dans les flammes de l’enfer, perdue pour des millénaires. Soudain tout s’éclaire, c’est dans sa lumière que j’ai goûté la chair »

 

Un soir d’intense chaleur,  le soleil fit fondre la glace et devint l’amant de la lune.

Il remarqua tout de suite le coté solaire de l'astre lunaire, et le trouva littéralement fascinant.

La lune elle, fut subjuguée par le coté pierrot lunaire du soleil, peut être à cause de ses demi-lunes (être en orbite en permanence finit par rendre presbyte).


Il n ‘en fallut pas plus pour donner naissance à  la plus torride des passions dans l’univers.

 

Mais dans l’espace, pas facile de raccourcir les distances et le temps.

Comment atteindre l’extase en jouant au chat et à la souris ? Quand le soleil se couchait, la lune se levait, quand l’un brillait, l’autre s’assoupissait.

Les deux amoureux s’organisèrent alors  pour que leur passion ne soit   ni un jeu  pieux ni un château de sable.

 

Le soleil remarqua que la lune était une cérébrale, capable de prendre du plaisir à distance.

Il missionna donc  les arc-en-ciel et les étoiles filantes lorsqu’ils sont le moins occupés, au printemps et à l’automne. Les arc-en-ciel firent passer à la lune des photos du soleil prises sous tous les rayons et leur prisme excita la lune. Les étoiles elles,  lui transmirent les mots doux et brûlants  pour stimuler son imaginaire.


Et cela marcha, la lune se caressa en pensant à son ange astral et elle atteignit l’orgasme.

 

C’est là le paradoxe de l’équinoxe. Les grandes marées d’automne et de printemps  ne sont que le résultat de l’intensité orgasmique de la lune. Les ondulations fiévreuses des vagues  dans l’océan   ne sont dues qu’aux secousses syncopées de la lune.

 

Le soleil, lui, n’était pas trop  cérébral.

Il sentit monter en lui un désir croissant de lune.

Il avait besoin d’être proche de sa maîtresse pour pouvoir prendre du plaisir. Il devint nécessaire pour lui  de se superposer à la lune, de la recouvrir et de la prendre.

Ainsi quand vous voyez  une éclipse de lune, c’est que le soleil fait l’amour avec la  lune.

 

Mais ceci ne suffit pas au soleil :  prendre du plaisir n’est pas systématiquement synonyme de jouissance.

 

Lorsque le soleil atteint l’orgasme total, et parfois il y arrive,  il est pale, totalement vide de sa substance de feu, il  ne peut même plus  briller.

Alors  que la lune, elle, est  resplendissante, scintillante,  totalement pleine.

 

Y penserez-vous  lors de la prochaine éclipse du soleil ?

 

plumes nouvelle version

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Textes
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 06:12

award-sister-cc3a9riat

 

J'ai été tagué par Asphodèle, elle même l'ayant été par la facétieuse Cériat.

 

Je ne tague personne puisqu'il a déjà beaucoup tourné ce petit questionnaire...

 

Voici donc les questions et mes réponses 

 

  • Votre couleur préférée ? :Le violet, vous devez commencer à le savoir. J'aime aussi le rose  ou  le fushia qui pètent bien, le mauve, le parme et le jaune vif.
  • Votre animal de compagnie préféré ? L'épagneul breton, quand je vous dis que j'aime la Bretagne.
  • Votre boisson préférée ? Le cidre fermier...de Bretagne, je peux boire une bouteille seul sans souci enfin parfois avec soucis le lendemain... J'aime aussi beaucoup le bon Sauternes et les jus de fruit Tropicana.
  • Lequel préférez-vous, Facebook ou Twitter ? J'espère être sur Twitter prochainement, j'ai laissé tomber FB, je n'avais pas assez d'amis (je suis un vrai sauvage)  et puis j'ai du mal avec ce genre de communication instantanée.
  • Votre modèle préféré ? Je n'en ai pas vraiment; modèle est un bien grand mot. Pour répondre quand même à la question,  si j'étais chanteur ce serait Laurent Voulzy, si j'étais auteur ce serait un modèle patchwork, si j'étais peintre il y en aurait beaucoup,  mais je ne suis pas  artiste  alors disons une bulle de savon...
  • Vous préférez recevoir ou donner des cadeaux ? J'adore recevoir mais aussi donner à ceux que j'apprécie vraiment,  avec parfois des cadeaux un peu empoisonnés...
  • Votre chiffre préféré ? Je n'en ai pas mais ma vie a toujours été rythmée par le 2 et le 1. Je suis né le 12/12  j'habite au 12 après avoir habité au 2 et au 21, j'ai rencontré la douce le 2, on est ensemble depuis un 2, je me suis marié le 1, elle est née le 21 et j'en oublie, si je ragarde plus loin c'est pareil !
  • Votre jour préféré ?  Je n'en ai pas, disons un jour prochain, le jour où....
  • Votre fleur préférée ? Les iris, les rhododendrons, les édelweis,  les hortensias  et toutes  les fleurs des champs,  mais pas dans un vase, les fleurs doivent être des fleurs et non des cadavres de fleurs...
  • Quelle est votre passion ? Il y en a eu beaucoup au fil du temps mais est ce vraiment des passions? En ce moment je dirais les Brontë  et emmerder le monde !
Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:12

SAM 0589Coucou, me voila revenu, le bar est ouvert,  et en plus j'ai une nouvelle doudoune rouge !

 

J'ai apprécié d'être en pause pendant 3 bonnes semaines et me voila  à nouveau sur la blogosphère.

 

Comme vous le voyez, j'ai refait les peintures et la décoration et je remercie vraiment  Aspho et Syl de leur aide, même si le résultat final n'est pas forcément à leut goût . Personnellement, ce nouvel habillage me plait , il est un peu chargé j'en conviens, comme un sapin de Noël trop décoré? Vous me direz...

 

Le décor est planté, maintenant parlons du fond car il ne vous a pas échappé qu'ici il n'y avait que des articles de fond...jamais de futile !

 

Il sera toujours question de livres, de littérature, de textes pour les ateliers littéraires et de musique : c'est les fondamentaux et ils resteront puisque je vis avec au quotidien.

Les sentiments seront toujours là évidemment...


 

Je souhaite aussi proposer des articles réguliers dans les catégories suivantes:

  • Les confidences hallucinantes de Mind The Gap
  • Les monologues du gamin  (nouveau !)
  • Les coups de griffe de Mind (nouveau !)

Et puis, je vous réserve quelques surprises autour du blog et de nos blogs, avec probablement  des tags à ma sauce (piquante...) mais aussi : un jeu pour le 3000 ième commentaire,  un concours pour les 3 ans du blog en juillet prochain (puisque je compte bien aller jusque là) et un un autre rendez-vous pour le 400 ième article, probablement à l'automne prochain...

 

En résumé, des mots, du fond et si possible un peu de fantaisie, de mauvaise foi et des couleurs!

 

Le 11 décembre dernier, j'ai reçu un très joli carnet que j'adore, venant des éditions 10/18.

 

Le voici :

 

SAM 0585

 

Je ne sais pas du tout qui leur a donné mon adresse, il n'y avait rien dans l'enveloppe bulle et j'aimerais bien savoir qui est à l'origine de ce cadeau.

Le premier cercle des blogueuses que je fréquente dit n'y être pour rien, alors j'élargis mes recherches  au deuxième et dernier cercle, si quelqu'un sait, qu'il parle !

 

Je suis heureux d'être ici et me réjouis par avance de vous retrouver, merci de votre fidélité, je vous souhaite de beaux moments pour les fêtes et des cadeaux par milliers, vive les cadeaux !

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 06:12

nuagepoint

 

 

Coucou.

 

Je mets le blog en pause pour  le mois de décembre.

 

Depuis juillet 2011, je ne me suis mis en pause  que pendant mes départs en  vacances et je ressens la nécessité de faire ce break.

Depuis quelques temps, le coté contrainte l'emporte sur le coté plaisir et je commence donc  à me poser des questions, les mêmes que vous vous êtes probablement posées un jour et d'ailleurs certains en ont  parlé parfois..

 

Pendant ce mois de décembre , je vais réfléchir aux contenus, à de nouvelles catégories d'articles, à plus de fantaisie, de couleurs, d'idées et de surprises pour reprendre en janvier et continuer l'aventure. La routine tue tout, même les blogs et j'ai déjà quelques idées en tête pour ne pas sombrer dans l'ennui  donc vous ennuyer par ricochet. Il y sera toujours question de livres et de musique et je ferai de temps en temps les ateliers d'Aspho pour lui faire un peu de trafic sur son blog confidentiel si je peux rendre service... Mais pour le reste, faut que je cogite...


Et puis si l'envie ou les idées ne reviennent vraiment pas  je tirerai ma révérence courant 2014 ( en faisant attention de  ne pas me faire mal, je suis pas doué pour les actes  techniques).

 

D'ici la fin de l'année,  je serai présent sur vos blogs comme d'habitude et je continuerai de répondre aux milliers, enfin centaines enfin à vos quelques commentaires..

 

Bien entendu le hors blog continue de plus belle, et ma boite mail est toujours ravie de vous accueillir...

 

Rendez-vous ici  fin décembre ou  début janvier  pour le prochain article de Mind The Gap qui sera le numéro 322 !

 

Prenez soin de vous, je vous souhaite un beau mois de décembre, merci beaucoup à vous tous et toutes pour vos presque 3000 commentaires auxquels j'ai toujours répondu avec plaisir.

 

Je vous embrasse,  et vous laisse avec ce duo de Nicola Sirkis et Brian Molko que personnellement j'adore.


 


 
Repost 0
Published by Mind The Gap
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 16:32

Timeless tour

 

Le première fois que j'ai vu Mylène Farmer en concert, c'était en  2000 pour le "Mylénium tour" J'avais été enchanté et plutôt bluffé par cette ambiance mystique et frénétique.

A cette époque je n'avais pas encore aimé, aimé vraiment je veux dire.

 

La seconde fois, ce fut pour "Avant que l'Ombre..".à Paris Bercy en 2006 : J'ai été ébloui et stupéfait par ce spectacle tellement beau visuellement et compliqué  techniquement qu'il ne pouvait pas être joué en province. On venait juste d'avoir Api, ce matin là il avait neigé à Toulouse, les avions ne décollaient pas et puis heureusement on a pu voler en début d'après midi.

 

La troisième fois, il s'agissait du "N° 5 on Tour" à Toulouse en 2009  : j'avais été un peu déçu car il n'y avait rien de nouveau mais en même temps, elle ne pouvait pas  faire mieux qu'à Paris Bercy en 2006, du point de vue beauté du spectacle.

C'était juste avant que je déménage en Ariège. A cette époque , je dormais encore plutôt bien...et je n'avais pas tout à fait 40 ans.

 

Et là, je viens de voir, toujours au Zénith de Toulouse, le "Timeless Tour 2013".  Mylène Farmer à 52 ans et l'année prochaine, cela fera 30 ans qu'elle chante, son premier single " Maman à tort" étant sorti en 1984. Cela fait 14 ans qu'elle accompagne ma vie  et j'ai maintenant dépassé la quarantaine.

 

Ce matin, La Douce et moi sommes encore dans le concert...cette fois çi j'ai adoré ce show et La Douce qui n'est pas fan à la base, s'est régalée aussi.

 

L'entrée de scène se fait au bout d'un long tunnel...Mylène apparaît seule sur scène, les musiciens sont sous la scène...

 

Le mur d'images est impréssionnant, les chansons chorégraphiées vraiment réussies, plus sobres qu'avant. Il y avait des petits robots articulés à l'aspect humain  qui dansaient en épousant  parfaitement les mouvements de danse des danseurs...époustoufflant.

 

La partie piano-voix avec Yvan Cassar très belle comme toujours  mais trop courte. De même, deux duos réels avec un chanteur que je ne connaissais pas , Gary Jules ( voir l'extrait à la fin de ma chronique)   et un duo virtuel avec Moby avec qui elle a travaillé souvent.

 

C'est la première fois que le son était pas trop fort et la voix de Mylène Farmer trop  camouflée par les guitares ou les saturations. Enfin,  elle laisse porter sa voix et tant pis pour les petites faussetés qui sont compensées par ses vibratos dans les aigüs. Et sa voix est unique, très particulière ainsi que son phrasé, très difficile à reproduire sans dénaturer les chansons.

 

La petite balade en surplomb des spectateurs n'est pas nouvelle mais la technique utilisée oui. En même temps, c'est pas du tout son style de faire un tour de salle et de toucher les spectateurs et même si les fans ultimes de Mylène Farmer sont très peu finalement !


Mylène

 

 

Et puis, les 2 heures se terminent, on a l'impression que seulement 15 minutes se sont écoulées. Sur le final, la brume s'abat sur Mylène et elle l'emporte, elle disparaît en quelques secondes happée par le brouillard,  comme par magie et les lumières se rallument.

L'icône s'évapore encore  pour mieux se réincarner.

 

Bonne nouvelle, le CD du concert live sort le 9 décembre, la tournée se terminant à Nice la semaine prochaine. Elle aura réuni 500000 spectateurs. Pour le film en DVD, il faudra attendre 2014.

L'enregistrement audio  et le film du concert ont été réalisés à Lyon ( on y voit Soène se déhancher furieusement à plusieurs reprises...ne ratez pas le DVD en 2014...).

Pour le prochain show  s'il y en a un un jour, on ne sait pas, sûrement dans 4 ou 5 ans.

Cela laisse le temps de prendre un crédit pour se payer les places...Warf.

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Mylène Farmer
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article