Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 06:12

arc en ciel

 

Vous savez quoi, on manque de couleurs, d'arc en ciel  et de fantaisie dans ce bas monde. On n'arrive pas souvent à récupérer une enfance en partie volée (ce qui est le propre de l'enfance)  et encore, parfois elle est carrément perdue.

L'adolescence est  aussi l'un des moments où l'on rêve, entre autres joyeuseutés...mais il ne faut pas rêver...

 

Ceci dit,  heureusement, certains trouvent le moyen de réaliser leur rêves d'enfants ou d'adolescents à l'âge adulte et de recréer un univers  enchanté en  exposant  leur délire au monde entier, en se fichant pas mal de ce que font  ou disent les autres.

 

Les autres dont il est question  ici, passent leur  temps à montrer leur cul (certaines feraient bien de s'abstenir d'ailleurs mais les goûts et les couleurs se se discutent pas) à prendre des poses de type porno-chic dans leurs clips racoleurs et indigestes.

Elle  légitiment et caricaturent  à elles seules, l'image déplorable de la femme, dévéloppée dans l'univers de certains rappeurs.

Shakira, Rihanna, Miley Cyrus, Britney Spears, Beyoncé, Madonna, et même  Lady Gaga (qui pourtant pourrait juste être une grande chanteuse si elle voulait) : même combat. Pas putes mais soumises si je puis dire alors qu'elles pensent être des rebelles et afficher le pouvoir de la femme.

 

Et puis il  y a Katy Perry. Je sais je vous saoule mais chacun son kiff !

 

Le rêve américain version bubble gum, le girl -power dans toute sa splendeur, c'est Katy Perry.

La chanteuse co écrit et co compose toutes ses chansons et après avoir bossé des années et des années et s'être fait remercier par  ses deux premières maisons de disques qui ne croyaient pas à son univers et ses choix, elle connait un succès fulgurant depuis 2008.

 

Quel chemin parcouru depuis son premier disque de Gospel à 15 ans ( ses parents pasteurs tous les deux lui interdisaient d'écouter de la musique laïque)  et son premier album de  type rock chrétien à 18 ans, sorti sous son véritable nom et passé totalement inaperçu !


Suivront 6 années de galère et de vache maigre,  avant de sortir enfin en 2008 son premier  vrai album et de rencontrer le succès. Bel exemple de persévérance.

 

Aujourd'hui, Katy Perry est  peut être devenue la plus grande pop star de la planète. Ses parents pasteurs ne l'ont pas reniée sans toutefois aller jusqu'à  approuver publiquement ses choix. Son frère devenu lui aussi pasteur est plus ouvert. Sa soeur travaille avec elle depuis ses débuts. 

 

Alors, voici de la couleur et du rêve, pour les grands enfants ou les adolescents attardés...avec un live du dernier titre de son album "Prism". Cela fait du bien ! 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Katy Perry
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 06:12

livre & couronne lylouanne tumblr

 

Le moment est venu d'annoncer le résultat du Prix Mind The Gap 2013.

 

Cette année j'aurai lu 40 livres en tout mais seuls les auteurs vivants pouvaient rentrer en lice pour ce prix.

 

Il y a 3 jours j'ai publié la liste des 11 livres pré sélectionnés pour concourir : Ici.

 

Je rappelle que je suis le seul membre du jury et que je ne fait qu'écouter mes ressentis pour délibérer.

 

Après un premier choix assez facile finalement, il est resté en compétition les 6  livres suivants:

 

  • Col de l'Ange de Simonetta Gréggio
  • Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois verser de Sébastien Bonnemason- Richard
  • Un soir de décembre de Delphine De Vigan
  • Les âmes grises de Philippe Claudel
  • Le confident  d'Hélène Grémillon
  • 06h41 de Jean Philippe Blondel

A ce stade, c'est devenu compliqué de choisir car j'ai vraiment aimé les 6 romans.

 

Alors j'ai décidé de considérer le livre en lui même et non l'auteur pour l'ensemble de son oeuvre, je crois que c'est le principe des prix littéraires , on récompense d'abord un livre et ensuite un auteur.

 

Et en considérant seulement  le plaisir que j'ai pris à lire ces ouvrages, (même s'il m'est difficle d'éliminer Delphine de Vigan en particulier pour des raisons affectives) , les deux livres que j'ai vraiment adorés cette année sont les 2 suivants :

  • Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois verser de Sébastien Bonnemason- Richard
  • Le confident  d'Hélène Grémillon

Et ici, je ne suis pas arrivé à les départager...alors en mai dernier il y a bien eu une triple palme d'or au festival de Cannes, il peut bien y a voir deux Prix Mind The Gap 2013.

 

Le Prix Mind The Gap 2013 est  donc attribué ex aéquo à :

  • Hélène Grémillon pour Le confident, édité chez Plon en 2010 puis chez Folio en 2012 :  ma chronique est iciConfident.
  • Sébastien Bonnemason Richard pour Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois répandre, édité chez Alma : ma chronique est là.gout

Le premier est un énorme succès public publié dans  une grosse maison d'édition, le deuxième est beaucoup plus confidentiel, édité  chez une petite maison d'édition qui gagne à être connue...un de leur nouveau roman me tente déjà beaucoup.

 

Les deux sont des premiers romans et le hasard fait que les  lauréats ont publié leur premier livre à l'âge de 32 ans.

 

Je vais éditer un prix sur un joli papier Velin et l'envoyer chez l'éditeur actuel de Sébastien Bonnemason Richard et d' Hélène Grémillon.

 

C'est la fin de cette année littéraire et je suis très heureuc d'avoir pu aller au bout du Prix Mind The Gap 2013 !

 

Merci à ceux et celles qui ont suivi ces chroniques !

 

Repost 0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:42

homme lit une lettre nature-and-culture tumblr

 

Dernière étape bilan avant de vous révéler lle lauréat du Prix Mind The Gap 2013.


Sur ces 2 mois j'ai lu 7 livres :

 

  • Vilette de Charlote Brontë (offert par Asphodèle) : un pavé de 700 pages qui m'a tenu en haleine pendant presque un mois. A réserver aux fans de Charlotte Brontë, j'ai adoré, cela ne vous surprendra pas. Ma chronique est : Ici
  • Le Confident d'Hélène Grémillon : le livre évênement vendu à 400000 exemplaires, un vrai coup de coeur pour cette histoire d'amour terrible sur fond de seconde guerre mondiale . J'en parle : . Ce livre est sélectionné pour le prix Mind The Gap 2013
  • Billie d'Anna Gavalda : un livre jubilatoire et détonnant, Anna Gavalda en grande forme lorsqu'elle tacle sans ménagement la bêtise humaine. J'ai beaucoup aimé et j'en parle : Ici.
  • La Garçonnière d'Hélène Grémillon : un suspens policier fantastique et encore une grande histoire d'amour tourmentée. J'ai beaucoup aimé. Ma chronique est : Ici. Ce livre est sélectionné  pour le prix Mind The Gap.
  • Meuse l'oubli de Philippe Claudel (offert par Asphodèle) : un très beau livre mais je suis resté à coté, trop de références culturelles et de mots compliqués et l'impression de relire les âmes grises que j'ai adoré
  • Un oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke (offert par Valentyne) : deuxième livre lu de cet auteur en peu de temps, un grand talent de conteuse et un style opressant à souhait. Un peu long et moins transcendant vers le milieu du livre mais un vrai plaisir de lecteur.
  • En vieillissant les hommes pleurent de Jean-luc Seigle (offert par Somaja) : une magnifique histoire, un portrait touchant d'un homme qui a sacrifié sa vie pour les autres et qui voit le progrés remettre en cause ses fondations. Un vrai plaisir de lecteur là aussi.

 

Je lis actuellement: Quand j'étais Jane Eyre de Sheila Kohler (offert par La Douce), une biographie partielle et romancée de Charlotte Brontë avant de poursuivre en décembre  avec Le Professeur , premier roman de Charlotte alors refusé par tous les éditeurs de l'époque.

 

Ainsi je suis en mesure de vous révéler les 11 livres en compétition pour le Prix Mind The Gap 2013.

 

  • Col de l'Ange de Simonetta Gréggio
  • L'atelier des miracles de Valérie Tong cuang
  • Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois verser de Sébastien Bonnemason- Richard
  • Les coeurs en skaï mauve de Sasha Sperling
  • Un soir de décembre de Delphine De Vigan
  • Les âmes grises de Philippe Claudel
  • Quand la nuit de Cristina Comencini
  • Le confident  d'Hélène Grémillon
  • 06h41 de Jean Philippe Blondel
  • Un héros de Félicité Herzog
  • La Garçonnière d'Hélène Grémillon

Tout de suite, en voyant la liste , j'ai 7 livres qui se détachent...et il faut n'en garder qu'un

Rendez vous ici   dans  3 jours, lundi 25  novembre pour connaître le livre qui sera récompensé.

D'ici là, je compte sur vos commentaires pour donner votre avis, votre pronostic vos commentaires sur cette pré sélection  pour ceux qui lisent bien entendu...


livre & couronne lylouanne tumblr

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 11:42

boeufs

 

Les bœufs ont gagné face à l’Ukraine hier au soir, ils sont donc qualifiés pour le prochain mondial qui se déroulera au Brésil. Ouf, la France respire…bravo les bœufs ! 

 

Hier tout le monde pariait qu’ils allaient perdre et les enfonçait : ce soir au grand journal de Canal plus, Antoine de Caunes devrait donc présenter l’émission an anglais, la miss météo devrait présenter sa chronique à poil (elle portera  un déguisement style fourrure vous pensez bien, une paire de sein à la télé à 20h…oh mon dieu ! Quelle hypocrisie ! ).et le chanteur d’IAM  s’est engagé à revenir chanter un titre de Johnny Hallyday. C’est drôle non ? Ce soir ils seront des héros...alors qu'hier on leur crachait au visage...

 

Cette victoire des bleus c’est une super nouvelle pour la France : Cela va doper les ventes de pizzas, de télévisions, de tee-shirts, de clopes et d’alcools en tout genre…merci les bœufs !

 

Et pour certaines d'entre vous  c’est un super bon plan, vous allez être débarrassées de vos hommes pendant 3 semaines, bon enfin peut être.

 

Pour les femmes en général (les autres, pas vous...)  c’est génial : à elles les soirées entre filles, papotages en règle et réunions  sex toys.


Pour certains hommes aussi c’est une super bonne nouvelle, les nombreuses soirées coupe du monde sont l’occasion rêvée pour séduire les femmes esseulées. C’est le moment rêvé pour avoir des aventures extra conjugales et pour celles qui ont déjà un amant, de le voir plus souvent. Bravo les bœufs, merci les bœufs !

 

Mais je vous entends penser que cet article est une escroquerie, vous n’apprenez rien de nouveau.

 

Erreur car j’ai une révélation à vous faire, une exclusivité MTG.


Je connais la raison de la victoire des bœufs hier au soir. Ce n’est pas un gros chèque, ils sont blasés, ce n’est pas un changement de Caransac en Dragibus…non c’est le Brésil.

Au Brésil on pratique le culte du corps et donc  se trouvent là-bas des escort girls de luxe aux formes sculpturales, peut être les plus canon au monde.

 

Le sélectionneur, Didier Des Champs, leur a probablement  promis un pass VIP de trois semaines avec escort girl de luxe à volonté. Voilà la vraie raison. Faut les comprendre aussi, on leur a interdit la pute de luxe à Paris, mettez vous à leur place!

 

Et autre révélation, les 22 membres de l'équipe  voulaient signer la pétition des 343 salauds en faveur de la prostitution mais voilà, 343 signatures et 22 croix, ça aurait fait tâche non ?

 

Oui je sais, c'est méchant, c'est petit, c'est mesquin...I' m bad...je suis mauvais, mauvais, oh oui je suis mauvais...

 

Et  pardon aux boeufs, c'est pour eux que c'est vraiment dur!

 

Repost 0
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:45

bonheur 1

 

Je n'ai pas été tagué mais j'ai vu ce portrait chinois chez Syl et comme je l'ai trouvé sympa et que je suis en panne d'articles , je m'y colle à mon tour !

 

  •  Ta plus grande réussite ?

Forcément, cet article qui sera tout aussi passionnant que les 314 précédents...et on ne pouffe pas s'il vous plait, je vous vois...

 

  • Ton livre préféré :

C'est difficile de répondre, mais disons Les Hauts de Hurlevent et Belle Du Seigneur. Dans les écrivains actuels, je me reconnais chez Anna Gavalda, Jean-Philippe Blondel et Delphine de Vigan, notamment...

  • Le pays qui t’a marqué ?

Je n'ai pas beaucoup voyagé mais je dirais l'Irlande et je compte bien y retourner bientôt. Venise aussi même si ce n'est pas vraiment un pays. L' île aux enfants aussi, le pays joyeux des enfants heureux...


  • Ton rêve le plus fou ?

Je ne sais pas trop répondre à cela  mais pour rester dans les pays, j'aurais aimé un jour approcher l'Anapurna et l'Everest. Mais aujourd'hui j'aimerais avoir une petite cahute de pierre au bord de l'océan pour passer des heures face à la mer

 

  • Raconte-nous la naissance de ton blog?

Un jour d'été, en juillet 2009, il faisait chaud, je m'ennuyais mortellement, alors j'ai écris un texte sur Londres et un autre sur un livre de Jonathan Tropper et je me suis dit, tiens si je créais un blog?

Un collègue de bureau s'y connaissait un peu, il avait déjà eu 3 blogs sur OB, on est restés après le boulot 45 minutes et le blog était né. C'est vraiment  l'ennui qui est le frère jumeau du manque, qui a donné naissance à ce blog.

 

  • La personnalité que tu aimerais être ?

Je choisis de répondre en partant sur des personnalités célèbres : Frédéric Beigbeder pour sa culture, ses réparties,  Nicolas Hulot pour son érudition et ses nombreux tours du monde c'est ceux qui me viennent à l'esprit sans réfléchir.

Sinon Dieu, comme ça j'aurais à ma botte des milliards d'individus juste parce qu'ils croiraient que j'existe...en plus il commence à se faire vieux, place aux jeunes !

 

  • Le don que tu aimerais posséder ?

Les écrits originaux et non encore publiés d'Asphodèle quand elle disparaîtra en 2148  (d'ici là, la science aura progressé). Je travaille à lui extorquer un écrit en ce sens mais elle n' est pas facile à gruger...

Sinon  j'aimerais posséder n'importe quel don de Lilianne Béttencourt, avec plein de zéros sur le chèque (sauf s'il faut coucher pour y parvenir).

 

  • Quel est le plus gros défaut de la personne qui partage ta vie ?

 

Sur l'un  de ses tee-shirt, il y a écrit : " parfaite mais avec plein de jolis défauts". C'est à peu près vrai.  Son plus gros joli défaut c'est de m'aimer.


  •   Light ou pas light ? Bio ou pas bio ?

 

Pas light sauf pour le Coca et bio autant que possible.


  • La it-pièce de ton armoire ?

 

Une vieille doudoune bleue et noire de marque North Face, genre Bibendum, hyper chaude et légère et  qui en a vu. J'en ai une autre pour la ville et j'ai bien envie d'en acheter une troisième cet hiver, juste pour frimer. Je suis très frileux et j'adore cette impression de légèreté sur moi.



  • Combien de temps passes-tu devant ton écran ?

 

Ben j'y passe la majeure partie de mon temps au travail,   donc je n'allume jamais l'ordinateur à la maison en semaine et le week-end disons entre 2 et 3h pour les deux jours,  pour le blog surtout.

Sinon, je passe aussi beaucoup de temps sur l'écran noir de mes nuits blanches comme disait je ne sais plus du tout qui mais vous devez savoir vous qui me lisez...

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Autour du blog...
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 06:12

black city tour

 

J’ai vu mardi  12 novembre,  Indochine au zénith de Toulouse, pour le Black City Tour  (acte 2).

 

C’était la troisième fois que je les voyais en concert et je crois que ce fut mon préféré.

 

C’est vraiment du rock (3 guitaristes et un bassiste) et ils envoient la purée, ce qui permet à Nicola Sirkis de masquer sa voix  très fluctuante suivant les morceaux...mais c'est du rock comme j'aime...

 

Et puis, toute une partie du concert est électro avec dérapages vers la tecno, mais la guitare n’est jamais très loin. 

 

Comme toujours, bonne ambiance sans jamais d’hystérie…les tubes des années 80 sont chantés aussi bien par le nombreux public de mon âge que celui  plus jeune.

J'ai trouvé qu'il y avait quand même un peu moins de chaleur réciproque entre le public et Nicola sirkis que lors de la dernière tournée.


Indochine est quasiment le seul groupe qui a pleinement réussi à être inter générationnel après 32 ans de carrière et cela se voit avec bonheur dans la salle.

 

Les lumières, le mur d’images, les écrans circulaires et les petits effets scéniques sont à la hauteur du Show.

Les titres s’enchaînent avec une frénésie délirante,  la première heure il n’y a quasiment pas une seconde de pause entre les morceaux, c’est comme une play-list mixée.  On ne voit pas passer le temps.

 

Et pourtant, il y a  eu quelques émotions pour le pauvre Nicola…je passe sur la première partie exécrable, 2 bourrins qui faisaient du bruit, mais putain pourquoi nous imposer des premières parties qui nous gonflent à chaque fois? On vient pour voir un artiste, on n'en demande pas plus !

 

Au tout début, le prompteur de Nicola merdait un peu…oui sur les nouveaux titres il lit son prompteur pour chanter...que voulez vous il va sur ses 60 ans même s'il a l'air d'un quarentenaire...

 

Mais surtout, en plein milieu d’une chanson, les lumières ont lâché. Et là, réaction fantastique de Sirkis.


D’abord ils ont fini la chanson dans le noir comme si de rien n'était, puis il a expliqué ce qui se passait que c'était seulement la deuxième fois que ça arrivait en 32 ans,   a proposé de faire des titres en acoustique en attendant la réparation.

Et  juste comme ils allaient s’installer, la lumière a été réparée…mais on a quand même eu droit à 2 titres acoustiques bonus avant que le concert ne reprenne normalement.

Petit coup de chapeau  au passage à l'équipe des techniciens qui a réparé la panne  en 5 minutes chrono !

 

Au final, ce concert c'est   7 musiciens qui assurent,   des lumières fantastiques, un son correct (le Zénith de Toulouse est assez  pourri pour le son, enfin c'est ce qui se dit...)

 

Nicola Sirkis  réussit son coup encore une fois : 2h30 de concert non-stop et tout cela  pour 40€  (Sirkis dit gagner déjà assez de fric sur tout le reste et qu'il n'a pas envie de ponctionner ses fans alors qu'il le pourrait, les concerts sont complets partout, cela devient assez rare pour le souligner) .

 

Ceux qui seraient tentés d’essayer mais qui pensent à l’image du groupe dans les années 80, passez le cap, vous verrez un vrai concert de rock et un vrai live !

 

Indochine poursuit son impressionnante série de concert,  ils reviendront en Toulouse en mars prochain pour l'acte 3 de la tournée et je vais y retourner !!

 

Je vous laisse dans les bras de Miss Paramount...vous écoutez ça le matin et vous aves la banane pour la journée !!

 

 


 


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Musique
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 06:12

garçonniere

 

L’action se passe en Argentine, à la fin de la dictature militaire des annéees 80 : «  Vouloir le genre humain meilleur qu'il ne l’est ne signifie pas qu’on ne sait pas qu’il est mauvais ».

 

Vittorio Puig est psychanalyste et il reçoit classiquement des patients dans son cabinet «  Il est des âmes qui ne ressentiront jamais le désespoir à ce point, ces sentiments dont nous partageons tous le nom, que nous pouvons tous expérimenter, ressentir, ont des degrés propres à chacun. A les vouloirs universels, on l’oublie trop souvent, mais mon métier me le rappelle tous les jours : souffrir ne veut pas dire la même chose pour tout le monde ».

 

Un jour Vittorio rencontre par hasard Lisandra (j'adore ce prénom...) mais le hasard fait-il toujours bien les choses : «  Le hasard comme guide, comme garant, triste emblème de ceux qui n’ont pas confiance en eux ».

 

Lisandra est jeune et belle et sa fraicheur irrite l'une des patientes de Vittorio: « La beauté d’un corps de femme, un homme s’en repaît, sa décrépitude, il ne le supporte pas, pas plus en mots qu’en images, c’est pour cela que vous aussi vous avez choisi une femme plus jeune, pour vous mettre à l’abri de cette vision d’horreur ».

 

Vittorio demande Lisandra en mariage, c’est l’amour dans toute sa splendeur, mais... «  Quand l’amour commence, un sablier quelque part se retourne et on se dirige inlassablement vers la fin. Le sablier de l’amour s’était retourné ».

 

Et donc,  les choses se gâtent : «  le désamour est progressif. Avant de n’aimer plus, on aime moins. Et encore moins et plus du tout. Mais cela, on ne s’en rend pas compte. Le désamour. Une relation devenue tiède, quotidienne, pragmatique, usuelle, utilitaire et habituelle, même pas raisonnée car on n’y pense même plus. Il y a ceux qui peuvent vivre sans amour fou, moi, je ne peux pas ».

 

Lisandra est retrouvée morte en bas de l’immeuble où elle habitait avec Vittorio. Une enquête commence pour rechercher le coupable.

 

Après Le Confident que j’ai adoré, j’avais hâte de lire le nouveau roman d’Hélène Grémillon même si je ne suis pas très amateur de ce genre d’histoire façon polar.

Mais le meurtre et l’enquête ne sont qu’un prétexte pour aborder des thèmes plus profonds, l’amour, la jalousie, le temps qui passe, le deuil, et la Garçonnière est aussi un magnifique portrait de femmes.

 

Le suspens psychologique et l’intrigue sont vraiment réussis et jusqu’au bout on peut se poser des questions. Hélène Grémillon est une raconteuse d’histoires hors pair, on est dans l’histoire dès la première page et l’on a envie de dévorer ses mots.

Elle explore l'âme des êtres humains dans toute sa noirceur et son ambivalence.

 

Le récit et la construction du livre sont toutefois moins saisissants que dans Le Confident, un peu comme si l’auteur se perdait parfois dans des développements inutiles. Je crois qu’elle a été un peu pressée de surfer sur la vague, que dis-je sur la déferlante du Confident et peut être que son nouvel éditeur lui a mis un peu la pression sur les délais.


Mais le style est encore plus opressant que dans le Confident.

 

Quelle histoire(s) d'amour(s),  quel talent pour créer des personnages forts qu’on n’est pas prêts d’oublier et pour donner vie à ce récit.

 

La tonalité de la Garçonnière est bien sombre, comme dans le Confident, et certains passages sont vraiment forts: «  Les souvenirs sont les petits soldats du temps avec lesquels il nous rend fous. Sans souvenirs, nous serions des hommes libres. La mémoire est la mauvaise fée du temps ».


Pour ceux ou celles qui aiment bien commencer par lire la fin des livres, surtout ne le faites pas pour la Garçonnière… on sait vraiment dans les toutes dernières lignes pourquoi le roman s’appelle ainsi.

 

Décidément,  cette fin d’année 2013 aura été pour moi la découverte de cette jeune auteur, qui excelle pour nous parler d’amour, et j’ai déjà hâte de lire le prochain roman d’Hélène Grémillon.

 

Un dernier extrait pour la route, un dernier mot de Lisandra «  Le temps brise les perfections. Parfaite quelques jours. Quelques semaines. Au mieux quelques mois. Imparfaite pour le restant des jours. Parce que l’amour est un principe en mouvement. On finit toujours par faire le tour de l’autre. Le principe de l’insatisfaction. L’insatisfaction de soi qui vous pousse vers l’autre. Puis l’insatisfaction de l’autre qui vous pousse vers un autre. Puis vers un autre encore. Tout ça pour tenter de ne pas voir que ce n’est pas soi ou les autres qui sont insatisfaisants, mais la vie. Parce qu’elle fait mourir ».

 

La  Garçonnière est sélectionnée pour le prix Mind The Gap 2013.


livre & couronne lylouanne tumblr

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 06:12

sas

 

 

Et voici ma participation à l'atelier de Miss Aspho sur le thèmes " Correspondances". Il fallait écrire une lettre qui contenait les mots suivants :  plume, épistolaire, échange, relation, courrier, essoufflement, assortiment, liaison, amoureux, carte, rencontrer, lettre, souvenir, distance, train, couleur, pétrifier, pantin, perpétuel.

 

 

 

Monsieur,

 

Si je prends la plume ce soir, au moment où mon existence  vacille,  c’est pour coucher sur le papier un souvenir passionnel,  comme une explication au désastre  dont vous m’avez fait l’honneur d’être le complice depuis plus de trente années.

 

Je vous en prie Monsieur, brûlez tout ce qui précède  mais pas cette lettre !  Ne la mettez pas dans votre poubelle comme un vulgaire courrier ou un très mauvais manuscrit même si vous n’avez pas été trop regardant en ce qui me concerne, j’en conviens.

 

Je l’ai rencontrée dans le train de  17h38 pour Paris, c’était le 26 juillet 1958. Elle portait une   courte robe  de couleur rose avec un assortiment de fleurs . On  voyait très peu  de tenues similaires à cette époque là., c’était presque excentrique.  Sa présence dans ce train  était un peu comme « a  cupcake in a  pudding ».

 

 Nous eûmes de brefs échanges courtois et de circonstance,  il faisait très chaud dans ce compartiment  où nous étions les seuls passagers, et  tandis que  je détaillais la carte de son anatomie, j’évitai de  croiser ses yeux d’opaline qui pénétraient au plus profond de l’âme humaine.

 

Alors que le train arrivait  dans l’essoufflement  d’une entrée en gare, elle se leva pour descendre fumer une cigarette sur le quai, je ne sais pour quelle coquetterie elle ne fumât pas dans le compartiment en ma présence. A la faveur d’un courant d’air, sa robe se souleva tandis  que  sa peau m’effleurait  par deux fois, alors qu’elle regagnait sa place.

 

A ce moment, je sus que je serais perpétuellement amoureux   de cette jeune femme. J’étais pétrifié par son allure et sa beauté juvénile. Mon appendice masculin se mit à s’allonger comme l’appendice nasal de ce stupide pantin de bois dont le nom m’échappe.

 

Lorsque le train arriva à Paris, j’osai bafouiller deux ou trois phrases et remettre ma carte de visite à Pauline, elle s’appelait ainsi. J’espérai je ne sais quoi en retour, une folie peut être. Je n’étais pas particulièrement bel homme mais je séduisais assez facilement les femmes.

 

Je n’eus jamais  la moindre réponse. Une relation  épistolaire ne m’aurait de toutes façons pas satisfait, mais elle aurait flatté mon ego.

 

Par la suite, je n’ai cessé de  rechercher Pauline  en vain,  partout, en tout, et chez les autres femmes aussi.

Je ne suis marié cinq  fois, un vrai fiasco conjugal. J’ai eu quantité de maîtresses,  de liaisons sans lendemain, j’ai réalisé beaucoup de fantasmes et pas que dans mes livres, mais pas le seul qui eût pu m’apaiser.

 

Alors, je suis tombé dans la grossièreté, la facilité, la vulgarité, la misogynie,  pour faire payer aux femmes l’affront  auto infligé  lors de  cette journée de 1958.  J’ai écris à la chaîne des romans crasseux en picolant plus que de raison.

 

Mes femmes légitimes  m’ont épousé pour l’argent et vous, Monsieur, vous m’ avez édité  uniquement pour l’argent aussi.  Finalement,  Il y a dans l’existence réelle bien plus de vulgarité que dans mes livres, autant chez les femmes, que chez les hommes, fussent-ils éditeurs.

 

Cela n’excuse rien,  Monsieur, mais cela donne juste un autre point de vue…

 

A l’heure où je prends mes distances avec la vie  et me trouve dans le sas de l’au-delà, je vous salue bien bas. La récréation est terminée. J’aime Pauline et j’emmerde tous  mes détracteurs pour des siècles et des siècles !

 

PS : mots prononcés par l'éditeur au moment  où il détruisit cette lettre :  "  Messa dita est. Amen "

 

plumes nouvelle version

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Textes
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 06:12

disque or

 

Suite du classement des plus gros vendeurs de disques.

 

Cette fois ci, un classement des plus grosses ventes de disques au monde, issu de Wikipédia.

 

Attention, ce palmares  est basé sur une estimation des ventes de disques tous supports confondus, pas seulement sur les ventes d'albums c'est à dire : 

  • Albums/ CD/ 33 tours
  • Singles / 2 titres/ 45 tours

Voici le top 16...je me suis arrêté là, il y a des surprises

 

1)  Elvis Presley (pas trop fort quand même) : il mérite son surnom de King !

2) Les Beatles : la légende du rock

 

3) Bing Crosby : si je suis honnête, je n'ai pas encore été voir sur Wikipédia et je ne sais pas qui c'est...PB tu m'expliques?

4) Michael Jackson : pour moi, le plus grand artiste pop de tous les temps, je ne suis pas particulièrement fan mais je ne vois pas aujourd'hui qui peut rivaliser avec lui dans le domaine de la pop music. J'adore "Beat it"

 

5) Abba : le plus grand groupe disco au monde...une légende également

6) Elton John : j'aurais pas pensé qu'il ait autant vendu de disques

7) Johnny Matis : pareil, je ne sais pas encore qui sait...Aspho???

 

8) Julio Iglesias: pas possible...mais bon il a bien compris que nous les homme étions des pauvres diables vulnérables et misérables  face aux femmes, vous le charme...bla bla bla etc hola, t'es lourd Julio !

9) Led Zeppelin : légende du rock encore et encore...

 

10) Madonna...ben quand même, une femme et en plus à une époque elle était chanteuse !

11) Nana Mouskouri : hé oui, artiste francophone qui a le plus vendu dans le monde, faut s'y faire...

12) Paul Mac Cartney...ben alors il est fort le Paul, il est classé 2  fois et toujours vivant en plus !

 

13) Queen : encore une légende du pop rock

14) Tino tossi...les corses sont vraiment forts

15) ACDC...étonnant je trouve mais pourquoi pas !

16) Britney Spears, étonnant aussi, et seule artiste de la génération actuelle, vivement que ça change !

 

Si ces classements vous plaisent , je ferai d'autres articles, avec les livres ou d'autres arts !


Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Musique
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 06:12

carnet

 

Il y a quelques jours je vous parlais des livres qui m'attendaient sur mes étagères.

 

Aujourd'hui je vais encore plus loin : voici la liste des livres que je compte acheter, récupérer ou voler plus tard : je les ai notés sur mon carnet à spirale, comme un futur bonheur en lettres capitales...

 

C'est  surtout grâce à  vos blogs, mais aussi  en regardant La Grande Librairie,  en allant  moi-même dans les librairies et enfin en découvrant les auteurs dans certains magazines   que j'ai noté ces titres.

 

 

Voici donc la liste de mes envies !

 

  • Alex Capus: Léon et Louise
  • Paul Auster : Le voyage d' Anna Blum
  • Métin Arditi: Prince d'orchestre
  • Sophie Kriebs : Nos pleines lunes
  • Angéla Hatch : Quand rentrent les marins
  • Daphné du Maurier : La poupée
  • Daniel Keyes : Des fleurs pour Algernon
  • Marie Colot : En toutes lettres
  • Véronique Olmi : Bord de mer
  • Gaëlle Josse : Les heures silencieuses
  • Anaïs Jeanneret : La solitude des soirs d'été
  • Jonathan Tropper : Une dernière chose avant de partir
  • Sasha Sperling : Nos illusions donnent sur la cour
  • Franck Ardériot : Jolie libraire dans la lumière
  • Pia Petersen : Instinct primaire

Si on  rajoute la liste de mes envies  à ma PAL et aux achats coup de coeur imprévus, l'année 2014 est déjà bouclée...

 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article