Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 06:12

bds

 

J'ai enfin vu l'adaptation cinéma du livre d'Albert Cohen, Belle du seigneur. Le film éponyme réalisé par Glénio Bonder, sorti en catiminie l'été dernier est resté seulement une semaine à l'affiche. Il demeure  un échec cuisant pour une production internationale  avec seulement 34000 entrées France.

 

J'avais hâte de comprendre pourquoi et surtout de voir le film , étant un inconditionnel de Belle du seigneur.

J'ai donc eu le DVD à Noël et j'ai compris!

 

Ce film ne pouvait qu'être un échec car le but du cinéma est de trouver un public ce qui ici était impossible.

 

En effet, il est impossible de rentrer dans l'oeuvre de Glénio Bonder, et même de comprendre quoi que soit si l'on a pas au préalable lu le livre de Cohen et apprécié cette histoire barrée et terrible. Sinon, les images s'enchaînent de manière anarchique et incompréhensible et ceux qui pensaient voir une grande romance à l'anglo-saxone en auront été pour leur grade.

 

Pour les amoureux du livre, il ne peut y avoir qu'une réelle déception. Glénio Bonder a essayé de retranscrire le livre, chaque scène est bien dans le livre mais tout va très vite, tout est superficiel, et on a souvent l'impression d'être dans une histoire de dingue sans queue ni tête.

 

Le jeu des acteurs n'est pas aussi mauvais que certains l'ont dit mais on a connu couple de cinéma plus inspiré !

 

   Jonathan Rhys Meyer incarne Solal : il a déjà tourné une bonne douzaine de films dont le remarqué Match Point de Woody Allen. Il s'en sort plutôt pas mal, son personnage étant assez développé même si, ni son passé, ni sa famille juive n'apparaissent, on comprend juste qu'il est juif et que l'antisémitisme de la fin des années 30 lui est insupportable. Sa rage et sa folie ne sont qu'éffleurées.

 

photo bds 1

       Natalia Vodianova incarne Ariane : top model de premier plan et égérie Guerlain, elle a fait deux films auparavant, passés innaperçus. Son jeu est lisse mais finalement pas si mauvais étant donné que le rélisateur occulte tout le fond du personnage d'Ariane, son passé, ses relations avec son mari, son âme torturée, son intellect et son éducation...du coup il ne reste qu'une beauté obsédée par son Solal et prête à tout pour lui.

 

photo bds 2

 

Les images et l'esthétique sont belles, le contexte politique et social du la montée du Nazisme est bien restituée mais l'histoire est essorée de tout ce qui fait sa force. Le montage est totalement improbable et la fin si rapide qu'elle est incompréhensible sauf si l'on a bien lu le livre.

 

Certains chef d'oeuvres sont inadaptables au cinéma, d'autres réalisateurs ont jeté l'éponge avant Glénio Bonder, et le résultat final leur a donné raison.

 

Je reverrai ce DVD car je voue presque un culte à Belle du seigneur et c'est la seule adaptation (ciné, télé ou autre) qui existe à ce jour.

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 06:12

bds

 

Vous savez quoi, je suis totalement dégoûté : j'ai loupé la sortie de Belle Du Seigneur, l'adaptation au cinéma réalisée par Glénio Bonder.


Mais j'ai des circonstances atténuantes : le film est sorti en catiminie le 19 juin dernier (j'étais en Corse) et il n'est resté qu'une seule semaine à l'affiche...c'est un vrai naufrage : 25000 entrées en France, quasiment aucune publicité, peu de critiques venant des magazines spécialisés ce qui est toujours mauvais signe.

Première parle de " banal roman de gare à l'esthétique publicitaire tapageuse".

 

J'en ai souvent parlé de ce film, je pensais qu'il ne sortirait jamais et il a fini par sortir presque en cachette, comme si le producteur et le distributeur avaient honte.Le réalisateur est décédé à la fin du tournage, il n'a pas pu s'occuper du montage ni de la post-production.

 

Du coup je vais devoir attendre la sortie en DVD, qui, si elle a lieu, devrait  être très rapide...sinon tant pis pour moi. J'ai bien trouvé une MJC qui le passe en banlieue toulousaine le 23 juillet prochain mais je rêvais mieux que cela pour le roman culte d'Albert Cohen. Je suis attristé par cette sortie et par ma défaillance !

 

De toute manière, si physiquement Jonathan Rhys Meyer me semble correspondre à l'idée que je me fais de Solal,  Natalia Vodonova n'est pas assez torturée pour représenter Ariane, son visage est beaucoup trop lisse...elle a de beaux yeux mais cela ne suffit pas.

 

Je vais essayer de  ne pas louper le DVD enfin s'il existe un jour...

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 00:25

affiche belle du seigneur jpg

 

L’adaptation cinématographique de Belle Du Seigneur tarde à sortir…et je trépigne d’impatience même si cette histoire me paraît un peu mal engagée…alors en ce 8 août, veille  de la saint amour, petit avant-goût de ce qui nous attend.

 

De son vivant , Albert Cohen, l’auteur du best seller «  Belle du seigneur » qui est peut être le plus grand roman d’amour jamais publié, s’est toujours opposé à une adaptation au  cinéma.

Sur le site de Bernard Henri Lévy, on apprend que ce dernier avait noué une amitié avec Cohen, lequel aurait bien vu BHL pour jouer Solal et Catherine Deneuve pour incarner Ariane…ce qui prouve que quand on vieillit, même s'i l' on est un génie,  on a le cerveau qui se ramollit puisque Ariane et Solal incarnent la jeunesse par excellence…

 

Et c’est ici qu’entre en scène  le réalisateur du film Belle Du Seigneur : Glénio Bonder. Celui ci s’est fait connaître en tant que photographe de mode et réalisateur de publicités.

Intéressé par Cohen, il a réalisé après sa mort un documentaire pour la télévision, lequel a été remarqué et primé. C’est à cette occasion qu’il a rencontré les ayant droits d’Albert Cohen, notamment sa veuve, Bella. Glénio Bonder a réussi à les convaincre d’adapter le chef d’œuvre réputé inadaptable.

 

Un premier projet avec dans les rôles principaux Olivier Martinez et Ludivine Sagner a été abandonné en 2005. Le réalisateur a persévéré pour aboutir au film actuel avec un casting plutôt surprenant :

-       Jonathan Rhys Meyer incarne Solal : il a déjà tourné une bonne douzaine de films dont le remarqué Match Point de Woody Allen.

 

photo bds 1

-       Natalia Vodianova incarne Ariane : top model de premier plan et égérie de nombreuses publicités, elle a fait deux films auparavant, passés innaperçus.

 

photo bds 2

 

Certes, les deux tourtereaux  sont beaux mais cela suffira t-il pour retranscrire à l’écran la complexité d’Ariane et de Solal ?  Bella Cohen a déclaré que « l’âme du livre était là »…

 

La fin du tournage du film date de décembre 2010 au Luxembourg. C’est une co-production européenne tournée en anglais.

Depuis le film a été annoncé en 2011 puis en 2012 mais il n’y a toujours aucune date officielle de sortie ce qui n’est pas génréralement pas  bon signe.

Il faut dire que le Réalisateur, Glénio Bonder, est décédé en novembre 2011 : la vie ne lui aura pas permis de voir achevée l’œuvre de son existence, le montage et la post production du film étant à priori compliqués..

 

Cela fait donc huit ans que le projet a débuté…j’espère vivement que le film va sortir et je serai au cinéma le jour de sa sortie à la première séance!

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:19

 

 

purple loveVoilà une question récurrente et d’une banalité affligeante….et alors ?  J’ai une idée sur la réponse, ce n’est que mon idée….elle sépare en fait l’amour de le relation amoureuse qui en découle.

 

Je crois que oui, l’amour ressenti envers une personne peut durer toujours alors que la relation amoureuse avec la personne est beaucoup plus aléatoire.

Alors vous me direz qu’un mariage sur 2 se termine par un divorce, que statistiquement la durée des couples diminue et que par conséquent, si la relation s’arrête c’est que l’amour envers l’autre n’existe plus.

 

Hé bien, j’en suis pas si sur : je crois qu’en fait les couples finissent par  se disloquer car il n’y avait pas d’amour véritable entre les 2 personnes. Il y avait des sentiments, des moments très forts mais ce n’était pas de l’amour. On connaît tous des personnes qui ont eu des relations durables auparavant, desquelles ont parfois débouché des enfants et qui se sont séparées.

Un jour ces mêmes personnes ont vraiment aimé quelqu’un d’autre et là elle se sont rendues compte que ce n’était pas de l’amour avec leurs anciennes relations. Certaines le savaient mais se voilaient la face…

 

Et puis s’il y a un véritable amour partagé, je crois qu’il est possible qu’à un moment donné la relation s’arrête car simplement on n’arrive plus à s’épanouir mutuellement. Mais à ce moment là, si la relation s’arrête, pourquoi l’amour ressenti envers la personne s’arrêterait ?

Ne peut-on pas aimer même après une rupture de la relation ? Hé bien là encore  je crois que si... 

 

Alors qu’est ce qui fait qu’une relation d’amour pur dure plus qu’une autre ? Difficile de le dire. Je crois que quand on aime vraiment on ressent à la fois de la tendresse, de l’amitié, du désir physique, de la passion et une osmose spirituelle. Bien sur difficile de ressentir et de susciter tout cela en même temps, mais je crois que les relations qui durent sont celles qui arrivent à alterner ces périodes ou à les faire cohabiter. C’est aussi une question de volonté.

 

Si une relation s’arrête pourquoi ne serait-on plus définitivement en phase spirituellement avec l’autre ? Pourquoi ne ressentirait-on plus de tendresse ou d’amitié ? Pourquoi à l’occasion ne pourrait-il pas y avoir de désir physique (avec passage à l’acte ou pas) ?

 

Bon ce n’est qu’une idée, certainement très idéalisatrice de l’amour et le souci c’est que si l’amour peut durer toujours, cela veut dire que les chagrins d’amour aussi….

Un livre décrivant une histoire d’amour atypique, belle et durable me revient à l’esprit : « Le fil de soie » de Michèle Gazier….découvert grâce à ma douce….

 

Et vous , lecteurs et lectrices amoureux et amoureuses que vous inspirent ces propos ?

Laissez votre commentaire à l’aide de n’importe quel pseudo, votre avis m’intéresse…

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut être: La passion amoureuse : Belle du seigneur d'Albert Cohen

 

Pour la route, un morceau de musique qui va vous donner envie de parler d'amour mieux de faire de gros calins...link 

 

 

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 09:27

 

Belle du seigneur

 

 

 

 

 

Roman hors norme, brillant, ébouriffant, dérangeant, qui ressemble à rien de connu et lu par moi jusqu’ici.

Un mois pile pour avaler les 1100 pages du pavé.

Impression de dépucelage littéraire, de n’avoir jamais rien lu avant.

Cohen est un génie et je ne veux plus rien lire de lui pour rester sur cet ovni littéraire, sur ce livre magistral considéré comme un chef-d’œuvre, l’un des 10 meilleurs romans du vingtième siècle.

Je ne sais plus quoi lire maintenant…

Que dire sur ce livre ? Je vais me limiter à parler du thème central, l’exploration de la passion amoureuse en occultant les thèmes secondaires qui sont pourtant essentiels pour cadrer l’histoire d’amour des personnages (la noblesse, la bourgeoisie, les hauts fonctionnaires, la montée de l’antisémitisme au milieu des années 30)

 

Albert Cohen décortique la passion amoureuse comme jamais :  C’est un  auteur qui dit la vérité, sa vérité sans rien édulcorer en annonçant la couleur dès le départ : les 2 personnages sont promis à leur déclin.

L’amour passionnel est voué à l’échec et à la perte des amants, quelle qu’elle soit.

Récit très noir du début à la fin, aucun espoir, toujours la vérité implacable et cruelle.

Aucun répit  dans le récit, les mots claquent à 220 km heure, on a parfois du mal à suivre, il y a des longueurs mais Cohen poursuit sa démonstration implacable et épouvantable. C’est vraiment dur et en même temps son style pour décrire la passion est vraiment beau, vraiment émouvant, parfois même très sensuel tout en restant pudique. Allez soyons honnête tout le monde rêve de la grande passion amoureuse, de l’île déserte avec sa dulcinée pour ne faire que s’aimer du matin au soir….mais après avoir lu ce livre, on y réfléchit à 2 fois….car c’est une condamnation sans appel de la passion.

La passion amoureuse n’est possible que si on est jeune, beau, bien socialement ; Ce n’est qu’une gigantesque supercherie puisque que seul le coté bestial, « la viande », « les gorilleries » comptent et sont légitimés par les convenances sociales.

Dès que l’on vieillit, plus de place pour l’amour physique et la passion, terminé pour la femme dès que ses seins tombent ou dès que l’homme perd 4 canines ou son rang social.

De plus les amants condamnés par leur passion s’étouffent rapidement et sans social autour il est impossible de faire durer la passion, l’ennui vient très vite et l’enfermement est total.

 

Style très spécial : des pages entières de monologues  parlés des personnages et de monologues intérieurs, sans aucunes phrases ni ponctuation. D’habitude je suis totalement hermétique aux phrases qui n’en finissent pas, j’aime ce qui claque, ce qui est synthétique, ce qui se rapproche des pensées et aphorismes. Là, je suis fasciné par cette écriture, je sais pas pourquoi, on à l’impression d’un tourbillon autour de nous et on en sort épuisé.

 

Schéma de base très simple : la femme (Ariane) , le mari (Adrien) , l’amant (Solal).

 

Premier monologue intérieur d’Ariane et ça suffit pour tomber amoureux du personnage : jeune femme belle aux yeux de biche, distinguée, torturée, complexe, mariée mais qui n’aime pas son mari et vit dans son monde intérieur, joue du piano et lit beaucoup,même dans son bain, proche de la nature et des étoiles, toujours prête à parler aux animaux et à les sauver ( à défaut de parler aux humains) ,proche des chevaux (ancienne cavalière) et des crapauds, qui parle seule dans son bain,  s’embrasse sur son miroir, bref un peu barée, un peu princesse et  un peu hystérique aussi ….orpheline très tôt, ayant  de plus perdu sa soeur adorée . Jeune femme réservée et pudique mais capable de folies pour celui qu’elle aime, de tout lui donner. Bref un amour d’Ariane, qui de plus , cerise sur le gâteau rêve d’Himalaya…

 

Le mari : Adrien, un gentil couillon sans cervelle, fonctionnaire qui ne vit que par le regard de ses supérieurs, préoccupé seulement de lui-même et  de sa progression dans la voie hiérarchique, de la taille de son bureau et du niveau de confort des chambres d’hôtel lorsqu’il part en mission, des personnes qu’il peut inviter chez lui en fonction de leur rang social….bref un pauvre bougre qui ne vit que par le regard des autres et   de sa femme en particulier dont il voudrait être admiré.

Et pourtant il l’aime son Ariane, il est attentionné et gentil mais il est incapable d’aimer vraiment de donner quoi que soit d’épanouissant même si au fond c’est un amour sincère et émouvant.

 

 

Solal est piégé par la recherche de cet amour passionnel qui ne le rend pas heureux malgré ses multiples amantes et amoureuses.  Il méprise ses conquêtes, est parfois limite misogyne et en même temps il sait qu’il a accès à la passion amoureuse seulement  par ce qu’il est puissant, chef, jeune et beau. Il voudrait être aimé sans apparat pour ce qu’il est vraiment, la première rencontre il tente de séduire Ariane déguisé en vieillard aux dents cassées et elle le repousse ce qui la condamnera ,car Solal la séduira alors par la force .

Solal est possédé, limite schizophrène, il sait qu’il entraînera Ariane vers la déchéance et qu’il la rendra malheureuse et qu’il se rendra malheureux…il le sait dès le début mais il lui ment alors qu’elle est totalement sincère et naïve. Au fond Solal rêve d’un amour tendresse, d’un amour amitié voir même d’ un amour maternel, en somme d’un amour pur et impossible  mais est incapable de résister à l’appel de la passion.

Fou de jalousie vers la fin de leur passion, il va devenir  malgré lui le bourreau d’Ariane, totalement consentante et soumise à son Seigneur, prête à tout pour l’aimer et le garder.

 

 

Quand Ariane quitte Adrien elle lui écrit simplement : «  toi si bon, te faire souffrir, c’est affreux…pardonne moi mais j’ai besoin d’être heureuse. Il est l’amour de ma vie, le premier, le seul. »

 

Quand Solal comprend que leur amour est condamné que la déchéance passionnelle est inéluctable et qu’il pète les plombs il se dit à lui même ; « Du joli, la passion dite amour. Si pas de jalousie ennui. Si jalousie, enfer bestial. Elle est une esclave, une brute. Ignobles romanciers, bande de menteurs »

 

Pour information, une adaptation cinématographique est  en cours mais  le roman est réputé inadaptable. De plus pour le rôle d’Ariane, la production a choisi un top modèle Russe  genre poupée Barbie aux cheveux longs et déjà ça fout tout en l’air car c’est pas du tout Ariane.  A voir mais aucun film ne pourra traduire la force des mots de Cohen, Cela ne fait aucun doutes.

 

Vraiment, je suis enchanté, ému, surpris et totalement chamboulé par cet ouvrage. Je ne sais pas si je trouverai un jour un autre livre aussi fort autour d’une histoire d’amour, un autre livre qui me fera autant vibrer.

Belle du seigneur : «  Départ ivre vers la mer »…vers l’amour…vers …

 

Si Vous lisez ces lignes et avez lu Belle du Seigneur, je vous en prie, donnez moi vos impressions, votre ressenti, en laissant votre commentaire (il vous suffit d’indiquer un pseudo pour poster un commentaire).

 

Sivous avez lu cet artcicle jusqu'ici, je vous en remercie, et peut être aimerez vous lire : Stefan Zweig: " Lettre d'une inconnue"

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Belle Du Seigneur
commenter cet article

Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article