Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 06:12

charlotte

 

Je viens de lire la première biographie de Charlotte Brontë, publiée en 1857, soit seulement deux ans après sa mort, et écrite par Miss Elizabeth Gaskell qui s’était liée d’amitié avec Charlotte dans les dernières années de sa vie.

Cette biographie a été écrite  à la demande du  père de Charlotte Brontë,  à la mort de sa fille.

 

Ce livre  est vraiment remarquable pour qui s’intéresse aux Brontë, bien écrit et comportant une multitude d’extraits des lettres de Charlotte. Elizabeth Gaskell s’attache à faire un portrait détaillé de l’auteur de Jane Eyre et elle y parvient sans tomber dans la complaisance, chose qu’aurait détestée Charlotte.

 

Simplement elle occulte la frénésie d’écriture des enfants Brontë, quasi obsessionnelle à l’époque de la légende d’Angria écrite par Emily et Anne et de celle du Gondal écrite par Branwell (le frère de la famille) et Charlotte.


De même, la passion amoureuse unilatérale  de  Charlotte Brontë pour Mr Heger, son professeur de lettres à Bruxelles n’est pas évoquée alors qu’elle est au centre de l’œuvre de l’ainé des sœurs Brontë. Ceci dit, elle ne pouvait pas l’être dans cette première biographie et des dizaines d’autres ouvrages l’ont décrite ensuite. 

 

La fin est un peu plus décevante car très rapide mais comme le livre est sorti juste après la mort de Charlotte, les évènements les plus récents étaient les moins faciles à décrire:  il y avait peu de documents disponibles immédiatement.

 

Il est frappant de voir, à force de lire des biographies de cette famille mythique et immortelle (j’en suis à la quatrième),  à quel point les récits des sœurs Brontë étaient alimentées par leur vraie vie. Les personnages des romans ont quasiment tous existés, les lieux également, et même certaines péripéties. J’ai notamment appris ici que l’histoire du mariage impossible de Jane Eyre avec Rochester, ce dernier étant déjà marié avec une femme atteinte de folie est un fait divers qui s’est produit non loin de là où se trouvait Charlotte Brontë. Bien entendu le génie des sœurs Brontë et leur imagination débordante transformaient le tout en des œuvres romanesques très  en avance pour leur temps. Mais contrairement à l'idée répandue qu'il s'agirait  de livres seulement romantiques ou gothiques, les soeurs Brontë n'ont fait que traduire la vérité et leur réalité, c'était une forme d'auto-fiction avant l'heure.

 

Je n’en dirais pas plus de cette biographie que je vous conseille d’autant plus qu’Elizabeth Gaskell est une auteur célèbre du dix neuvième siècle et  que sa plume se lit presque comme un roman.

 

Par contre, peut être  que cela vous intéressera d’avoir quelques éléments sur l’accueil critique et public des œuvres des Brontë ( je sens que tout le monde frétille d'impatience ).


  • Le premier ouvrage fut un recueil de poèmes des 3 sœurs édité en 1846  (sous le pseudonyme de Currer, Ancton et Ellis Bell). Les poèmes d’Emily Brontë furent encensés par les critiques, ceux de ses sœurs jugés bien plus faibles. L’éditeur vendit seulement 2 recueils de l’ouvrage.
  • En 1847, 3 récits en prose sont proposés aux  éditeurs : Agnès Grey de Anne, Les Hauts de Hurlevent d’Emily et Le Professeur de Charlotte. Les 4 premiers éditeurs refusent, le cinquième accepte de publier les livres d’Emily et de Anne mais pas celui de Charlotte. Celle si ayant commencé Jane Eyre l’année précédente, travaille d’arrache pieds et arrive à faire publier son livre chez un autre éditeur, 2 mois avant ceux de ses sœurs.  Jane Eyre est un succès critique et public immédiat, nombreuses rééditions et forte demande à l’étranger. Agnès Grey est jugé assez faible par la critique mais s’écoule correctement. Les Hauts de Hurlevent suscite des critiques et des réactions du public très hostiles mais se vend plutôt bien. Le Succès de Jane Eyre permet une réédition des œuvres d’Anne et Charlotte
  •  En 1848, Anne publie  «  Le Fermier » connu ensuite sous le nom du "Locataire de Wildfell Hall."  Bon accueil du public, critiques modérés.  Emily meurt cette année là, on pense qu’elle travaillait sur un deuxième roman mais qu’elle a brûlé le manuscrit partiel sentant la mort venir. A partir de sa mort, Les Hauts de Hurlevent sera peu à peu réhabilité et il deviendra un roman culte et un classique. Le disours d'Emily est sensiblement le même que celui de Charlotte mais sans l'auto-censure, c'est la plus douée et la plus fascinante des soeurs.
  •  En 1849, Anne meurt et Charlotte Publie Shirley. Ce deuxième roman est acheté en masse par le public et divise les critiques. Certaines sont dithyrambiques, d’autres assassines.
  •  En 1853, Charlotte Publie Villette : le livre est encensé par la critique et plébiscité par les lecteurs.
  • Le 29 (ou le 31 suivant les sources) mars 1855, Charlotte meurt, elle laisse des fragments de 3 nouveaux textes et le manuscrit inédit du Professeur, qui sera publié après sa mort. Elle meurt seulement  9 mois après s'être mariée avec le révérend Nicholls et en couches : son état physique et peut être psychologique ne lui a pas permis de supporter sa grossesse. Une mauvaise grippe attrapée lors de deux escapades avec son mari l'avaient affaiblie. A quelques semaines d'intervalle, Flossie la chienne des Brontë puis Tabby, la servante de toujours (que les Brontë avaient tenu à garder dans ses vieux jours malgré son état de santé et qu'ils ont soignée comme un membre de leur propre famille) venaient de mourir. Peut être un mauvais présage. 

 

Charlotte toucha une somme forfaitaire de 500 livres sterling pour les droits d’auteurs de Jane Eyre. Pour ses deux autres romans publiés de son vivant, Shirley et Villette, elle obtint exactement la même somme soit 1500 livres sterling en tout.

Pour avoir un ordre d'idée de cette somme, à l'époque une institutrice bien payée pouvait espérer gagner 50 livres par an...


bronté

 

A suivre...je n'en ai pas fini avec les Brontë, le blog sera fermé bien avant que je cesse de m'intéresser à cette famille...

Partager cet article
Repost0

commentaires

nina26 07/01/2015 01:11

Bonsoir, je recherche une biographie en français de Charlotte Brontë, je viens de lire votre article et je pense que vous êtes la personne qui saura me répondre avec pertinence. Cordialement.

Mind The Gap 07/01/2015 11:25

Bonjour nina ! Celle ci est très bien avec le bémol qu'Elizabeth Gaskell fut une amie de Charlotte à la fin de sa vie et que c'est le père de Charlotte qui lui demanda si elle voulait bien écrire la première biographie de sa fille disparue.
Mais cette bio fait référence et elle se lit très bien !

somaja1 27/04/2014 20:09


Quelle passion ! Mais cette famille mérite qu'on s'attarde sur elle. Il faut absolument que tu te remettes à l'anglais pour pouvoir lire tout ce qu'on a écrit sur ces incroyables soeurs. J'ai
toujours l'énorme bio (plus de 1000 pages écrites en tout petit) de Juliet Barker, non traduite à ce jour. Si ça te tente... biz

Mind The Gap 28/04/2014 08:06



Pour la bio va falloir que je bosse...hi hi hi. Par contre il existe des recueils de lettres de Charlotte en anglais, sur des textes courts c'est plus facile...à voir parce que ces livres sont
très chers...



sous les galets 09/04/2014 15:10


Je suis beaucoup moins calée que toi en soeurs B. mais visiblement cette bio présente quand même de grosses lacunes...laquelle me conseillerais-tu du coup?

Mind The Gap 09/04/2014 16:47



Pour le moment je n'en ai lu que 2 sur Charlotte ( une sur Branwell et une sur Emily) mais je vais me renseigner...je vais voir sur le site de la Brontë Society mais le souci c'est pour trouver
les livres en français sauf si tu es assez  calée en anglais pour lire en VO Je te dirais...


De mon coté, je vais essayer de trouver une bio de Anne et j'aimerais arriver à percer le mystère Emily...quand a t'elle été passionément amoureuse pour éprouver et écrire Les Hauts de Hurlevent
qui est l'histoire la plus forte en matière de passion...à coté Belle du Seigneur c'est pour les bisounours...



Celestine 08/04/2014 23:10


Leurs écrits étaient influencés par leur vraie vie...est-ce un scoop sur les Brontë?


Il me semble que tous les écrivains en sont là...mais je peux me tromper...


En tous cas, quel amour tu as pour cette famille, ça force mon admiration! 

Mind The Gap 09/04/2014 08:40



Je suis fidèle en amour et en amitié...je vais bientôt aller les voir dans leur Yorkshire natal...


Ce qui est étonnant c'est que beaucoup pensent que leurs romans sont des fictions dans la veine du romantisme classique alors que leurs livres , bien que romancés sont avant tout réalistes.



Syl. 08/04/2014 07:41


Elizabeth Gaskell rend donc ici un hommage postume. Savaient-ils déjà à l'époque que Charlotte allait avoir autant de notoriété ?
Virginia Woolf dans ses lectures intimes raconte de belles choses sur elle.
Bonne journée !

Mind The Gap 08/04/2014 08:16



Je suis fasciné par Virginia Woolf mais hélas je ne parviens pas à la lire. Je sais qu'elle appréciait les Brontë.


Oui Charlotte était très connue déjà de son vivant, Jane Eyre l'a proulsée sur le devant de la scène immédiatement. A sa mort, 7 ans plus tard, elle était connue internationalement, ce qui rend
sa vie encore plus incroyable.


Belle journée et gros bisous Syl.



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article