Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 06:12

bord de mer

 

 

C’est une maman seule et  paumée qui emmène ses deux petits garçons à la mer pour la première fois. Sauf qu’on est en hiver et en semaine, qu’il pleut des hallebardes dans cette station balnéaire, que l’hôtel fantôme où ils dorment est miteux. Sauf que cette mère est complètement névrosée : «  J’ai tout quitté, la ville et moi avec : mon corps était sans poids, sans douleur, je m’enfonçais dans quelque chose de doux et me défaisais de la peur, de la colère et de la honte aussi. J’étais arrivée dans un monde où j’ai ma place réservée. Ni endormie, ni réveillée, je suis une plume. Ni endormie ni réveillée, je me défais, je m’étale, une bobine qui se déroule. Pourquoi est-ce qu’après j’ai basculé ? Pourquoi est-ce qu’après je me suis mise à rêver ? »

 

Névrosée, voire gravement dépressive donc un peu lucide aussi...l'éternel paradoxe.

 
« On s’efforce de vivre du mieux qu’on peut mais tout ça disparaît aussitôt. On se lève le matin mais ce matin-là n’existe pas plus que la nuit d’avant que tout le monde a déjà oubliée. On avance sur des précipices, je le sais depuis longtemps. Un pas en avant. Un pas dans le vide. Et on recommence. Pour aller où ? Personne le sait. Tout le monde s’en fout. »


«…je me suis demandé combien de temps un enfant pouvait rester le fils de sa mère, à partir de quand il était méconnaissable, je veux dire : pareil aux autres. A partir de quand ? Les hommes au comptoir avec leurs ventres ballotés par la toux, avec leurs pensées sales sur le cul des femmes, ces hommes-là, est-ce qu’ils étaient encore les fils de quelqu’un ? »


On sait dès le début de l’histoire que ça va très mal finir…et Véronique Olmi plonge le lecteur dans l’abîme en même temps que cette mère et ses deux enfants.


J’ai adoré Bord de mer et Véronique Olmi est un vrai coup de cœur pour moi, j’ai lu trois de ses romans en quelques mois.

 

Ce livre m’a fait penser à celui de David Vann «  Sukkwan Island » où un père seul et paumé emmène son fils sur une île déserte. La différence, c’est que là où l’histoire de Vann ne décolle jamais et où la terreur annoncée ne marche pas , celle de Véronique Olmi est terrifiante, horrifiante, implacable, glaciale, gênante.


«  On ne parlait pas, mais on s’entendait. On entendait notre respiration, de plus en plus forte, est-ce qu’il y avait des gens derrière ces portes pour entendre souffrir mes gosses ? Est-ce que leur respiration rentrait dans leurs rêves et soufflait dessus pour les éteindre ? J’aurais tellement aimé ça, bon Dieu, que le souffle de mes mômes éteigne tous les rêves des gens que je connais pas, qu’à la place il y ait plus que du blanc, un peu de place pour le blanc, derrière chaque porte. »


Il y a pourtant beaucoup de tendresse et parfois même de la poésie dans les mots de Véronique Olmi, mais jamais d’espoir. Le retour à la réalité est comme la fin d’un rêve qui nous ramène dans le cauchemar de l’existence. Tout est sombre, gris, noir, humide, moisi…


« Qu’est ce qu’il avait à me regarder comme ça ? Il avait jamais vu quelqu’un pleurer ? Où pleurent les gens ? C’est la question que je me pose souvent, bizarre qu’on croise jamais dans la rue des gens en train de chialer. Ils téléphonent beaucoup plus qu’ils pleurent, peut-être qu’on se détesterait moins si on chialait plus. »


Le dernier chapitre, celui du dénouement et de la libération du lecteur est très dur à lire et paradoxalement, je trouve que c’est le moins bon du livre.

 

Bord de mer qui fut le premier roman de Véronique Olmi, paru chez Actes Sud en 2001 après de nombreuses œuvres de théâtre, est un grand livre, de ceux qui resteront. J’ai encore envie de la lire et je vais me procurer un autre de ses romans. Pour moi, c’est une auteur avec un immense talent, sa plume est somptueuse, une vraie rencontre pour moi.

 

«  Maintenant la mer devait être noire elle aussi, comme ce ciel rétrécis. La mer était gonflée de marins morts jetés dans ses eaux. Tout doux. La mer était un grand cimetière flottant et froid. Est-ce qu’il y avait encore le château ensorcelé de Kevin sur la plage ? Est-ce que l’océan avait avancé jusqu’à lui pour en faire qu’une bouchée ? Et tous ces coquillages…d’autres mômes les ramasseront, quand l’eau sera toute bleue et que le soleil aura crevé le ciel. Il y en aura plein les classes, des coquillages morts, des mots d’excuse ramassés sur les plages. »

 

Merci à Somaja de m’avoir offert ce livre.


Pour ceux qui veulent lire ma chronique sur « Cet été là » c’est : Ici.


J’espère chroniquer bientôt « Le premier amour »  que j’ai également adoré.

 

Bord de mer de Véronique Olmi est sélectionné pour le Prix Mind The Gap 2014.

 

Pric MTG 2014

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mind The Gap - dans Chroniques de livres
commenter cet article

commentaires

Laure 17/07/2014 09:29


Coucou :D Alors pour précision, ce n'est pas l'histoire qui m'a déplu en elle-même, c'est la façon de l'écrire, enfin la fin. Je trouve ce livre immonde parce que j'aime la suggestion. Pour moi
j'associe pratiquement à du sadisme toutes ces descriptions et cette longueur qui étaient complètement inutiles à mes yeux. Aucune finesse et pas d'esprit à mon goût. Je ne comprends même pas
qu'une femme puisse écrire cela, voilà ! :D :D Bisous bisous ♥

Mind The Gap 17/07/2014 10:16



Tu as vu, tu es une star ici...tout le monde parle de toi et du coup tu es sorti de ta grotte.


J'ai dit dans ma chronique que le dernier chapitre n'était pas réussi et partait dans des descriptions qui ne s'imoosaient pas. On se rejoint un peu. Mais hormis cette fin, ce livre est une
prouesse même s'il heurte les consciences.


Je crois qu'en littérature, il faut alternet le buldozer et le rateau...il y apeut être un peu trop de buldozer.


Les 2 autres romans lus de Véronique Olmi sont différents...


Bises et à plus tard Laure !



sous les galets 17/07/2014 06:47


Je me souviens à quel point il avait traumatisé Laure ce livre, et j'ai plus ou moins compris le dénouement, et vu que je n'ai pas aimé Premier Amour (bien que ce soit très différent quand même,
pour le coup, il y a de l'espoir dans Premier Amour), là je vais passer mon tour. (moi dès que ça parle de gosses, j'ai du mal, et je pense que ces gamins là ont un destin funeste)


Des Bises MTG, on se retrouvera sur d'autres titres hein!!

Mind The Gap 17/07/2014 08:48



En effet, il y a de l'espoir dans Le Premier amour et pas du tout ici...c'est presque une expérience de lecture ce livre là. Véronique Olmi pousse assez loin le jeu de l'écriture.


En effet, tu comprends la fin dès le premier chapitre et c'est volontaire de la part de l'auteur. Oui le destin de ces 2 gosses est funeste et c'est cela qui a surement traumatisé Laure à
l'époque et d'autres lectices...ce qui prouve que les lectrices s'identifient au personnage de la mère et à quel point Bord de mer est dérangeant...


A suivre...



Lilousoleil 12/07/2014 11:13


un bien joli blog !


avec le sourire

Mind The Gap 13/07/2014 12:12



Merci à toi !!



valentyne 12/07/2014 06:58


coucou Mind , je note que c'est un coup de coeur pour toi (pas sûre de le lire, j'ai trop le billet de Laure en mémoire ...) bises;-)

Mind The Gap 12/07/2014 10:30



Tu aurais grans tort de ne pas le lire Val...passe un beau week-end et gros bisous à toi !



Soène 11/07/2014 08:09


Noir il est noir et il n'y a plus d'espoir !
Mais tu nous tentes encore, Mindounet, avec cette lecture qui en plus est dans la cours au Prix MTG 2014 !


Je note le nom de cette dame au cas où je trouve un de ses romans à 2 euros, en 2e main !


Gros bisous pour ce grand we

Mind The Gap 11/07/2014 14:37



Ha oui , les univers de Véronique Olmi ne sont pas très gais, c'est pourquoi ils me parlent . Mais elle a une plume magnifique et ses histoires sont bien ficelées et touchent beaucoup de monde.


Grand week-end à 4 jours pour moi...bises !



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article