Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 08:45

myleneHé oui, on ne le dirait pas mais Mylène farmer, l’une des femmes de ma vie, à 50 ans aujourd’hui , 12 septembre 2011! Ca laisse rêveur non ? 50 ans….

Alors je vous propose un article sur la belle rousse devenue la première chanteuse sur la scène française en 27 ans de carrière. Tout a été dit et écrit sur elle mais je vais néanmoins apporter ma pièce à l’édifice…car simplement j’en ai envie et c’est une artiste qui compte énormément dans ma vie.

 

L’univers Mylène  Farmer est très prenant pour peu qu’on partage l’hyper sensibilité de l’artiste.

 

Aucune autre personne n’exprime aussi bien la mélancolie et l’ennui existentiel, c’est pour moi l’axe majeur de son message, celui qui rassemble autant de monde et celui qui m’a touché en premier.

 

« Tu reviens toujours, mélancolie, comme un défi,

Silence de Dieu, mais que le ciel est triste pour l’indécis »

«  Je m’ennuie, c’est le vide, déesse, détresse, le spleen, c’est l’hymne à l’ennui d’être,

Je m’ennuie, un néant béant, petite nausée, temps dilué à l’infini »

 

Autre thème récurrent, le temps qui passe et son angoisse….Mylène est comme possédée par l’horloge de la vie qui s’écoule.

«  Je n’ai pas le temps de vivre, quand s’enfuit mon équilibre »

«  Et si vieillir m’était conté, serais-tu là pour m’aimer ? « 

 

Ce temps qui passe est synonyme de séparation d’absence ou de mort. Cette dernière est très présente chez Mylène Farmer qui est restée marquée par la perte de son père  (l’homme de sa vie) et de son frère  à 10 ans d’intervalle.

«  Qui n’ a connu douleur immense, n’aura qu’un aperçu du temps

L’aiguille lente, qu’il neige ou vente, l’omniprésente souligne ton absence partout »

« Et si je perds la foi, en nous , en tout, c’est bien malgré moi, nulle prière

A chacun de nos pas, je doute de tout, nous souviendrons nous de nous ? »

Dernier sourire est certainement l’un des textes les plus éprouvants sur la perte d’un être cher, son interprétation en live en hommage à son père est à la limite du soutenable.

 

Alors jusqu’ici vous me direz qu’on est en route pour un  bon suicide collectif….mais ce serait justement faire fausse route car «  les chemins sont multiples, tout est question de choix ». Baudelaire ressentait à la fois l’horreur de la vie  et l’extase de la vie.

 

De nombreuses chansons de Mylène Farmer célèbrent la vie et sa jouissance  sous de multiples formes :

«  La vie n’est rien quand elle est tiède, elle se consume et nous bascule le sang en cendres de cigarettes »

«  C’est dans l’air, c’est nécessaire…s’enivrer, coïter  parfois piquer la poupée »

 

Autre axe majeur de l’œuvre de Mylène : l’amour, qui est célébré sous toutes ses formes. L’album «  Innamoramento » est celui qui exprime le plus le sentiment amoureux :

«  Je n’ai pas choisi de l’être, mais c’est là l’innamoramento….tout son être s’impose à moi, trouver enfin peut être un écho »

Il semble que Mylène ait enfin trouvé l’amour à 40 ans passés ;

« Avant que l’ombre gênée, ne s’abatte à mes pieds, pour voir l’autre coté, je sais que j’aime, je sais que j’aime »

«  Moi je veux  c’est aimer, moi je veux c’est t’aider, moi je veux être adorée »

 

De l’amour au sexe il n’y a qu’un pas que l’Ange roux franchit régulièrement…Mylène est libertine on le sait bien :

-         Pourvu qu’elles soient douces est une ode à la sodomie , en référence à Sade

-         Sextonic est une ode aux plaisirs solitaires par sex-toys interposés

-         Appelle mon numéro est une ode à l’amour au téléphone

-         Porno graphique  est une ode à l’anu-lingus 

 

Dernier texte  qui à mon avis est emblématique du style Farmer et qui pourrait illustrer la notion de bestiaire dans les cours de français ( ça serait moins chiant ….)

« J’ouïs tout ce que tu confesses

Et l’essaim se manifeste

J’ouïs tout ce que tu susurres

Et l’essaim bat la mesure ……………c’est l’âme stram gram ! »

 

A suivre, prochainement un deuxième article sur  Mylène Farmer : rendez-vous d’ici quelques jours.

 

Si vous aivez aimé cet artcicle, vous aimerez peut-être: LADY GAGA : Phénomène commercial ou artiste hors norme ?

 

Pour la route,  à découvrir l’un de mes titres favoris : « nous souviendrons nous » :

Partager cet article
Repost0

commentaires

celestine 15/09/2011 21:40


Quel bel hommage pour les 50 ans de la belle...une étude de texte très intéressante, d'autant que je découvre le texte : en l'écoutant, je ne comprends jamais le quart de ce qu'elle chante. je vais
essayer de l'écouter avec les paroles sous les yeux, promis.
PS je ne suis pas rousse, mais j'ai le même âge, et je ne trouve pas que ce soit si dramatique!


Mind The Gap 16/09/2011 09:12



Bienvenue Célestine. L'âge c'est dans la tête qu'il se joue....de mon coté, depuis que j'ai passé la barre des 40 ans, je me sens plus jeune....il n'y a que le miroir chaque matin qui me remet
les idées en place.


Mylène Farmer est une grande sensible et une grande littéraire qui se nourrit des mots des autres, allant parfois jusqu'à repredre tel quel des morceaux de textes ou de poèmes. Je vais essayer de
faire un deuxième article qui parlera de cela et si ça intéresse ne serait ce que toi, c'est déjà une bonne raison de le faire.


A bientôt, merci de ta visite.



Mind The Gap

  • : Mind The Gap
  • : Ce blog a pour but d'échanger des idées et des ressentis sur des livres, des citations, des lieux, des voyages, sur la vie, la recherche du bonheur...l'amour...
  • Contact

Mon univers...(volume 6)

La Katygraphie du mois

katy pieds

 

Mon livre coup de coeur du moment

bord de mer 

 

Les hortensias

hortensias

 

Le cidre fermier

cidre fermier 

 


 

Recherchez Un Article